Poussières mexicaines
de Pino Cacucci

critiqué par Cecil, le 20 février 2006
( - 40 ans)


La note:  étoiles
Récits envoûtants
Dans la perspective d'un proche voyage au Mexique j'ai ouvert les
"Poussières mexicaines" de Pino Cacucci et je n'ai pu le refermer
avant d'avoir atteint la dernière page.
Passionné par cette terre et par son peuple, Pino Cacucci nous livre
une trentaine de récits envoûtants afin d'en capter l'essence, la
mexicanité. D'où un récit éclaté qui nous emmène de la point
méridionale de la Californie aux plages majestueuses de Cancùn en
passant par la jungle du Chiapas, le déser de la Sierra Madre et, bien
sûr, la tentaculaire Mexico.
Mais plus que la terre, ce sont les hommes qui retiennent l'attention
de l'auteur. Mexique de mille paysages, Mexique de mille peuples: des
rudes machos des cantinas de Mexico, des gringos détestés, de la
jeunesse deshéritée sombrant dans une violence sans nom, de la grande
famille des gallieros éleveurs de coqs de combat, aux Indiens Yaquis
luttant pour la survie de l'ethnie. Il nous faut saisir l'ambiente.
Eclats d'histoire également, l'auteur voyage dans le temps, nous
faisant revivre la conquête espagnole, la gloire et la chute de
l'Empire Aztèque, l'impossible recherche de la démocratie.
Cacucci séduit par son style qui, restant objectif, presque
journalistique, ne peut cacher l'amour qu'il porte à cette terre et
l'attraction sans borne que ce peuple exerce sur lui. Ne tombant
jamais dans la caricature, la dénonciation à l'emporte pièce, l'auteur
donne des coups de projecteurs sur tel ou tel visage d'un Mexique
kaléidoscopique.
Après ce livre, je sais déjà qu'un mois sera loin d'être suffisant
pour capter l'ambiente...