L'envers et l'endroit
de Albert Camus

critiqué par Jules, le 16 mai 2001
(Bruxelles - 75 ans)


La note:  étoiles
Un condensé
Dans l’édition « Folio Essais », le livre commence par une assez longue préface d'Albert Camus lui-même.
Dans celle-ci, il nous explique que ce texte est un des premiers qu'il a écrit et qu’il s'est, pendant longtemps, opposé à sa réimpression. Pourquoi ?… Parce qu’il nous dit l’avoir trouvé maladroit et pas très bien écrit.
Par contre, il nous avoue qu'il contient vraiment la source de l'ensemble de son œuvre, mais aussi de son caractère. Toute ses racines sont dans ce livre.
Il nous y explique que l'amour est tout, celui pour les autres, celui pour le soleil, celui pour la vie. Mais la vie ne se comprend aussi que par la mort et « Au reste, comment dire le lien qui mène de cet amour dévorant de la vie à ce désespoir secret. » Il ajoute: "Si j'écoute l'ironie, tapie au fond des choses, elle se découvre lentement. Clignant son oeil petit et clair: "Vivez comme si...", dit-elle. Malgré bien des recherches, c'est là toute ma science"
Ce livre étant très petit, mais dense, je ne vois pas l'intérêt d'en dire beaucoup plus : il est vraiment à lire !…
Savoir respecter la misère et s'ouvrir aux autres 8 étoiles

Albert Camus, dans cette série de courts essais et l'assez longue introduction qui la précède, fait état de son appétence pour la misère, de son empathie pour les vieilles personnes qui souhaitent continuer à faire partie de l'humanité, de son incompréhension partielle face aux aspects superficiels du succès. Son isolement dans un pays pauvre et désertique l'a conduit vers l'indifférence, un travers qui persiste et contre lequel il lutte, chez les autres comme chez lui-même. Ces témoignages d'éloignement et d'attachement des personnes modestes ne brillent pas toujours en la forme mais donnent déjà un cap de pensée et contribuent à fixer les orientations de toute une oeuvre, là où il s'agit justement de tous premiers écrits.

Veneziano - Paris - 41 ans - 15 juillet 2018


Un livre fondateur 8 étoiles

L'envers est l'endroit est le premier livre d'Albert Camus.
Il est composé d'une introduction de l'auteur et de cinq "nouvelles.
Albert Camus nous indique dans l'introduction l'importance de cette oeuvre dans sa vie d'écrivain et plus généralement dans sa vie d'homme. Il y pointe aussi les insuffisances du style (alors qu'écrit à vingt deux ans, celui-ci apparaît déjà des plus prometteurs).
Comme l'indique le titre, on suit dans chacun des cinq textes des situation qui pourraient paraître opposées mais qui, de fait, se répondent. L'idée dominante semble être qu'à un envers tragique répond un endroit plus positif et surtout solaire.
Sans doute préfigure-t-il ici le livre qu'écrira plus tard son maître - Jean Grenier - "l'esprit du tao".
Ce livre est à la fois sombre et solaire. Il y a aussi la forme lucide de l’indifférence de l'auteur qui annonce le Meursault de "l'étranger".
On ne peut s'empêcher d'être admiratif devant tant de précocité.

Fredericpaul - Chereng - 58 ans - 24 janvier 2015