La mort n'oublie personne de Didier Daeninckx

La mort n'oublie personne de Didier Daeninckx

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Tistou, le 15 septembre 2005 (Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 580ème position).
Visites : 4 773  (depuis Novembre 2007)

Personne n'oublie la mort

Polar à effet rétro sur les évènements de la seconde guerre mondiale, ses abominations, les effets retards qu’elle engendrés.
D. Daeninckx situe son action dans le Pas de Calais, du côté de Saint Omer. Un journaliste vient interviewer Jean, un résistant qui a eu des soucis avec les allemands, puis à la Libération avec les Autorités françaises. On comprend assez vite que le journaliste a une autre idée en tête, une idée qui concerne Lucien, le fils de Jean, qui s’est suicidé à 17 ans. Lucien que le journaliste a bien connu, et pour cause, ils étaient ensemble au lycée.
C’est l’occasion pour D. Daeninckx de revenir sur une période déja abondamment traitée, la guerre. D’effleurer les saloperies qui ont pu se faire après, et de mixer le tout via l’enquête d’un journaliste.
Ca ne fait pas polar. Ca ne fait pas récit de guerre. Ca oscille entre tout ça et du coup un peu compliqué à intégrer. Bien écrit. Sentiments pas pris à la légère. C’est de l’ouvrage sérieux. Atypique.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

bof

5 étoiles

Critique de Mayfair (Distroff, Inscrite le 30 mars 2007, 44 ans) - 21 août 2012

Mon premier roman de Daeninckx. L'histoire de Jean, un résistant et de ses déboires pendant la résistance et après la libération.
Pour moi c'est vraiment du pur polar (enquête du journaliste et interview), loin des romans que j'ai l'habitude et le plaisir de lire.
Je ne peux pas dire que sa lecture m'ait passionnée, mais ce n'est pas mauvais non plus.
A chacun ses goûts !

Haletant !

10 étoiles

Critique de JEANLEBLEU (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 49 ans) - 17 juillet 2012

J'ai abordé ce livre (mon premier roman lu de cet auteur) avec un brin de méfiance. En effet, la lecture de différentes critiques de romans de Daeninckx (sur critiques libres ou sur amazon) m'a donné l'image d'un Daeninckx excellent écrivain mais parfois un brin manichéen.
J'ai néanmoins eu envie de lire ce roman à cause de son sujet central : la guerre 40. Ce sujet m'a toujours fasciné, à la fois par sa proximité temporelle (mes parents ont connu cette époque), par la quantité de choses marquantes et souvent horribles qui se sont déroulées à cette époque (le nazisme, les camps de concentration et d'extermination, l'occupation, le rationnement, le marché noir, ...) et aussi pour ce que cette époque a révélé au grand jour des côtés peu reluisants de l'âme humaine (dénonciations, collaboration, ...) mais également des côtés "grand" qu'est capable aussi d'avoir parfois l'être humain (la résistance, les sauvetages de familles juives, ...).
Et je dois le dire, j'ai été scotché par ce récit qui m'a remué les tripes. Et tant pis pour les quelques (légers) côtés manichéens (les ouvriers des corons sont presque tous honnêtes, fraternels et courageux tandis que les notables des marais sont presque tous des profiteurs voire des salopards). L'histoire est tellement saisissante et poignante, le style est tellement précis, rapide mais néanmoins fouillé et porteur de sens que j'ai lu ce roman presque d'une traite !
Je pense revenir vers d'autres Daeninckx sous peu.

-------------------------------------------------------------------------------------------
ATTENTION ! CE QUI SUIT DÉVOILE UNE PARTIE DE L'INTRIGUE (=> POUR CEUX QUI L'ONT LU) :
-------------------------------------------------------------------------------------------
J'ai quand même un doute concernant l' "affaire Couture". Je trouve qu'il y a quelques invraisemblances. Comment est-il possible que personne durant le procès et l'enquête policière n'ait établi que sa victime était son oncle adoptif ? Comment a t'il pu vivre et travailler en Lorraine pendant des années de façon officielle alors qu'il était condamné par contumace ? Pourquoi a t'il eu une condamnation si légère par contumace alors qu'il avait assassiné un résistant et qu'en plus il était en fuite ?

Pour moi, un très bon roman... policier ?

9 étoiles

Critique de Shelton (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 61 ans) - 22 avril 2008

Voilà encore un bien étrange roman que l’éditeur, souvent pour des raisons commerciales, a catalogué dans les romans policiers. Mais, est-ce bien le cas ? Ne court-on pas le risque de voir des lecteurs se précipiter sur ce roman et être déçus, tandis que d’autres, peu habitués par cette forme de littérature passeraient au large d’un roman qu’ils auraient adoré ?
C’est un jeune historien qui nous raconte son enquête dans le temps pour découvrir, faire découvrir plus exactement, la réalité des femmes et des hommes qui ont résisté aux Allemands nazis lors de la seconde guerre mondiale, dans le Nord de la France. A ce titre, il rencontre Jean Ricouart, jeune homme en 1944, qui a participé à deux actions violentes lors des faits de résistance. On va donc tout savoir, tout comprendre…
Mais les actions civiles lors des guerres sont toujours complexes. La confidentialité, obligatoire pour survivre, fait que certains acteurs ne connaissent pas leurs chefs, ne sont pas certains du bien fondé de ce qu’ils doivent accomplir… Tuer un Allemand en uniforme et armé, voire menaçant, ce n’est déjà pas simple. Mais tuer un Français…
Jean Ricouart raconte tout, y compris son amour pour sa belle, Marie, qui va devoir souffrir énormément, qui l’attendra toujours, sans se préoccuper plus que cela des qu'en-dira-t-on… Il faut dire que la vie n’a pas été rose tous les jours pour ce couple. La guerre, mais l’après-guerre, les conséquences de l’après-guerre et, enfin, le plus dramatique, les conséquences de l’enquête de notre jeune historien qui était de la même génération que leur fils Lucien…
Il s’agit plus d’un roman historique que d’un polar, mais c’est à coup sûr un excellent roman noir comme Didier Daeninckx sait les écrire et comme j’aime les lire. Pour un peu, on en pleurerait d’un tel dessein de m…, si je vous l’assure !
On aimerait aider et accompagner Jean Ricouart, aider Marie, les installer dans une vie plus agréable à défaut d’être complètement paisible… Mais, voilà, la guerre et l’occupation sont venus briser des vies, réveiller des jalousies, des haines, des bêtises… Didier Daeninckx en tire là les ressorts et moteurs d’un roman très bien construit que l’on prend beaucoup de plaisir à lire…
Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus si je veux vous laisser un peu de suspense et de bonheur de lecture, mais je vous garantis que c’est du très bon Daeninckx. Politiquement parlant, ce n’est pas toujours de la langue de bois et cela présente plusieurs motivations de résistants dont certaines ne sont pas aussi pures et nobles que dans certains récits officiels… C’est aussi un regard sur le Nord de la France, sur la mine, sur ces hommes et ces femmes qui ne sont pas que les Ch’tis qui font rire…
Enfin, c’est toujours une très belle écriture dont je ne me lasse pas. Certains disent que tous les romans de Didier Daeninckx sont des chefs d’œuvre… et c’est, peut-être, bien vrai !!!

L'enfer du pas-de-Calais

7 étoiles

Critique de Guigomas (Valenciennes, Inscrit le 1 juillet 2005, 48 ans) - 16 septembre 2005

D'accord avec Tistou, il y a aussi une dimension sociale dans ce roman, comme souvent chez Daeninckx. Un roman dur, trop dur même et j'ai trouvé certaines choses un peu tirées par les cheveux, comme s'il fallait encore en rajouter aux malheurs de Jean.
Un bon livre quand même, marquant.

Forums: La mort n'oublie personne

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La mort n'oublie personne".