Sweet home de Arnaud Cathrine

Sweet home de Arnaud Cathrine

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Clarabel, le 14 septembre 2005 (Inscrite le 25 février 2004, 43 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 263ème position).
Visites : 2 613  (depuis Novembre 2007)

Si vous aimez Olivier Adam, vous aimerez...

Je pense honnêtement que les lecteurs d'Olivier Adam peuvent se reporter sur Arnaud Cathrine : il y a une grande ressemblance entre les deux écrivains, un même univers... Et la coïncidence a également voulu que tous deux sortent pour cette rentrée un roman autour du deuil et la perte d'une mère. Laquelle s'est suicidée, en sautant d'une falaise, laissant une famille désemparée et scindée. Dans "Sweet home", l'histoire est contée par les trois enfants, à dix ans d'intervalle. Lily a dix-sept ou dix-huit ans, elle entretient une complicité avec sa maman mais ne pourra manquer la sauver de sa dérive. A leurs côtés, il y a le frère jumeau, Vincent, et le petit dernier de trois ans, Martin, aussi le père et l'oncle Remo qui boit trop. Comment vivre après la mort ? Comment ça va la vie après la mort ?... Mal, très mal. Ce livre, c'est un peu un exercice de deuil : trois largués, trois désoeuvrés, qui tentent de survivre au naufrage. Entre les frères et soeurs, un dialogue de sourds va s'ouvrir : en partant, la mère a ouvert des brèches faiblement colmatées, des cicatrices mal cautérisées. Le constat sera amer, quelques vingt ans après : faire ce que l'on peut, avec un trou dans le ventre, devenir qui l'on croit bon devenir, avec cet enthousiasme gris... - "On aura beau dire, nos constructions hasardeuses ne parviennent pas à se passer d'elle... Il faut du courage et de l'amour autour de soi pour aimer la vie maintenant".

Non, ce n'est pas gai non plus. Mais c'est fluide et cotonneux, on se berce dans ce drame familial, attendri par cette tribu d'éclopés. "Drôle de génération, on vous a donné toute liberté et vous voilà tous égarés à ne pas savoir qu'en faire, sinon tout et n'importe quoi..." - et c'est vrai, la peine existe, un peu rabat-joie et lugubre, mais il y a une étincelle derrière tout ça qui me donne à dire que c'est superbe !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

allons enfants de la fratrie…

6 étoiles

Critique de Jfp (La Selle en Hermoy (Loiret), Inscrit le 21 juin 2009, 71 ans) - 7 octobre 2018

Deux frères, une sœur, trois récits, chacun à quelques années d'intervalle. Lily, Vincent et Martin : une relation qui traverse les années, cimentée par la mort de la mère, Susan, soleil noir autour duquel gravitent "Papa" et son frère Rémo, Nathan et quelques autres au fil des amours et des naissances. La vie, quoi, avec ses hauts et ses bas, ses ratages et ses réussites. Malgré tout, un malaise subsiste, jusqu'à la toute fin, car ces personnages semblent plus faits de papier que de chair. Un court roman, assez bien écrit, qui n'aurait pas déplu aux apôtres du défunt "Nouveau Roman", tant la vie y semble faite avant tout de pages tournées…

Touchant

8 étoiles

Critique de Soldatdeplomb4 (Nancy, Inscrit le 28 février 2008, 30 ans) - 3 novembre 2008

Si vous voulez un roman déprimant, ruez-vous sur Sweet Home. Non pas que ça soit un mauvais livre, bien au contraire, mais il y a peu de sujets de réjouissance dans le récit qu'Arnaud Cathrine nous offre.
Tout accable les trois narrateurs, et leur famille en naufrage fait peine à voir. Un récit qui met la boule au ventre, et arrache presque les larmes aux yeux.

Bref, un très bon livre, une écriture qui plonge au coeur de l'intimité de cette famille en lambeaux. Sweet Home est un roman lu quasiment d'une traite, et absolument envoûtant.


A découvrir!

sweet home

6 étoiles

Critique de Lecktése (, Inscrite le 5 avril 2006, 46 ans) - 17 avril 2006

livre émouvant : histoire d'une famille éclatée par des secrets autour du désespoir amoureux de la mère.
Mère effacée , mais qui domine par son absence de bonheur... de vie , et qui finit par abandonner ses trois enfants et ses deux hommes .
Arnaud Cathrine, de cette écriture simple et ciselée, nous dévoile en même temps que le désordre familial - avec toutes ses échappatoires : non-dits, alcool, jeux, instabilité ou peur d'engagement..., - l'amour qui peut unir , envers et contre tout , une famille.

Tellement intime et tellement fort

8 étoiles

Critique de Aliénor (, Inscrite le 14 avril 2005, 51 ans) - 13 novembre 2005

Lily, Vincent et Martin.
Trois enfants – deux frères et une sœur – qui nous parlent de leur vie, des silences dans lesquels leur famille s’est installée… s’est construite. De ces silences qui les ont façonnés et avec lesquels ils se battent.
Chacun d’eux prend la parole à son tour, à dix ans d’intervalle environ. Chacun parle de ces étés passés sur une plage, selon un rituel immuable.
Chacun évoque surtout la mère absente… qui a choisi de partir.

Un livre très fort. Tellement fort qu’il est difficile d’en parler.
L’écriture est concise, acerbe, et tellement touchante. Cette histoire laisse une boule dans la gorge, un nœud à l’estomac. Un de ces nœuds à l’estomac qui sont salutaires.

Simple, fort, évident !

9 étoiles

Critique de Monito (, Inscrit le 22 juin 2004, 47 ans) - 6 novembre 2005

Tout n’est pas dû à l’écriture d’Arnaud Cathrine, rapide, ciselée, puissante, simple et juste.
Tout n’est pas dû à la forme employée dans ce roman, suite de réflexions de deux hommes et une femmes, une fratrie, à dix ans d’intervalle, su sujet d’une autre femme : la mère.
Tout n’est pas dû à la nature même du propos : le souvenir d’une mère, les souvenirs d’une famille, le temps qui passe et les destins qui se forgent, les vies qui se figent, les occasions qui se perdent, les regrets, les silences et les renoncements qui pèsent, les non-dits qui s’installent…
Non, tout n’est pas dû à chacun de ces éléments, c’est le propre d’un roman de les associer et Anraud Cathrine produit alors un effet percutant, bouleversant, dans moins de 200 pages qui se lisent d’une traite et vous isolent du monde pendant un instant.
Finir un livre les joues empourprées et brûlantes, rafraîchies seulement par les larmes qui, naturellement, coulent et provoquent le sanglot.
Voilà comment j’ai lu ce livre ; chacun le lira selon son humeur, le verra au travers du prisme de son état d’esprit, le placera peut-être dans son histoire personnelle et le résultat sera différent.
Ce livre a la force de la simplicité, de l’évidence, celle du retour sur soi somme seul foyer, de nature et de doute.

Forums: Sweet home

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Sweet home".