La horde du contrevent de Alain Damasio

La horde du contrevent de Alain Damasio

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique , Littérature => Francophone

Critiqué par Julius, le 11 septembre 2005 (Inscrit le 24 novembre 2004, 44 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 34 avis)
Cote pondérée : 9 étoiles (48ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 15 943  (depuis Novembre 2007)

une bombe !

Ils sont 23, marchant de l'extrême aval vers l'extrême amont pour y comprendre l'origine des vents. Ils sont la Horde du Contrevent, la 34ème ... après 33 échecs. Leur enfance n'a été qu'un apprentissage de cette lutte contre les vents avec l'espoir de faire partie de cette horde mythique. Pour beaucoup, leurs parents les ont abandonnés et sont partis dans les hordes précédentes, de père en fils ou de mère en fille, une tradition, presque une concurrence.
Les vents balaient la surface de la terre ou plutôt la raclent, impitoyable et indomptable, le vent dicte ses règles. Et devant lui on baisse la tête, on plie les genoux, on pleure et on hurle ! Alors que la plupart des peuples de cette terre ont choisi d'utiliser le vent et ont construit des machines pour se déplacer, une poignée de fous ont choisi le contre à pied. Mais jamais personne n'a dépassé la barrière montagneuse de Norska, où les vents sont simplement une folie ...
30 ans de contre ... Tout ça pour quoi ? Caracole le troubadour raconte "des histoires d'éléphants en fuite, hauts comme pas imaginable, battant l'air de leurs oreilles, d'outres géantes en peau de ciel percées par des archers, des histoires de hordes de péteurs imbus d'eux-mêmes qui avançaient et lâchaient des gaz, des oiseaux par flopées, poursuivant à tire-d'aile le soleil et qui généreraient les souffles... Des histoires de dieux agitant un éventail, de dieux baillant ou sifflant un air, secouant leurs draps, mettant des gifles à leurs enfants... Des dieux dont la parole inarticulée se déversait indéfiniment vers l'aval sans pouvoir en comprendre le moindre souffle ..."
"Il n'y a pas d'Extrême-Amont" auraient même dit les anciens ... Première pensée dès qu'on entame la lecture, évidemment ! mais soyons motivés ! tant qu'à croire qu'il existe autant que ce soit le trou du cul du monde !
Mais quand on donne sa vie, peut-on s'arrêter devant l'impossible, paradoxalement en a-t-on la force et si le véritable héroisme, ce serait d'accepter la honte de survivre comme le dit Matsukaze.
Dans cette Horde, il y a Golgoth, le traceur, incassable la tête haute quand les chênes plient, cruel mais qui ne triche pas, Arval l'éclaireur l'animal de la bande, tout à l'instinct, Erg le protecteur, seul face à lui-même, il y a aussi Caracole le poète, le fou, l'imprévisible qui donne la force, aux autres, de continuer ou se la donne, à lui-même, pour survivre, Oroshi la théoricienne des vents, la lectrice des flux et des reflux et Pietro, le prince, le seul qui pourra tempérer Golgoth, le suivra-t-il jusqu'au bout ? Iront ils jusqu'au bout d'eux-mêmes ? que restera-t-il de cette horde ? simplement le témoignage de Sov le scribe pour que la 35ème ne fasse pas les mêmes erreurs et, enfin, parvienne à l'extême amont.
Ce livre est un incontournable, une bombe ! comme l'ont dit le Monde, Télérama et beaucoup d'autres si vous ne croyez pas.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La horde du contrevent [Multimédia multisupport] Alain Damasio Arno Alyvan, comp. Olivia Guinebretière, Arno Alyvan, Alain Damasio... [et al.], voix, [acc. instr.]
    de Damasio, Alain
    La Volte / Sc. Fiction
    ISBN : 9782952221702 ; EUR 28,00 ; 15/10/2004 ; 521 p. ; Broché
  • La horde du Contrevent [Texte imprimé] Alain Damasio
    de Damasio, Alain
    Gallimard / Folio. Science-fiction
    ISBN : 9782070342266 ; EUR 10,60 ; 15/03/2007 ; 736 p. ; Poche
  • La Horde du Contrevent
    de Damasio, Alain
    Gallimard / Folio SF
    ISBN : 9782070464234 ; EUR 10,90 ; 05/03/2015 ; 736 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Génial mais imparfait

8 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 44 ans) - 18 avril 2016

Alain Damasio fait partie des quelques auteurs de SF ou de fantaisie qui ont réussi à créer un univers original, avec ses codes, ses mythes, sa société, son vocabulaire, son écriture. Un univers étonnant dans lequel on a un peu de mal à rentrer au début et où on avance, aveuglé par le vent et le sable, avant de pouvoir commencer à distinguer des voix, des personnages, à comprendre où nous emmène cette marche forcée. Suivant les cas, vous détesterez le style et le vocabulaire ou bien vous apprécierez le travail d’orfèvre baroque réalisé par Damasio.
Un seul tome c’est malheureusement trop peu pour exploiter toutes les pistes, tous les potentiels et ça laisse pas mal de questions sans réponse (qui organise la Poursuite, pourquoi), quand il ne s’agit pas carrément de contradictions et autres incohérences (un village fixe est détruit par un vent « normal » au début, comment Larco survit-il sur ses deux jambes ?).
Il y a également un certain nombre de signaux suggérant que ceux qui envoient vers l’amont ces groupes de valeureux pionniers connaissent la réponse ou peu s’en faut... pourquoi continuer ? Quel sens a tout cela ? Sauf à vouloir faire une parabole pseudo-philosophique sur l’absurdité de l’existence, façon Sisyphe comme le suggère le final que pouvait pressentir le lecteur. Ayant la chance d’être plus scientifique que philosophe, j’ai eu la chance de ne pas être hérissé comme certains par les références philosophiques plus ou moins réussies...

A couper le souffle !

10 étoiles

Critique de Titanototo (, Inscrit le 10 octobre 2012, 25 ans) - 3 mars 2016

Alain Demasio nous livre un récit d'une richesse époustouflante !

La Horde du Contrevent immerge le lecteur dans un univers construit d'une main de maître, le vent y est omniprésent et l'auteur a su en tirer un univers crédible et surprenant.
La narration est atypique puisqu'elle laisse d'un chapitre à l'autre la voix à un personnage différent. Ce mécanisme permet de réellement profiter de la diversité et des spécificité de chacun au sein de la Horde.
Enfin, tout ceci nourrit un récit épique, où persévérance et désillusion de ne sont jamais très éloignées..

A n'en pas douter une œuvre majeure de la littérature fantastique !

Époustouflant!

10 étoiles

Critique de Aguel (, Inscrit le 30 août 2015, 43 ans) - 30 août 2015

La horde du contrevent.
Un livre d'une très grande qualité , riche d'un univers étonnant , riche de personnages attachants, forts ,complets.
Ce livre est très bien écrit , l'histoire est captivante , bouleversante .
Cela faisait bien longtemps qu'un livre ne m'avait pas bousculé à ce point .
Dés la première page , je suis tombé littéralement dedans avec passion , tournant chaque page avec plaisir , lisant avec délectation ,quel bonheur , quel créativité!

Alors oui il a quelques petits défauts qui peuvent parfois troubler , quelques petits raccourcis qui nous transportent parfois trop rapidement d'un événement à un autre mais ces petits défauts sont tellement insignifiant à côté du torrent d'émotions que ce livre m'a procuré.
Pour moi , je le classe dans la même catégorie de livres exceptionnels tels que Dune ou Hypérion.

A lire Absolument.

Une expérience à tenter pour ne pas regretter

7 étoiles

Critique de Lolo6666 (, Inscrit le 20 août 2009, 43 ans) - 24 août 2015

23 hordiers, groupe solidaire depuis leur plus jeune âge, remontent le cours d'un vent qu'ils doivent contrer jusqu'à son origine. La découverte de cette source, tantôt bourrasque, noroît ou furvent, est leur unique quête, ultime. Progressivement acharnée, héroïque ou dramatique, les personnages, particularisés par un talent, un apprentissage ou un enseignement singulier, mènent cette aventure tambour battant. Le lecteur rentre la tête dans les épaules, serre les poings et attaque du casque la page suivante.

Surprenant voyage car, me concernant, la sortie de route fut toute proche tant le style « exigeant » de Damasio m’impose une concentration permanente. Les allocutions de « Caracole », haut personnage en couleur du récit, n’en sont pas étrangères. L’organisation du bouquin est par contre originale, et ce n’est qu’une fois les règles du jeu d’écriture maîtrisées, que je m’y abandonne, tout en anticipant mes passages les plus « pénibles ».

Au final, les regrets d’être passé à côté de ce presque objet littéraire non identifié ne sont plus, et j’en suis heureux. Mais je lirai avec plaisir un Damasio moins « exigeant ».

Une épopée hors du commun

8 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 34 ans) - 29 juillet 2015

Et bien voilà, finies les aventures de la 34ème horde du contrevent. Un roman de type « fantasy » pour le moins original.
Tout d'abord que le début fut déconcertant, moi qui n'ai pas l'habitude de ce genre de littérature. Damasio nous plonge directement au cœur de l'action. On se demande bien ce qui se passe, qui sont ces personnages symbolisés par des glyphes ? Qu'est-ce qu'un furvent ? … Le vocabulaire lui aussi est assez déroutant. Puis, petit à petit, ce qui était au départ un inconvénient, se transforme en avantage. On s'approprie les personnages et on se laisse embarquer dans une aventure extraordinaire.
Je ne peux que moi aussi conseiller cette lecture originale, dépaysante et particulièrement marquante.
Un roman à découvrir.

au commencement était le vent...

10 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 41 ans) - 2 juin 2015

"- Messeigneurs de la Frime, bonsoir ! Puisque nous nous connaissons, pour beaucoup, laissez-moi écourter la chamarre et assourdir les violons ! Sur ce gradin en face de vous, rasés de frais, la mèche en vrille et la chemise en vrac, est placée tout à trac – en guenille pour les meilleurs, pour les autres en haillons – la poussière du désert, ou pour mieux dire : sa coagulation… Ils sont l'orage marcheur ! Ils sont la foudre lente ! Ils sont de l'horizon les vingt-trois éclats de verre, les copeaux bleus et les tessons – j'annonce et vous présente, hirondelles et damoiseaux, nobles éologues et porte-drapeaux, la légende de cette terre : la Horde du Contrevent !"
Ils sont donc vingt-trois, chacun et chacune avec son rôle et son titre, et forment la trente-quatrième horde du Contrevent, parcourant la planète de l'extrême amont à l'extrême aval, pour découvrir l'origine du vent. Voilà trente ans qu'ils "contrent", qu'ils avancent avec le vent en face, laissant un petit peu d'eux à chacun de leur pas (ils n'ont pas le droit d'utiliser des appareils utilisant la force du vent pour avancer dans leur quête), et s'ils passent le col de la Norska, haut-fait jamais réalisé, ils entreront dans la légende. Ils deviendront une légende.


Voilà un livre déjà énormément commenté, et je ne vais pas faire dans l'originalité. Je fais partie de ceux qui ont aimé, adoré, qui ont lutté contre le vent, petite 24ème non invitée de la horde, avide d'écouter les mots d'esprit de Caracole, de courir légère comme l'air avec Arval l'éclaireur, d'échanger avec Oroshi sur les mystères du monde, de combattre en trois dimensions avec Erg, et de créer du feu quelles que soient les conditions comme Callirohé. Et puis bien sûr, de suivre jusqu'au bout de ce monde-là le Golgoth !

Alain Damasio m'a plongée dès les premières lignes dans un monde régi par le vent, avec en face un furvent à décorner la horde, dans un "contre" auquel je ne comprenais rien, excepté l'urgence pour les personnages personnifiés par des symboles de faire ce qu'on leur disait de faire dans les plus brefs délais ! Après, j'ai commencé à apprendre le vocabulaire de cet univers, ses codes, ses sociétés, ses légendes, son fonctionnement, et je me suis habituée aux 23 héros de ce gros pavé (même si, et c'est parfois dommage, on passe son temps plus fréquemment avec certains qu'avec d'autres !).

Je pourrais faire un certain nombre de reproches à ce livre : il y a des maladresses, certains personnages sont stéréotypés, des questions restent sans réponses, et la fin, à mon humble avis, est un peu bâclée.

Mais ça faisait vraiment longtemps que je n'avais pas été aussi transportée par un livre de SF, que je n'avais lu un livre aussi ambitieux, que ce soit par son sujet, son environnement (la création d'un monde avec ses codes, sa géographie, etc…), le procédé narratif (ce sont les membres de la horde qui prennent parole tour à tour), la création d'un langage basé sur les vents, sa longueur… En plus de présenter une épopée à la fois poétique et créative, c'est une œuvre hautement symbolique (la représentation des membres de la horde par exemple, mais aussi le principe de numérotation à l'envers…). A contre-courant des derniers ouvrages "adolescents", pardon, pour jeunes adultes, que l'on trouve si fréquemment, Damasio nous fait part d'une philosophie toute personnelle, élevant cet ouvrage à quelque chose de plus intellectuel. J'ai d'ailleurs, trop pressée d'arriver au terme de l'histoire et de savoir où cette quête allait me mener, fait un peu l'impasse sur cette partie un peu plus "philosophique" et symbolique. Ce qui implique qu'il va me falloir acheter le livre en question et le relire bientôt… Youpi !!!

Damasio vent en poupe !

9 étoiles

Critique de Omnilibrovore (, Inscrit le 3 juin 2014, 55 ans) - 4 juin 2014

Un livre-univers.

Rarement appellation n'aura été aussi juste. L'univers de ce livre est une bande de terre allongée d'Est en Ouest entre les glaces du Nord et celles du Sud et parcourue par les vents. La Horde est en marche vers l'Ouest, l'extrême-amont, l'origine du vent, à pied. Vingt-trois personnes, hommes et femmes la forment, tous attachants, passionnés et passionnants à suivre dans leur lutte pas à pas contre le vent qui est tantôt douce zéphirine, tantôt furvent infernal parcouru de blasts (explosions turbulentes).

Ils sont vingt-trois : Golgoth le traceur, Pietro le prince, Sov le scribe, Caracole le troubadour, Erg le combattant-protecteur, Talweg le géomaître, Firost le pilier, l'autoursier et le fauconnier les oiseliers-chasseurs, Steppe le fleuron, Arval l'éclaireur, Horst et Karst les ailiers, Oroshi l'aéromaître, Alme la soigneuse, Aoi la cueilleuse et sourcière, Larco le braconnier du ciel, Léarch l'artisan du métal, Callirhoé la feuleuse, Boscavo l'artisan du bois, Coriolis, Sveziest et Barbak les crocs. Ils parlent et se présentent les uns les autres à tour de rôle et imperceptiblement par petites touches progressives on pénètre ce monde on s'acclimate à son étrangeté et on s'attache à ces personnages de la Horde, de la 34ème et ultime Horde.

Ce livre est surtout une expérience de lecture, par ces voix des différents personnages qui s'entrelacent, se tressent et tissent l'étoffe de ce roman. Des liens écrits répondant à des liens d'amitié, de communauté, de fraternité entre ces hommes et femmes unis par et contre et avec le vent. Un vent qui est en filigrane le personnage principal de ce monde qui lui doit la vie. Une expérience de lecture par l'invention lexicale qui participe à l'impression de réalité de ce monde qui nous habite encore longtemps une fois le livre refermé.

Pour vous en donner un avant-goût, voici les trois premiers paragraphes :


À l'origine fut la vitesse, le pur mouvement furtif, le "vent-foudre".

Puis le cosmos décéléra, prit consistance et forme, jusqu'aux lenteurs habitables, jusqu'au vivant, jusqu'à vous.

Bienvenue à toi, lent homme lié, poussif tresseur des vitesses.

Mais je ne vous dis pas tout. Des signes de ponctuation, des bribes, des mots, des fragments de phrases - presqu'une forme de poésie typographique - précèdent ces trois premiers paragraphes.

Il faut lire Alain Damasio !

le courroux du furvent, la douceur du zéphyr

6 étoiles

Critique de Fanou03 (*, Inscrit le 13 mars 2011, 42 ans) - 29 novembre 2013

Bien sûr on peut en trouver des défauts à cette Horde du Contrevent : quelques incohérences narratives, quelques facilités, un rythme plutôt lent, des passages un peu bavards, un concept qui atteint parfois rapidement ses limites.

Mais le roman n’en reste pas moins un objet totalement original dans le paysage littéraire du genre fantastique, profondément poétique, porté une ambition très intéressante et salutaire. Servi par une écriture brillante où l’auteur montre à l’évidence un réel plaisir à jouer avec les mots et avec la langue, le récit déploie devant nous une quête étrange, à la limite de l’absurde.

Roman d’ambiance sans doute plus que roman d’action, la Horde du Contrevent se construit par et pour la thématique du vent, du mouvement, de la cohésion et du souffle, thématique renforcée par le principe – bien désemparant au départ – de la narration à vingt-trois voix.

J’ai été, je dois dire, malgré ses défauts, assez fasciné par La Horde, par l’ampleur du projet littéraire et par l’espace d’innovation qu’elle tente s’insuffler, certes avec plus ou moins de bonheur. La destinée de la Horde n’a pas fini, je pense, de me poursuivre, comme le courroux du furvent ou la douceur du zéphyr.

Quel beau livre !

10 étoiles

Critique de Momoshaouse (, Inscrit le 15 avril 2011, 33 ans) - 7 septembre 2013

La horde du contrevent nous parle d'un monde balayé incessamment d'Est (l'amont) à Ouest (l'aval) par un vent sans fin. Nous suivons alors la quête de la 34ème horde, un groupe de 23 personnes formées dès l'enfance pour remonter le monde connu et découvrir que se cache en extrême amont.

J'ai été vite émerveillé par la magie de ce livre, intrigué par ce mystère et ému par toutes les vicissitudes qui arrivent à cette horde. Certains passages sont certes un peu difficiles, certains un peu longs et on aurait aimé que l'auteur nous parle un peu plus de l'histoire de certains personnages, qu'il développe un peu plus certains liens qui se forment durant les 30 ans que dure le voyage, mais l'ensemble est bien fluide et toujours intéressant.

A lire.

La horde en vacances

10 étoiles

Critique de Byobinou (Rumilly (74), Inscrit le 22 février 2011, 48 ans) - 30 janvier 2013

Cela faisait longtemps que ce chef-d'oeuvre de la littérature "onirique" n'avait pas été critiqué, alors je le remets au goût du jour...

Pour quelle raison ?

Pour une raison simple : De mes délicieuses vacances 2011, avec ma douce et tendre, au travers des plaines flamandes jusqu'au polders hollandais, ce livre m'a suivi, enthousiasmé, subjugué... De Bruges à Knocke-Eist en passant par la Zeeland et bien sur les furieux vents des iles Frisonnes, me reviennent plus que tout en mémoire les images de ce Contre...

Arrivé à Amsterdam, j'ai préféré le musée Van Gogh à la fin du livre. Mais est-ce vraiment important ?

Cinq étoiles sont un minimum.

Symbolique

8 étoiles

Critique de Eoliah (, Inscrite le 27 septembre 2010, 66 ans) - 21 décembre 2012

En septembre j'avais abandonné la lecture de ce livre débordée par le nombre de personnages, la difficulté à mémoriser le nom, l'avatar et la spécialité de chacun. Je l'ai repris au début et, en m'aidant du marque page mémoire, j'ai bien accroché. J'ai adoré les néologismes signifiés et signifiants en même temps, proches du ressenti. J'ai bien aimé la CE de Ploukizolle qui recense toutes les incohérences.. démarche qui est souvent la mienne. Il m'a évité de le faire, et peut-être permis de trouver un autre sens à ce roman. Toutes ces incohérences sont celles de la vie: courir sans savoir après quoi on court, souffrir pour une idée ou un défi, perdre des compagnons de route, affronter des obstacles que l'on pourrait contourner, la persévérance qui tourne à la persévération et le temps qui passe...

Grand chemin pavé de poésie

9 étoiles

Critique de Lobe (Montpellier, Inscrite le 28 juin 2011, 23 ans) - 13 novembre 2012

Livre fou, livre soufflant, où l'on peut se perdre, s'immerger, relire toute phrase, se gargariser des noms de vent, s'identifier à tel personnage, ou bien non, piocher dans chacun. J'ai laissé couler les pages, fermement arrimée derrière la Horde, j'ai voulu en être aussi. Leur quête est absurde, et ça n'a pas d'importance: la seule chose qui compte est le chemin sous leurs bottes.
Je ne crois pas ce livre parfait, mais il emporte si loin, si haut, ailleurs. C'est un long poème, pas si exigeant si on accepte de ne pas tout saisir dans les premières pages, que j'ai relues aussitôt la dernière ligne engloutie.


Pour qui cherche du dépaysement, qu'il le cherche ici.

Unique

10 étoiles

Critique de Bretzel33 (, Inscrit le 14 août 2012, 33 ans) - 14 août 2012

Un livre extraordinaire...
Le monde, l'histoire, le style, tout est excellent.
Nous avons même la chance de lire la version originale (et heureusement pour le défi de Caracole...).

Je n'ai jamais lu un livre plus "ovnique" que celui là. Absolument unique. A lire, à acheter, à conserver !!

Du bon et du moins bon

6 étoiles

Critique de Pazuzu (, Inscrit le 10 mai 2012, 45 ans) - 10 mai 2012

Le début est vraiment emballant, puis ça s'enlise, beaucoup de longueurs.
Univers original, écriture maîtrisée bien que parfois pompeuse, quelques personnages vraiment marquants.
On laisse malheureusement à penser que tous les membres de la horde vont disposer de leur propre style d'écriture mais dans les faits il n'en est rien, seuls quatre ou cinq intervenants se démarquent...
Je n'ai pas non plus aimé certains passages qui versent dans le grand n'importe quoi comme le fameux duel dans les airs, c'est quand même un peu "too much"...
C'est quand même un roman distrayant, même si traînant en longueur, qui rappelle certaines BD Françaises de SF "médiévalisée" des années 80.

Yak!

10 étoiles

Critique de Rorschach (, Inscrit le 27 février 2012, 25 ans) - 18 mars 2012

(Livre que j'ai découvert sans connaitre les récompenses machin et les promos truc..)

Beaucoup de personnages et des caractères pas toujours différentiables avec facilité, en tout cas pour ceux qui parlent le moins. En effet les 23 membres de la Horde n'ont pas la même égalité au niveau de la "prise de parole". Mais qui pourra le reprocher à par une personnalité multiple peut-être!
Quelques incohérences et des idées pas toujours exploitées au maximum du leur potentiel.
Une fin frustrante, mais avouons-le, si ce n'est pas frustrant ce n'est pas bon..

En sachant tout cela je ne peux toujours pas me résoudre à dire que ce livre ne possède pas une force remarquable. Immersion totale dans cette quête de l'absurde qui nous rappellera sans doute notre propre quête. Je me suis particulièrement intéressé à Golgoth même si il parle moins que d'autres il reste pour moi le personnage dominant de l'histoire, devant un Caracole, un Sov ou une Oroshi. D'une part évidemment parce que sa personnalité est très réaliste (et me rappelle d'ailleurs un personnage dans le roman précédent de Damasio "La Zone du dehors", le dénommé Slift surnommé aussi Snake). Mais aussi car sa détermination à aller jusqu'au bout par vengeance, orgueilleux avec le frère qui est tout autant attiré par l’extrême amont me plait.
J'ai aimé quasiment tous les passages du livre même ceux un peu longs en explications. Je peux dire que la joute de Caracole notamment est attrayante, je la trouve remarquablement bien pensée et écrite.
Par contre que Oroshi ait couché avec ce dernier, ainsi que la naissance d'un bébé à moitié autochrone et la neuvième forme du vent bof quoi.

Sans en dire plus je m'arrête ici.

Simplement la curiosité de connaître ce qui se trouve au bout du monde me ferait lire ce livre..

Ambitieux, fascinant mais frustrant

7 étoiles

Critique de Eric Eliès (, Inscrit le 22 décembre 2011, 43 ans) - 22 décembre 2011

"La horde du contrevent" est un livre ambitieux, qui se dévore en quelques jours et exerce longtemps son pouvoir de fascination. La force du récit, qui happe littéralement le lecteur, réside dans la densité de présence d’un monde régi par d’autres lois que le nôtre et le sentiment que la horde, menée d’une poigne de fer par son chef, progresse autant vers la source des vents que vers un destin inéluctable. La tension est accentuée par la narration subjective, qui permet de ressentir les souffrances et les hésitations, ou la résolution, de chacun des membres de la horde. Ainsi, au-delà d’un roman d’héroic-fantasy sans pareil, se dessine le récit d’une quête existentielle. Au début unis par leur but commun et totalement soumis à la communauté, les hordiers peu à peu s’individualisent et parviennent, pour certains d’entre eux, à s’interroger sur le sens de leur marche inexorable vers l'Amont… La fin, qu’il ne serait pas charitable de dévoiler (même si beaucoup ont déjà spoilé :) ), est particulièrement poignante et m'a paru être la meilleure partie du recueil.
Néanmoins, "La horde du contrevent" n’est pas un chef d’œuvre : outre de nombreuses incohérences dans le récit (certaines ont été soulignées dans d'autres commentaires mais il y en a d'autres), l’auteur se complaît dans des artifices d’écriture (notamment la joute orale de Caracole menée comme un concours de slam) et multiplie les outrances et les effets visuels inutiles. Comme si Damasio avait voulu réussir la synthèse des philosophes présocratiques, de Nietzche, de Star Wars et de DragonBall Z... Et puis, j’ai été surpris que les étoiles, vers lesquelles le regard naturellement se tourne dès que vient la nuit (qui a navigué ou randonné en montagne sait de quoi je parle), ne soient jamais évoquées alors que le ciel devrait fasciner des hommes prisonniers d'un monde clos et hostile. Le monde où progresse la horde reste en fait artificiel et conceptuel, contrairement aux univers, tout aussi étranges et déroutant, crées par Michel Bernanos (La montagne morte de la vie) et Charles Duits (Ptah Hotep) qui avaient la même ambition de transcender le genre de la SF Fantasy et de l'ouvrir vers la poésie et la métaphysique...

Bilan mitigé

7 étoiles

Critique de Ploukizolle (, Inscrit le 22 juin 2011, 32 ans) - 22 juin 2011

La Horde du contrevent


Je viens d’en finir la lecture. Je précise que j’ai d'abord entendu parler de Damasio comme d’un « deleuzien », un type féru de philosophie (ce qui est aussi ma branche) et donc je l’attendais, si je puis dire, au tournant. Et ce, en deux sens : je voulais vérifier si, d’une part, 1) l’auteur parvient à intégrer de la philosophie dans son histoire, mais surtout 2) s’il réussit à ne pas gâcher l’histoire avec ça, à ne pas gonfler artificiellement le texte avec des références philosophiques qui tombent à l’eau. Mais j’ai évidemment surtout lu ce roman parce que j’en avais lu un extrait de quelques lignes sur internet et que le style m’avait enchanté, et parce que l’idée d’un groupe remontant à contrevent me semblait géniale.
Je peux donc maintenant faire mon petit bilan, qui sera quand même assez détaillé. Le livre a quelques points forts, mais aussi pas mal de points faibles, sur lesquels je vais plutôt insister (bien sûr, à quoi bon sinon ?). Je précise bien entendu que je spoile à mort.

Au niveau des points forts, je compte :

_ L’idée générale de marcher contre le vent, d’un monde unidimensionnel structuré par l’aval et l’amont, d’une horde soudée dans cet effort qui confine parfois à l’absurde.

_ Le style de l’auteur, qui est la plupart du temps très bon, très travaillé. L’utilisation de néologismes sans explications (les « muages » ou « l’Hordre », par exemple), m’a bien plu aussi. Le style est sans doute l’endroit où l’auteur a laissé le plus libre cours à sa créativité. Le livre vaut surtout et d’abord d’être lu pour ça.

_ L’idée de faire parler chaque personnage l’un après l’autre, et d’appeler chaque nouvelle prise de parole par un signe était sympatoche.

_ Les pages numérotées de 700 à 0, ça ne sert à rien, mais ça claque (je le pense un peu malgré moi, je n’aime pas trop les effets « faciles » d’ordinaire).

_ Le personnage de Golgoth et le style de son expression sont très réussis je trouve. Le style d’Erg est bien aussi, surtout dans la scène d’« amour » (enfin, de cul) avec la Fréole sur le bateau après le jeu du flambeau et avant le combat avec Silène.

_ L’idée d’une réflexion sur le vent, qui est un peu le personnage principal du texte, des différentes formes du vent, et l’idée de leur notation en virgules, points, etc. tout cela m’a bien plu pendant la lecture. Après avoir vu cependant quelques commentaires sur internet, j’ai un peu changé d’avis.

_ Le combat littéraire entre Caracole et le type sur la colonne est plutôt réussi.


Au niveau des points faibles, je compte :

_ L’absurdité de l’effort de la horde dont j’ai parlé plus haut n’est pas assez exploitée. J’ai refermé le livre sans avoir compris pourquoi ils ne prenaient pas un navire pour contrer ! Certes, le contre se fait « avec le corps », bloc contre bloc, etc., mais je suis insatisfait de cette réponse. Je crois pourtant que ce n’est pas rédhibitoire, qu’une meilleure exploitation était possible sans toucher à la construction générale du livre.

_ Je parlais avant du travail sur le vent comme personnage principal du texte. J’aimais bien l’idée pendant la lecture, parce que j’attendais de grosses révélations qui ne sont pas venues. Donc, finalement et après avoir lu des commentaires sur internet, je me dis que le vent comme personnage principal, ça ne fonctionne pas si bien que ça. Il est normal qu’on finisse par épuiser un peu le sujet au bout d’un moment (disons aux deux-tiers du livre). En particulier, je trouve très bof les passages sur le vif à la fin et les 3 dernières formes du vent sont ratés. J’aurais préféré un 7ème vent franchement vertical (on ne le comprend pas vraiment), et les 8 et 9èmes un peu moins « spirituelles ». Pas de continuité non plus entre les 9 formes, de gradation. J’aurais aimé aussi en savoir plus sur les chrones. Bref, le travail stylistique de l’auteur sur le vent, travail qui échoue (mais c’était couru, la tâche est trop difficile), finit par faire passer un peu à la trappe le travail sur les personnages et l’histoire.

_ A ce propos, je trouve les péripéties un peu trop rares, ou trop fréquentes c’est selon. Soit l’auteur cherchait à faire quelque chose de neuf et dans ce cas le livre aurait dû être (du point de vue narratif) complètement vide : aucune péripétie (ni montagne, ni lac, ni tour glyphée (« fontaine, je ne boirai pas de ton eau »), etc.), juste l’éternelle marche contre le vent, ponctuée seulement par ses différentes formes. Soit on retombait sur quelque chose de plus classique : des péripéties de temps en temps, certaines un peu gratuites (la tour glyphée), des villes et des montagnes à traverser, la quête heroic-fantasy classique. La première possibilité aurait dû être choisie, je pense, mais elle est beaucoup plus difficile à mener ! Le lecteur aurait été lui-même hordier à combattre contre la vacuité narrative du livre, et son Extrême-Amont aurait été la page finale.

_ Je trouve ensuite que l’Extrême-Amont est un peu trop facile à atteindre. Finalement toutes les hordes arrivent quasiment à la fin, y compris la 33è qui arrive jusqu’au volcan (la septième forme). Par ailleurs, dès la tour d’Alticcio, on sait tout ce qu’il y a à savoir sur la fin, tout le monde connaît déjà les 9 formes, la quête n’a plus de sens. Les 9 formes sont presque une banalité, tout le monde les connaît : Te et Ne Jerkka, les aerudits, les aéromaîtres, les hordiers précédents, etc.. J’aime bien l’idée que la troupe du 6è Golgoth avait déjà atteint le bout, mais là on a un peu l’impression que tout le monde a réussi. Ou alors, l’auteur aurait dû insister sur le fait que tout le monde sait déjà, et que la 34è est complètement manipulée par l’Hordre (ou par qui que ce soit), qu’en gros toutes les hordes ont déjà atteint le Bout, et que la quête n’est qu’un combat absurde délibérément inventé par l’Hordre pour pacifier la population (cette théorie complotiste à deux francs eût été fumeuse, mais ce n’est qu’une réponse possible). Du coup, on reviendrait à l’idée d’un combat absurde, qui, je le répète, n’a pas été assez exploitée. Dans la même veine, je me dis que l’auteur aurait pu insister davantage sur l’idée que cette 34è Horde est un reliquat des mondes anciens, que le monde a évolué autour d’eux (Fréoles, technologie), que les précédents hordiers se sont sédentarisés, que tout le monde est guetté par la sédentarité, et que du coup tout le monde voit les hordiers comme d’aimables timbrés archaïques, qu’on se fout d’eux, etc. (ce qu’on trouve dans le bateau fréole).

_ Certaines failles dans le style, notamment pour Caracole, qui fait souvent plus Jean Roucas que Baudelaire. Mais restituer la génialité poétique d’un autochrone de pur vent était sans doute un défi un peu trop ardu pour l’auteur...

_ On a parfois des marques d’immaturité de la part de l’auteur, et notamment au sujet de l’utilisation de la philosophie. Quand par exemple l’auteur compare le faucon (vol vertical) et l’autour (vol horizontal, transversal), et qu’il se sent obligé de parler au sujet de l’autour d’un vol « en immanence », on voit à cent kilomètres le gros cliché deleuzien. C’est très poussif. Idem pour l’utilisation, une fois, du terme de « rhizome », de « pli », les phrases bidon de la tour d’Alticcio (« vis chaque jour comme si c’était le dernier ») qui font chialer les personnages un peu vite. Sans dire qu’il s’agit de philosophie de comptoir pour adolescent (d’accord, ça arrive...), l’effet retombe souvent à plat. Les citations de Nietzsche font prout-prout. Quelques développements intéressants sur le vent, le vif, etc., au milieu du livre, mais les développements de la fin sur ce thème sont assez mauvais.

_ Rien à voir, mais l’auteur sa la pète vraiment. Il « écrit peu, par exigence ». Un peu de modestie, que diable. Cette petite présentation du début m’a fait mauvaise impression, en tout cas. Sans parler de remplir son frigo en faisant des enquêtes socio-économiques.

_ Une incohérence me semble-t-il. Certains personnages de la 34è sont des enfants de ceux de la 33è (ce qui, soit dit en passant, ne me semblait absolument par nécessaire). Or, si les gars de la 33è sont partis à l’âge de 10 ans environ, ils n’ont pu enfanter qu’en route. Comment expliquer alors, dans le cas du Prince Pietro en particulier, qu’il se rappelle ces moments d’amour passés en Extrême-Aval avec ses parents, la peluche, etc. ? Ses parents n’ont pas connu l’Extrême-Aval, passés 10 ans... On aurait pu expliquer à la rigueur (ce n’aurait pas été bien pour autant) que les parents aient enfanté en route et qu’ils aient largué dans le premier bateau fréole leur progéniture pour les renvoyer en aval ; mais que eux-mêmes, les hordiers, soient retournés en Extrême-Aval pour pouponner, je me l’explique mal ! Une solution simple à ce problème (pour une éventuelle réédition) : les hordiers de la 34è ne sont pas les enfants de ceux de la 33è, puisque ce détail, de toute manière, ne sert à rien. Il se peut aussi que j’ai loupé quelque chose.

_ Autres incomplétudes ou incohérences en vrac :
1) le Corroyeur ne sert pas à grand-chose, de même que Silène et son combat avec Erg Machaon.
2) On ne comprend pas cette histoire de Poursuite, d’où viennent-ils, qui sont-ils, pourquoi font-ils cela ? (avec l’histoire du Corroyeur, ce sont deux pistes amorcées, et pas du tout suivies, et je ne comprends pas pourquoi ; on a vraiment le sentiment que l’auteur avait prévu (par exemple) de remettre le Corroyeur en Extrême-Amont, et qu’il a changé d’idée en cours de route).
3) Pendant le combat avec Silène, un des personnages (je ne sais plus lequel, peut-être Larco) se fait trancher les jambes, il me semble, ou du moins blesser grièvement ; rien n’est dit sur son rétablissement, et peu après, il se retrouve à gambader face au vent avec les autres. Pour toutes les morts, c’est un peu le même scénario : le gars a l’air de mourir, et la horde repart, et j’en suis à hésiter pendant quelques pages pour savoir s’il est vraiment mort. Parfois c’est l’inverse, le gars a l’air de mourir, mais, tiens !, le personnage est de nouveau mentionné dix pages plus loin, et je me dis « ah bon ! il était pas mort lui ? ». C’est probablement volontaire, mais moi, ça m’a brouté. C’est le cas par exemple pour l’épisode du siphon, où Firost tombe (avec quelques autres), et puis non en fait il s’en sort, je ne sais trop comment.
4) Je n’ai rien compris à la manière dont les personnages se sont échappé après que Caracole ait perdu volontairement le combat littéraire.
5) L’assassin présumé de Caracole : encore une piste non exploitée.

_ Pour la taille du livre. Personnellement, ça m’importe peu. J’ai lu ce livre en deux jours. Qu’il soit bien écrit ou mal écrit, long ou court, peu importe, je lis tous les livres assez rapidement et surtout en continu. Donc ça ne me dérange pas, je n’ai pas le temps de m’ennuyer. Cependant, effectivement, par rapport au matériau exploité c’est un peu long (surtout la fin) ; par rapport au matériau exploitable, c’est un peu court par contre. Je lis cependant sur Wikipedia : « Ce roman devait à l'origine être le premier tome d'un diptyque. L'auteur a pour l'instant renoncé à écrire le second tome, qui aurait raconté la reformation de la Horde, pour se focaliser sur des ouvrages plus engagés ».

_ Au niveau des personnages : voilà un point important. Je trouve que, contrairement à ce qui est dit en général du livre, leur différence de style d’expression ne se fait pas vraiment sentir. Hormis Golgoth et Erg dont j’ai parlé, et aussi l’éclaireur (Arval) et le troubadour (Caracole), tous les autres personnages parlent à peu près de la même manière. Je suis d’accord aussi pour dire que le monopole de la parole accordé à Pietro, Oroshi et Sov (qui sont à peu près interchangeables pour ce qui est du style) est dommageable au style et au récit. Les autres passent à la trappe. Du coup, je n’ai pas arrêté de confondre d’une part 5 personnages masculins un peu insignifiants, à savoir Steppe le fleuron, Larco le braconnier du ciel, Léarch (c’est qui déjà celui-là ?), Silamphre et Talweg le géomaître ; et d’autre part les personnages féminins : Alme la soigneuse, Aoi la cueilleuse-sourcière (« petite source »), Calli la feuleuse, et Coriolis dont on ne sait pas vraiment grand-chose à part qu’elle est bonasse. D’une manière générale, je trouve les personnages féminins trop pâles, souvent relégués à l’arrière. A la rigueur, on ne voit pas trop leur intérêt dans la quête. D’ailleurs, quand ils crèvent, ils sont bien vite remplacés... L’idée d’avoir 23 personnages ne me dérange pas, mais il aurait fallu les travailler plus et les rendre tous indispensables et non interchangeables, qu’on sente bien la force du groupe. Seul Golgoth a vraiment de l’épaisseur, je trouve. Les autres personnages, y compris Caracole, Sov, Oroshi, sont trop faiblards.

_ Juste comme ça : il est souvent question d’une carte tatouée sur le dos... J’ai cru pendant une bonne partie du texte que c’était là une métaphore pour désigner les vertèbres des hordiers qui avaient fini par prendre le pli de la route, et qui « indiquaient » dans leur déformation le chemin parcouru. Mais il semble que ce soit vraiment une carte routière qui leur a été imprimée sur la peau au départ. Je croyais que la Trace y suffisait. D’ailleurs, ils ne la regardent pas souvent leur carte... Si en plus la carte qui représente la dernière étape du parcours est tatouée dans le dos du Golgoth, je vois mal comment il va la lire, si c’est lui qui guide... Bref, dommage, je préférais ma lecture des vertèbres déformées par la marche : la carte, c’est le corps qui lutte contre les vents, ce genre de choses. Dieu merci, nous avons évité à ce propos une déblatération sur le corps sans organes ou chépakoi...

_ L’auteur aurait pu, lui est qui si « exigeant » avec lui-même, l’être davantage avec le lecteur. Je pense par exemple que l’idée de noter le vent avec des virgules apostrophes aurait dû être plus intégrée au texte, et que l’auteur n’hésite pas à « forcer » le lecteur, pour continuer sa lecture, à apprendre la grammaire du vent. Qu’il n’hésite à en mettre des couches, même imbuvables. Sinon, tu traverses le livre, hop, hop, et tu l’oublies après.

_ Pour la fin, qui a fait beaucoup jaser. D’accord, on a à peu près tous les scénarios possibles en tête depuis le début : soit ils retombent en Extrême-Aval, soit il n’y a juste rien, soit ça continue à l’infini, soit ils tombent sur une source du vent qu’ils bouchent et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, soit combat épique avec un Dieu qui souffle ou une quelconque autre espèce intelligente qui envoie du vent pour une raison x (cf. histoires de Caracole). Bon, la fin est un peu un mix entre ces différentes solutions (qui sont limitées en nombre tout simplement parce qu’elles correspondent grosso modo aux différentes solutions envisageables et historiquement envisagées par l’esprit humain pour répondre au problème philosophique de l’origine du monde et à la modélisation mathématique du « bout » du monde). On ne pouvait donc pas s’attendre à autre chose, il me semble. Je trouve un peu ratée l’exploration de Sov qui descend par la plante, mais je crois finalement que la chute (le retour en Extrême-Aval) était la meilleure fin possible. Je crois cependant, comme je l’ai déjà dit, que ce qui compte ce n’est pas tant de savoir ce qu’il y a au bout du monde, que de connaître le sens de la quête. Et j’aurais aimé que leur quête soit encore plus vaine qu’elle ne l’est, c’est-à-dire qu’en arrivant en Extrême-Aval, Sov raconte ce qu’il a vu à l’Hordre, et que tout le monde lui dise « on savait déjà depuis des siècles, fieu, on vous a fait marcher », ou quelque chose du genre (en mieux, bien sûr).

_ Question bête : ceux qui sont tombés dans le vide de l’Extrême-Amont (Coriolis, Golgoth, peut-être les Dubka, et d’autres ?, et sans doute ceux de la horde du sixième Golgoth) est-ce qu’ils ne devraient pas finir, au terme de leur chute, par s’écraser en Extrême-Aval, à l’endroit où Sov a atterri ? C’est quoi la cage qu’a suivie Coriolis pour descendre dans le trou ? A ce propos, d’ailleurs, la 9è forme comme « la pire épreuve », ça tombe à plat : Coriolis est censée s’affronter à Larco, alors qu’elle n’est même pas amoureuse de lui, donc rien de spécial ; l’autoursier voit le fauconnier, bon, bof... Pour Sov, qui découvre la solitude, et Pietro qui affronte la mort de ses amis, ça a un peu plus de gueule, mais bon, ça n’est pas tellement mieux.

_ Autre question qui me vient : le but de l’Hordre, c’est quoi ? Découvrir les 9 formes ou atteindre l’Extrême-Amont ? Parce que si c’est de découvrir l’Extrême-Amont, ils peuvent y aller en bateau, et si c’est de connaître les 9 formes, il suffisait de causer avec un des frères Jerkka ou de passer bouquiner dans la tour d’Alticcio ?

Bilan : contrasté évidemment. L’auteur a beaucoup de potentiel, c’est sûr. Pas mal de déceptions pour moi (il est un peu tôt pour avoir un avis définitif, j’ai fini le livre il y a deux heures). Le problème est classique : le livre promet énormément (de révélations, notamment), et ne tient pas ses promesses. Les personnages n’ont pas été assez travaillés. Mais le style est vraiment génial, et l’idée générale du bouquin est excellente, je n’en démords pas. Rien que pour ça, ça valait le coup ! Essai à confirmer, donc.

Sinon, je serai ravi d'avoir quelques réponses des lecteurs aux questions que je me pose.
Amitiés à tous.

Quelle bourrasque !

10 étoiles

Critique de Frankgth (, Inscrit le 18 juin 2010, 47 ans) - 13 février 2011

D'une originalité sans borne, ce livre nous fait traverser la mission absurde de toute une vie pour une bande hétéroclite mais finalement plus résistante qu'aucune autre avant elle, retrouver l'origine du vent qui balaye leur monde. Ainsi à chaque génération part une horde de jeunes formés quasiment dès la naissance dans ce seul but.
Comme nos malheureux protagonistes de la horde, en lisant ce roman je me suis senti bousculé, soulevé et transporté, mais le plus puissant des vents n'aurait pu m'obliger à le lâcher avant d'avoir atteint la dernière page.
Certes le départ est un peu ardu, naviguer entre tous ces personnages qui parlent à la première personne avec juste un symbole pour les différencier (merci le marque page chez Folio SF) n'étant vraiment pas naturel, mais une fois qu'on entre dedans, ce n'est plus que du bonheur (ou une longue souffrance si l'on fait montre d'empathie).

Une sacrée épopée

8 étoiles

Critique de Florian1981 (, Inscrit le 22 octobre 2010, 35 ans) - 19 janvier 2011

Je suis à la fois très emballé par ce livre et en même temps frustré voire en colère contre l'auteur qui n'en a pas, selon moi, tiré tout le potentiel possible! C'est donc un très bon livre, très captivant, mais il n'est pas exceptionnel :(

Parmi les points positifs :
- une atmosphère singulière et bien restituée! La progression de la horde est linéaire mais les aventures sont variées et différentes.
- la horde est à la fois une et plurielle : elle fait bloc comme un seul homme mais les personnalités qui la composent sont différentes et pour la plupart assez fouillées! Même si les hordiers sont nombreux (23!!) on les reconnait tous assez facilement grâce à leur symbole (d'ailleurs le marque page qui associe le symbole au nom du hordier est une super idée de l'éditeur, bien pratique au début pour savoir qui est qui) et surtout grâce à la façon dont ils s'expriment! Chaque hordier a son langage propre, facilement identifiable limite ordurier pour Golgath, calme et posé pour Pietro etc)
- le style de l'auteur est fluide et agréable
- les aventures proposées sont palpitantes et tiennent bien en haleine, il n'y a pas trop de temps mort, sauf lors des digressions sur le vent et le vif (cf défauts)
- j'ai particulièrement apprécié le défi lancé à Caracole à Alticcio : les joutes oratoires confinent à la virtuosité! Chapeau l'artiste! Parler en palindromes ou juste avec la voyelle O, il fallait le faire!

Hélas quelques défauts viennent tempérer mon optimisme :
- même à la fin du livre, je n'ai pas saisi le sens de tous les mots de ce nouvel univers! Qu'est ce qu'un Oblique par exemple? Après 700 pages je n'ai toujours pas compris! Eventuellement un lexique à la fin aurait pu être utile! Heureusement c'est limité à quelques mots et pas vraiment gênant.
- Nettement plus ennuyeux sont les longues digressions méta-philosophiques sur le vent et le vif. Donner un sens à l'aventure oui, mais là c'est trop long, trop compliqué et vraiment rébarbatif!
- J'ai pu noter certaines contradictions également dans le livre, en particulier l'épisode du Corroyeur totalement ridicule avec Te Jarkka! De même certains passages ne sont pas assez développés, on passe très rapidement dessus alors que ca semblait important (cf le tueur à Alticcio)
- La fin du livre est vraiment décevante! D'ailleurs pour moi c'est simple, le livre ne finit pas! A-t-il réussi ou non? Je serai bien incapable de le dire! C'est frustrant!

En conclusion, un livre très prometteur mais qui m'a déçu par certains aspects! Je mets une note moyenne de 4, mais selon les passages du livre, ca vaut entre 2 et 5!

avez-vous vraiment aimé ? (critique à "vif")

4 étoiles

Critique de 1001raisons (, Inscrit le 17 décembre 2010, 29 ans) - 17 décembre 2010

Lecteur, amateur de science fiction plus ou moins variée, j'étais un après midi à la recherche d'un petit poche bien sympa d'aventure épique ! Ayant été trop de fois déçu par les quatrièmes de couverture trop vagues à mon goût, le fait que ce roman ait reçu le prix de l'imaginaire m'a convaincu, il y eut aussi la phrase "Alain Damasio écrit peu, par exigence"... mouais !

Et la commence le drame, dans un monde mort désertique et sans espoir où les distances se comptent le plus souvent en années (même pour ceux qui peuvent se déplacer autrement qu'a pieds), page numérotées à l'envers ? et des symboles de ponctuation application Microsoft Word pour identifier les 23 personnages... ?

incompréhension totale !?! un tour sur internet : prix de l'imaginaire, ok. un site officiel avec des animations qui font "pfiouf" sur mon écran, ben tiens ! Un CD accompagne le livre... houla. Je l'écoute en ligne, "Mais c'est Ushuaia nature !" me dis-je. et quoi ?? Un DVD avec le livre ? mais qu'ont-ils mis dessus ?

Et là j'ai compris : marketé et acclamé par les critiques, "La Horde du contrevent" est ce qu'on pourrait appeler un blockbuster de l'édition. Chose qui m'abjecte énormément, j'ai eu l'impression que ce livre n'a pas été écrit pour que je le lise, mais pour que je l'achète avant tout et qu'au bout des 700 pages je puisse dire "woow, Alain Damasio a vraiment su créer un univers incroyable et suRré...

Et bien non, non et non, ce livre ne mérite pas tant de louanges et d'incrédulité. Je n'ai pas pleuré en le lisant, je n'ai pas toujours trouvé les envolées lyriques de Caracole agréables à lire et je n'ai pas du tout aimé ses histoires de spiritualités.. ses histoires d'hommes et de femmes qui n'arrivent à rien ; et quand il y arrive... Je n'ai pas non plus aimé la fin, il y a bien longtemps que je n'étais pas tombé sur une fin aussi désastreuse à mes yeux, hé oui.

Etonnamment c'est la partie centrale du roman qui m'a le plus emballé, la quête parait soudain réaliste, personnelle, fascinante et fraiche, le roman étant long j'ai donc pris beaucoup de plaisir sur ces passages mais vous l'aurez compris mon avis est plutôt défavorable.

Splendide

10 étoiles

Critique de Toms (, Inscrit le 16 décembre 2010, 116 ans) - 16 décembre 2010

Ce que j'ai lu de mieux en 2010, et de mieux, depuis longtemps, en littérature fantastique. Innovant, bien écrit, enrichissant... je fais plus que le conseiller.

Epique

10 étoiles

Critique de Midodo06 (, Inscrit le 10 octobre 2010, 28 ans) - 10 octobre 2010

Je viens de tourner la dernière page du livre, et quelle épopée !

On débarque dans un monde unique, lâché dans cette Horde où l'on découvre avec une curiosité et un plaisir immenses la quête, la vie et l'épopée des 23 "hordiers" qui composent le groupe.

Cet univers est retranscrit grâce à un style unique, une sorte de prose enivrante, tellement qu'on relit plusieurs fois certains passages par pur plaisir. Chaque paragraphe est retranscrit au travers des yeux et de la conscience de l'un des personnages, chacun a son caractère et ses pensées propres, ce qui nous permet au fur et à mesure de littéralement "vivre" l'aventure avec les personnages, auxquels on s'attache forcément plus ou moins (il y a 23 personnages, et on est parfois perdu devant le nombre).

Bref, mon éloge n'a rien d'original : le livre mérite amplement son Prix de l'imaginaire reçu en 2006. Voilà tout.

Wouahhh !

10 étoiles

Critique de Kabuto (Craponne, Inscrit le 10 août 2010, 57 ans) - 9 octobre 2010

Je viens de succomber aux charmes de la horde. Ce livre est tout simplement magnifique et je dirais même qu’il est pour l’instant la plus belle découverte qu’il m’a été donné de faire grâce au bookcrossing. Tout dans ce livre est parfait ! En premier lieu, le monde. Un monde où le vent est roi, un monde de dangers et de mystères comme j’aime en découvrir aux détours de mes lectures. Et cette fois-ci, j’ai été comblé. Ensuite les personnages. Aucun héros dans ce roman, car tous les membres de la horde sont important et chacun a son histoire. Ils resteront longtemps dans ma mémoire. Enfin le style. Déroutant dans un premier temps (au point que j’ai dû m’y reprendre à deux fois pour le commencer) il est très poétique et vraiment novateur. Chacun des membres de la troupe a sa façon de parler et cela donne encore plus de caractère au groupe. Voila ! Un livre inclassable, beau et original qui fera bientôt partie de ma bibliothèque personnelle. Encore une chose ! J’habite une région venteuse et maintenant régulièrement quand j’affronte le vent, je pense à la horde et je contre !

Exigeant

10 étoiles

Critique de Django (, Inscrit le 3 septembre 2010, 43 ans) - 3 septembre 2010

Un auteur exigeant qui joue avec la langue dans son style et dans sa graphie.
Un livre exigeant à lire.
Ici les personnages n'ont pas de nom mais un sigle représentant leur place dans la horde. Car la horde est tout.
Ce n'est pas un livre à lire mais une aventure à vivre.

Intéressante SF française

7 étoiles

Critique de CptNemo (Paris, Inscrit le 18 juin 2001, 43 ans) - 20 août 2010

Alors oui c'est sûr que pour un roman français contemporain c'est bien. Remarquable même.

La trame est simple mais la charge symbolique est forte et chaque lecteur pourra trouver un sens dans le "contre". N'étant pas familier de philosophie je n'ai rien compris aux nombreuses références qui semble t-il parsèment le livre, peut-être que j'y ai perdu quelque chose.

L'univers développé par Damasio est original et fouillé mais l'on arrive à y rentrer sans trop de mal si on se laisse porter par le style de l'auteur. La langue est percutante, forte et très poétique et l'on est souvent emporté par la lecture. Souvent mais pas toujours.

Le roman est très inégal, parfois excellent, parfois très long et maladroit. Et la fin est tristement prévisible (dès le début du livre quasiment) . Tout ça m'a fait trouvé la lecture parfois longue comme un jour sans pain alors qu'à d'autres moments j'étais subjugué. La horde aurait sûrement gagné à être rabotée un peu pour gagner en force.

Au final un roman très intéressant, original et bien écrit mais qui se perd par moment. Pas le chef d'œuvre annoncé mais bien quand même

Hors du commun

8 étoiles

Critique de Aurynko (, Inscrite le 15 août 2010, 23 ans) - 15 août 2010

La horde du contrevent est un livre que j'ai vraiment aimé.
Sans être une experte du genre, j'ai quand même souvent lu des romans de fantasy. Et je trouve que celui-ci est hors du commun.
Il y a d'abord le nombre de personnages. Vingt-trois, c'est hallucinant ! Pourtant l'auteur réussit à les "gérer". Ils ont tous une psychologie différente, on n'a pas l'impression d'être face à des personnages "dupliqués". Cette différence, on la remarque aux styles d'écriture. On passe de la grossièreté de Golgoth au style recherché de Sov. Et c'est vraiment impressionnant que Damasio réussisse à jongler entre tous ces styles, et offre ainsi un livre si riche au niveau du langage.
Cependant, on a du mal à s'attacher à tous ces personnages... C'est sûr, faire parler 23 narrateurs, c'est compliqué. On a donc certains personnages qui disent 2 phrases, d'autres qui parlent durant des pages. Certains ne disent rien. C'est agaçant, car finalement, on a plus l'impression qu'ils ne sont là que pour "grossir les rangs".
La fin nous laisse également perplexe. On a envie de se dire "et après ?". Un épilogue aurait été bienvenu. Plusieurs questions restent sans réponse (notamment celles concernant l'Hordre, et vifs des personnages...).
Mais malgré ses quelques imperfections, j'ai vraiment adoré ce roman, qui vaut largement le détour !

Un roman à part

8 étoiles

Critique de Loic3544 (Liffré (35), Inscrit le 1 décembre 2007, 39 ans) - 9 février 2009

La horde du Contrevent est clairement un roman à part. Numéroté à l'envers, ce roman raconte l'histoire de 23 personnages formant une Horde qui avance, face aux vents, pour en découvrir l'origine. Chaque paragraphe est raconté par l'un des membres de la Horde, donnant, un amalgame de styles assez original. Si les deux principaux orateurs ont des styles proches, certains se démarquent nettement. Mais, malgré cette construction, on a du mal à s'accrocher aux personnages. Ce qui nous fait avancer, ce qui nous fait vibrer, ce qui fait que l'on a du mal à lâcher ce livre malgré l'heure avancée, c'est la Horde dans son ensemble, pas chacun de ses membres.
L'univers du livre est tellement riche qu'on sent que l'auteur aurait pu en faire une saga, comme c'est si souvent le cas dans la fantasy. Et, vu son style et son imagination, il aurait pu pondre 4 ou 5 volumes sans que l'on trouve ça répétitif. Car, le style de Damasio est aussi magnifique, il nous transporte dans son univers grâce à ses mots et on se laisse emporter. On reste accroché au livre lors du combat entre Erg et Silène, dans la traversée de Lapsane ou dans la rencontre avec le Corroyeur. Mais, là, où, pour moi, le livre a pris toute son ampleur, c'est lors de la joute littéraire de Caracole, à peu près à la moitié du livre. Le reste sera alors encore plus fort.

Mais, malgré un style à la hauteur, des chapitres haletants et un univers intéressant, on reste un peu sur sa faim. Le début est ardu : 23 personnages à découvrir d'un coup, ce n'est pas facile, même si l'auteur s'y prend bien. En plus, l'univers est très riche et il faut apprivoiser tout ça (surtout que la logique des gens de ce monde n'est pas très proche de la nôtre). A certains moments, il y a quelques petits trucs illogiques et j'aurais bien aimé connaitre les conséquences de la fin du bouquin qui ne nous surprend pas plus que ça.

Dommage, tout ces petits points gâchent un peu le plaisir d'une lecture riche, aussi bien au niveau littéraire qu'imaginaire, d'un dépaysement hors du commun. Alors oui, "La horde du Contrevent" est un livre à lire, même si on n'est pas fan de SF (parce que ce n'est pas vraiment de la SF), parce qu'il vaut le détour, mais ce n'est pas un incontournable à cause de ces petits défauts (que l'on pardonne d'autant moins qu'on sent que l'auteur avait le potentiel pour faire mieux vu son talent).

Hord’œuvre

8 étoiles

Critique de Jean Meurtrier (Tilff, Inscrit le 19 janvier 2005, 42 ans) - 26 novembre 2008

«La horde du contrevent» est un livre exhibant de multiples concepts originaux. De plus Damasio, poète et esthète dans l’âme, réussit à torturer sa plume pour nous livrer quantité d’acrobaties littéraires. Le début du récit n’est d’ailleurs pas toujours aisé à déchiffrer. Les petits jeux de mots et autres néologismes dispersés à travers les pages sentent à plein nez le petit carnet à idées bien tenu. Néanmoins, à cause de son évidente volonté d’épater, la démarche de l’auteur aurait gagné à être un zeste plus humble et spontanée.
Si la forme est extrêmement soignée, le fond m’a laissé sur ma faim car il transcende difficilement le style Heroïc Fantasy pour adolescent, et je n’en suis plus un depuis longtemps. On y retrouve les allures pompeuses et la philosophie de comptoir propres à ce genre d’épopée. Les théories scabreuses, principalement au sujet du vif et des formes de vent, présentent de sérieuses lacunes de consistance et de logique. Les membres de la horde sont certes humains mais leurs relations manquent de simplicité et de naturel. Le lecteur s’y attache surtout en raison de la longueur du roman.
A l’exception du combat entre Erg et Silène qui tient plus du mauvais manga, je dois reconnaître que Damasio a l’art de nous tenir en haleine à chaque difficulté rencontrée par la horde. Je suis resté menotté au livre à partir de la moitié de celui-ci. Un mot sur la toute fin, terriblement prévisible, mais l’élégance n’en aurait pas toléré d’autre.
«La horde du contrevent» est donc un véritable OVNI aux qualités inégales (à mes yeux) mais indiscutables. Il s’agit d’une expérience ouverte à tout type de lecteur, même dans le cas, et c’est le mien, où il ne pense pas faire partie du public cible.

Mon livre préféré

10 étoiles

Critique de Alfosaure (, Inscrit le 28 juillet 2008, 40 ans) - 28 juillet 2008

Je me suis inscrit sur CL dans l'unique but de promouvoir ce livre, que j'ai lu il y a peu et qui est devenu mon livre préféré. Les critiques précédentes en ont déjà dit beaucoup de bien, et j'abonde dans le même sens.

Le monde décrit par Alain Damasio est très original et pourtant si proche du nôtre. Fondamentalement, seul diffère le vent. Mais cette différence bouleverse tout, de l’architecture à la religion en passant par la technologie. Un des points forts du livre tient dans la grande cohérence de tous ces aspects.
Les personnages sont quant à eux très humains, leurs motivations et doutes sont transcrits par leurs propres mots et par ceux de leurs compagnons de horde.

Je ne saurais donc trop vous conseiller de devenir vous aussi le 24ème hordier et de suivre vos compagnons jusqu’en Extrême-Amont.

PS : je précise qu’il existe une édition sans CD, c’est celle-ci que j’ai lue.

Inclassable

10 étoiles

Critique de Haxa (, Inscrit le 20 juin 2005, 28 ans) - 24 avril 2008

Difficile de parler d'un tel livre, tant sa lecture s'avère surprenante et enrichissante.

On peut commencer par évoquer l'écriture, déconcertante les quelques premières pages car pleine de néologismes, jeux de mots et autres effets. Ajoutez à cela un style propre à chaque personnage, même si certaines plumes se ressemblent et que tous ne prennent pas la parole de manière équilibrée. Il s'agit comme souvent d'une habitude à prendre, d'autant plus que cette richesse d'écriture finit par donner toute son ampleur à l'histoire de la horde.

On peut aussi évoquer la créativité de Damasio, qui parvient à fabriquer un monde si habilement centré autour du vent. La technologie, les moyens de locomotion, la faune et la flore, la géographie et même le questionnement philosophique, tout est influencé par un vent qui dépasse de loin le simple statut de "mouvement de l'air". Damasio crée, mais il emprunte aussi, et il est amusant de retrouver Eluard ou Nietzsche au détour d'une page...

Ce livre est un émerveillement constant, où il ne s'agit pas tellement de vibrer devant un suspense insoutenable, mais plutôt de se laisser guider d'étonnement en étonnement, de découverte en découverte en remontant les pages à l'envers, comme la horde remonte jusqu'à l'origine du vent...

Réellement un livre à découvrir !

Expérience unique

9 étoiles

Critique de Arval (Papeete, Inscrite le 8 mars 2008, 49 ans) - 8 mars 2008

Un moment de lecture sublime, où l'on trouve parfois au détour des mots quelques réponses trop personnelles aux interrogations profondes.
Et cette écriture qui virevolte, qui danse, qui nous pousse, lecteurs, à nous surpasser.
Une leçon de vie qui enseigne que seul le contre (la lutte) dans le vent, donc dans la vitesse et donc dans le mouvement, permet à l'homme de se réaliser dans ce qu'il a de plus grand en lui.
Certes, qu'elle est difficile cette lecture (pour ma part). Alors j'ai lu "au-dessus" des mots, juste là où réside leur essence subtile.
Et puis, peu m'importe cette pagination inversée, et cette manière de faire parler tout le monde. Je trouve que tout cela va très bien ensemble.
Le relire ? Quelle évidence, justement pour ses mots et leurs sens, mais aussi pour tout le reste.
Cher Alain Damasio, merci pour ce moment de bonheur.

A lire absolument

10 étoiles

Critique de Sabyne (, Inscrite le 4 octobre 2005, 44 ans) - 21 octobre 2006

Il est des livres qui forment une parenthèse magique dans nos lectures. La Horde du contrevent est de ceux-là. Un de ces romans qui sortent du lot de par leur originalité, leur intérêt et leur beauté.
On y est captivé par les voix des hordiers qui déroulent leur histoire à la fois roman d'aventure, journal et poème. On savoure le jeu des mots, on affronte le vent, on écoute sa musique : c'est une merveille à ne pas manquer.

Plus fort qu'une bombe ...

10 étoiles

Critique de Angua (, Inscrite le 26 décembre 2005, 38 ans) - 7 janvier 2006

C'est un roman qui est aussi poème en prose, réflexion sur l'humanité... je viens de le refermer, et je me demande que lire à présent sans être déçue, sans trouver les personnages plats et le style fade. J'ai retrouvé avec la Horde de Contrevent l'impression de révélation que m'avaient donnée certaines lectures de mon adolescence, sensation oubliée depuis et retrouvée grâce à Damasio. Pour moi, s'il ne devait rester qu'un livre, ce serait celui-là.

Forums: La horde du contrevent

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  La Horde du contrevent 9 Sabyne 18 décembre 2012 @ 12:31

Autres discussion autour de La horde du contrevent »