Page d'accueil | Forums | A propos | Blog | Aide | Pour un petit clic...
  S'identifier     Biblio    Listes |

Recherche par

Discussions

Lettre d'information

Conseiller à un ami

Contact

Soutenez-nous en passant par amazon pour commander vos livres ou autres articles. Merci !

Passer par Sauramps nous aide aussi pub
medium
À la recherche du temps perdu, tome 4 : Sodome et Gomorrhe de Marcel Proust

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

critiqué par Ulrich, le 6 septembre 2005 (avignon, Inscrit le 29 septembre 2004, 39 ans)

La note: 9 etoiles
Moyenne des notes : 9 etoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 7 etoiles (2 411ème position).
Visites : 2 734  (depuis Novembre 2007)

La quête se poursuit !

Le quatrième tome de la recherche poursuit la plongée dans la nature humaine. Bien sûr, le titre l’évoque, la découverte, la perception de l’homosexualité est un des thèmes de ce volume. Mais ce n’est pas le principal. La jalousie l’est bien davantage. Quelle merveilleuse description de ce sentiment si touffu, si irrationnel, si entêtant. Gomorrhe lui sert de passerelle. Albertine d’incarnation de ce sentiment. Albertine sert aussi le récit. L’écriture est toujours aussi singulière et sans peur des mots prodigieuse. Mais pour la première fois depuis du côté de chez Swan, j’y ai trouvé des longueurs. La plongée aristocratique si fascinante dans du côté de Guermantes se poursuit dans ce nouveau tome. J’ai fini par trouver qu’elle ne fascinait plus que Marcel Proust. Mais c’est un détail, un tout petit détail tant l’ensemble continue de nous emmener dans les profondeurs de la nature humaine, dans son incroyable complexité ambivalente et parfois destructrice. L’homosexualité interroge le narrateur. Le doute y est permanent. Il découvre, comprend, ne comprend pas mais ne juge pas. Lors de la parution de l’ouvrage, son approche a pu troubler. Mais les yeux d’un lecteur de ce début de nouveau siècle y mettent trop de décalage historique. Sa perception ne peut plus être la nôtre. Peu importe, son écriture associée à une certaine forme de candeur rattrape tout. Elle nous berce, nous laisse regarder avec plaisir le temps qui s’est écoulé depuis l’écriture de ce livre. Le quatrième tome de la recherche poursuit avec bonheur la quête de ce que l’homme, l’esprit sont. Marcel Proust poursuit sa quête. Nous la nôtre.

Inscrivez-vous
pour ajouter ce livre dans vos listes
 
Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable
 Partager sur Twitter
Partager sur Facebook
Les éditions
small Sodome et Gomorrhe [Texte imprimé] Marcel Proust éd. présentée, établie et annotée par Antoine Compagnon
de Proust, Marcel Compagnon, Antoine (Editeur scientifique)
Gallimard / Collection Folio.
ISBN : 9782070381357 ; EUR 6,20 ; 1989-05-03 ; 648 p. ; Poche
 Go Amazon

» Enregistrez-vous pour ajouter une édition
Livres liés
  A la recherche du temps perdu

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les critiques éclairs (2)

Enregistrez-vous pour publier une critique éclair! »

Le meilleur tome ?? 10 etoiles

Je suis entièrement d'accord avec ce qu'a dit Ngc111 dans sa critique sur Sodome et Gomorrhe. En réalité, ce tome est comme un assemblage de tous les thèmes de "la recherche" où pour chacun Proust prend le temps qu'il faut. Ainsi, on retrouve les thèmes de l'amour et de la jalousie, de l'homosexualité, de la mort de la grand-mère, de la société des Verdurin, de la perte des sensations ressenties jusqu'alors à Balbec... Tous ces thèmes - à l'exception du dernier - bien qu'ayant déjà été traités auparavant, prennent dans ce tome une importance nouvelle par le fait d'une perpétuelle réminiscence : le narrateur se souvient de la scène de Mlle de Vinteuil, ce qui lui donne alors une clé pour comprendre les orientations sexuelles d'Albertine avec une "quasi-certitude" ; le retour à Balbec et le souvenir de la grand-mère qui l'accompagne font prendre conscience au narrateur que celle-ci est bien morte (c'est pour moi le passage le plus brillant, le plus beau) ; les relations de Swann-Odette, ou de Saint-Loup-Rachel jouent aussi un rôle important pour comprendre la relation Marcel-Albertine.
Clairement, c'est dans Sodome et Gomorrhe toute l'expérience du passé (ou des tomes précédents) qui semblait n'avoir aucune importance ou presque aux yeux du lecteur, qui permet de conférer un sens aux événements de ce magnifique tome. Tout cela ressurgit à notre conscience comme à celle de Marcel, et avec lui nous voyons, ressentons, rions, et aimons.
Dans Sodome et Gomorrhe, contrairement aux autres tomes, on ne s'ennuie à aucun moment, et dès lors notre temps n'est pas perdu, et c'est une grande chose que de voir ce monde prendre racine et vie à l'intérieur de nous.

Quentin Compson (, Inscrit le 3 janvier 2010, 27 ans) - 18 février 2011


Le meilleur tome ? 9 etoiles

Après un troisième tome plus lassant et lancinant (de mon point de vue) je dois dire que j'ai bien plus apprécié "Sodome et Gomorrhe". Proust poursuit sa quête, de souvenirs en souvenirs, avec une perception temporelle, spatiale et esthétique qui laisse pantois.
Il faut dire que l'auteur nous met tout de suite dans l'ambiance de ce volume qui a pour fil rouge l'homosexualité (tant masculine que féminine). Ainsi le premier chapitre, que l'auteur lui-même qualifie d'exposé sur l'homosexualité, vaut le détour à lui tout seul. On y retrouve la diversité des comportements homosexuels, des analogies remarquablement bien insérées concernant les rapports entre êtres humains et ceux entre insectes et végétaux, ainsi que des allusions bibliques.
Le passage qui suit relatant une soirée chez la princesse de Guermantes est l'un de mes passages préférés de Proust (pour le moment). Remplies d'humour, de beauté, de cocasserie, les scènes se succèdent passant en revue les tares mondaines comme la lâcheté, l'hypocrisie, les vices cachés... finalement humaines avant tout. L'empressement de Vaugoubert auprès des jeunes ambassadeurs, la rencontre avec sa femme (dont le narrateur se moque quelque peu) sont des moments où le lecteur ne peut s'empêcher de décrocher des sourires.
Mais l'humour ne fait pas pour autant passer la beauté du style de Proust au second plan, en témoigne l'épisode de la fontaine mêlant habilement les deux.
On apprécie tout autant le retour à Balbec, où l'auteur s'attarde enfin sur le décès de sa grand-mère, la tristesse de sa mère, éléments un peu trop survolés à mon goût dans le tome précédent.
Viennent alors l'amour et ses turpitudes, ses sentiments d'appartenance (pour Albertine), de jalousie (pour le narrateur), les envies ou non de mariage. On découvre alors la complexité de l'union d'Albertine et de notre jeune "héros", chose qui devrait se poursuivre dans les prochains tomes.
Le côté mondain n'est pas oublié non plus à Balbec avec une société entourant les Verdurin, composée de personnages franchement réussis (et déjà abordés précédemment).
Et toujours cet humour à travers le personnel de l'hôtel (le liftier, le directeur...).
Ce tome est décidément, et pour le moment, mon préféré de cette saga qu'est "A la recherche du temps perdu" !

Ngc111 (, Inscrit le 9 mai 2008, 28 ans) - 5 juin 2010


Forums: À la recherche du temps perdu, tome 4 : Sodome et Gomorrhe

Il n'y a pas encore de discussion autour de "À la recherche du temps perdu, tome 4 : Sodome et Gomorrhe".

Ajouter une critique éclair

Enregistrez-vous pour publier une critique éclair! »

haut de page

Commander chez un de nos partenaires
Amazon.fr
Amazon.ca
Fnac.com
Abebooks.fr - Livres neufs, anciens, rares et d'occasion.
 
  S'identifier | Page d'accueil | RSS2 | Forums | A propos | Blog | Pour un petit clic | ©2000-2014 critiqueslibres.com ASBL®. Tous droits réservés.