Le K
de Dino Buzzati

critiqué par Pétoman, le 10 mai 2001
(Tournai - 45 ans)


La note:  étoiles
Un cas littéraire
Le K de Buzzatti est un recueil de nouvelles que certains incultes ( littéraires, je précise ) iront qualifier de fantastique.
Oui, ces nouvelles sont fantastiques... mais pas dans le sens littéraire du terme. Le K, c'est pas une bête ni un monstre mais plutôt une "instance" psychologique... c'est une image en fait, une image psychologique. Car oui, le k, c'est un ensemble d'images, de symboles. dans ces nouvelles, on se retrouve d'abord dans la réalité, puis, sans s'en rendre compte, voilà que l'on tombe dans le rêve... pas dans l'irréel mais dans le rêve. Et puis d'ailleurs, le rêve, c'est quelque chose de réel ( le contenant est réel, le contenu est imaginaire... ). Alors, rêvez! rêvez! Même plus, rêvez et réfléchissez! Et avec ce livre, ce qui ne gâche rien, c'est qu'il est vachement ( excusez de la familiarité ) bien écrit! C'est comme tintin, accessible à tous, de 7 à 77 ans.
Des histoire plaisantes, mais vieillies 8 étoiles

« Le K », livre célèbre de Dino Buzzati. Depuis le temps que je me disais que je le lirai, j’ai enfin sauté le pas ! Comme je garde un excellent souvenir de « Le désert des tartares », je m’en promettais au moins autant de plaisir avec ce « K ».

Je dois pourtant avouer un petit sentiment de déception à la lecture des quelques cinquante nouvelles. Oh, non pas qu’elles soient toutes à jeter, au contraire presque toutes sont bien écrites, sont des petits bijoux d’humour, de sensibilité et d’émotions, où se mêle le merveilleux et l’absurde. L’auteur avait vraiment beaucoup de malice et d’inventivité dans son esprit. Dans ces nouvelles, on peut y trouver un peu de tout, qui raconte d’une façon toujours différente l’humaine condition, où l’homme vit sa vie soumis à ses passions pour la plupart irrésistibles, qui font son malheur : l’orgueil, l’amour, la haine, l’envie, la jalousie, etc.

Solitude, mort, enfance, femmes, religion, obsession, sens de la vie, tels sont les thèmes qui reviennent le plus souvent dans ces 50 nouvelles. Et ils sont traités le plus souvent sur le mode de l’humour et de la mélancolie, qui reflètent l’amour de la vie et l'angoisse de la mort.

Comme si la vie était une immense et mystérieuse interrogation pour Dino Buzzati, et donc angoissante, mais aussi merveilleuse et étonnante. D’où le côté métaphysique aux divers tons doux-amer de toutes les nouvelles de ce recueil.

Seulement, je trouve qu’elles ont vieilli. Ça fleure bon les années 50 à 70, on sent bien que le temps a passé dessus. J'ai bien mieux aimé "le désert des tartares", beaucoup plus intemporel.
Toutefois, ça reste intéressant et on arrive à éprouver assez de plaisir pour lire jusqu’au bout sans impatience mais sans enthousiasme particulier non plus, avec le plus souvent un sourire aux lèvres.

Mes nouvelles préférées sont « Le veston ensorcelé », « Le petit ballon », « Ubiquité » « Teddy boys », et bien d’autres aussi, l’exercice de la préférence est difficile, tant ces nouvelles se valent entre elles en termes de qualité.

Cédelor - Paris - 49 ans - 29 septembre 2020


Un talent immense 9 étoiles

« Et puis, moi qui y suis allé, je ne suis pas bien certain de savoir si l’Enfer se trouve vraiment de l’autre côté, et s’il n’est pas au contraire partagé entre l’autre monde et le nôtre. »

Une quarantaine de courts récits fantastiques et de science-fiction, sauf pour la dernière qui fait une cinquantaine de pages. C’est beau, c’est poétique c’est touchant. Certaines histoires étaient tristes à pleurer, d’autres m’ont fait rire. C’est intéressant et original, constant dans sa qualité, en tout cas c’était de mon goût. C’est mon premier contact avec Dino Buzzati, plus connu pour son Désert des Tartares que je compte lire dans un futur proche. Je ne regrette pas de m’avoir jeté à l’eau et je recommande aux autres d’en faire autant.

Nance - - - ans - 20 mai 2015


Juste sublime 10 étoiles

Pour moi, un des plus grands recueils de nouvelles qui soient, vraiment. Difficile de dire quelle nouvelle m'a le plus plu, entre celle qui doit son titre au recueil (le final est terrible) ou celle sur un pauvre petit garçon tyrannisé par ses camarades ("Pauvre Petit Garçon") et qui, par la suite, deviendra... (là aussi, le final est terrible), pour ne citer qu'elles !
Je le conseille à toute personne aimant les nouvelles, et, surtout, aimant l'absurde, car ici, de l'absurde, on en trouvera à foison. Un des sommets de Buzzati.

Bookivore - MENUCOURT - 39 ans - 31 mars 2014


Magistral ! 9 étoiles

Dino Buzzati, écrivain italien né en 1906, décédé en 1972 est surtout connu pour « Le désert des Tartares « et ses nombreuses nouvelles. Son style particulier est très bien défini dans l’introduction de François Livi : « Son art consiste à brouiller les pistes, à déjouer la surveillance du lecteur. A mettre au point des engrenages diaboliques, à placer des bombes à retardement qui changent complètement la nature d’un récit. Buzzati connaît bien son métier : il sait fabriquer des histoires, distiller la peur, conjuguer l’humour et l’émotion, jouer avec les sentiments, manier l’effet de surprise. »

Il existe plusieurs recueils de nouvelles qui ont pour titre générique « Le K « . Aussi, voici toutes celles qui sont reprises dans ce livre, suivies de quelques mots + ou - explicatifs.

- Le K : et si chacun d’ entre nous avait son « K « … ***
- Le défunt par erreur : une blague … macabre.
- A monsieur le Directeur : un nègre littéraire très vorace.
- L’arme secrète : un gaz très persuasif.
- Pauvre petit garçon : la vraie enfance, enfin dévoilée, d’un homme très célèbre. ***
- Chasseurs de vieux : tu verras quand tu auras mon âge !
- Le veston ensorcelé : jackpot infernal. ***
- Teddy Boys : un duel.
- La tour Eiffel : toujours plus haut.
- Jeune fille qui tombe … tombe : que ta chute soit lente. ***
- Les bosses dans le jardin : les ultimes traces de nos vies. ***
- Petite Circé : le destin d’Umberto devenu boxer.
- Voyage aux enfers du siècle : les vieux à la poubelle !


P.S. : Les *** indiquent les nouvelles que j’ai préféré.

Tout cela est, évidemment, délicieux , magistral. A lire et relire au bout de chaque décennie.


Extrait :

- ( un quidam va mourir ) Une pointe de feu dans la poitrine, à l’intérieur, toujours plus ,profonde. Mais qui donc a éteint les lumières ? Pourquoi cette obscurité ?



« Le K » en pdf ici :
http://www.botgeo.be/textes/Le_k_buzzatti.pdf

« Pauvre petit garçon en pdf, ici :
http://lewebpedagogique.com/asphodele/files/…

Catinus - Liège - 70 ans - 27 septembre 2013


Il colombre, 1966 10 étoiles

Je n'avais jamais lu Dino Buzzati avant mais je ne regrette pas du tout mon choix. J'ai découvert une cinquantaine de nouvelles aussi riches et originales les unes que les autres.
Certaines nouvelles traitent de métamorphoses très inventives : le crapaud (Dix huitième trou), le boxer (Petite Circé), la voiture (Suicide au parc)... On parle d'amour, de possession, d’orgueil, d'humilité, de foi, de rapport à la mort, de dette, bref des thèmes classiques mais traités de manière originale. Certains textes sont si étranges que l'on se demande comment les interpréter (le K, Douce nuit, mais surtout Les dépassements et les boîtes de conserve)

Mes histoires favorites sont : la leçon de 1980, le défunt par erreur, l'oeuf, petite Circé, quiz aux travaux forcés, Iago...

La dernière nouvelle, composée de 8 chapitres (Voyage aux Enfers du Siècle) est très intéressante. On y voit Buzzati descendre dans les Enfers, une ville terrible qui n'est guère différente de notre monde, mais où les vices et les malheurs se sont fait une retraite.

Grande découverte, qui m'a réconcilié avec le genre du recueil.

Martin1 - Chavagnes-en-Paillers (Vendée) - - ans - 24 août 2013


Un très beau livre 8 étoiles

J'ai lu ce recueil de nouvelles avec une très grande attention vu que j'ai déjà apprécié le style de dino buzzati dans un autre recueil de nouvelles (dodici racconti/ douze nouvelles) qui m'ont impressionné.
J'ai beaucoup aimé la morale qu'on peut dégager de ces contes à la fois dramatiques, fantastiques et philosophiques.
les nouvelles que j'ai aimé le plus :
Le k : 4.5/5
La création : 4.5/5
La leçon de 1980 : 5/5
Le défunt par erreur: 4.5/5
à Monsieur le directeur : 4/5
L'arme secrète: 4/5
Pauvre petit garçon : 5/5
L'oeuf: 5/5
Le veston ensorcelé : 4.5/5
L'ubiquité: 4.5/5
Suicide au parc: 4.5/5
Esclave: 4/5
Petite circé: 4/5
Quiz aux travaux forcés: 5/5
Les deux chauffeurs: 4.5/5

Jaafar Romanista - Rabat - 33 ans - 3 février 2013


Le K 8 étoiles

J’ai apprécié ces nouvelles et plus particulièrement « Pauvre petit garçon ». Dès le début du roman, on croit que ce qui va se passer sera quelque chose de normal alors que c’est tout le contraire lorsqu’on apprend la fin de l’histoire. Les autres nouvelles étaient également intéressantes : un homme qui passe toute sa vie à fuir un monstre qui ne veut que son bien, l’égoïsme de Stéphane a l’égard de sa femme uniquement pour sa passion des voitures ou encore la colère qu’une mère peut avoir face aux injustices de la vie.

Emma* - - 23 ans - 22 février 2012


Des nouvelles à savourer ! 10 étoiles

Ce recueil de nouvelles est un petit bijou. Les textes sont tous très différents et proposent une petite réflexion sur l'humanité. Elles mêlent courageusement religion, comique, fantastique, violence et ironie du sort. De plus, les sujets proposés par Buzzati sont forts. Dans "Chasseur de vieux", des jeunes s'attaquent à des vieillards car ils ont en horreur la vieillesse. Petit problème, les jeunes gens vieilliront aussi. Dans "L'oeuf", une jeune fille pauvre fait un caprice parce qu'elle n'a pas eu l'oeuf qu'elle souhaitait, caprice qui aura des conséquences graves. Dans "La jeune fille qui tombe", le lecteur suit la chute d'une jeune femme dans le vide avant qu'elle ne s'écrase ... Les anges tiennent des propos peu catholiques, certaines scènes sont absurdes. Dans "Le défunt par erreur", un homme se voit contraint de faire le mort jusqu'à la fin de son existence, suite à une erreur journalistique.

Pour ma part, ma préférée est sans conteste "Pauvre petit garçon !" où le lecteur se prend de pitié pour cet enfant bouc-émissaire.

Les nouvelles de Buzzati se lisent rapidement, mais sont intelligemment faites et posent des problèmes de fond ! Un régal !

Pucksimberg - Toulon - 41 ans - 21 octobre 2011


Une collection de pépites 10 étoiles

Du merveilleux, de l'humour, du fantastique, du mystère, du tragique, du surnaturel, de la légèreté... Un recueil original sur l'humaine condition qui déploie tout l'éventail de la virtuosité et du génie propre à Buzzati. Un modèle du genre, facile à lire, qui invite à la rêverie ou à la réflexion et qui suscite toujours l'émotion. Mention particulière pour "L'œuf", "La création", "Pauvre petit garçon !", "Le veston ensorcelé", "Le défunt par erreur", "Petite Circé" et "Quiz aux travaux forcés". A déguster sans retenue...

Nowhereboy - Rennes - 42 ans - 17 décembre 2010


Passé à côté 5 étoiles

C'est un bon recueil de nouvelles, mais j'ai l'impression d'être passé à côté... Avec tout ce qu'on m'en avait dit, je m'attendais à plus. Assez souvent, je n'ai pas vu où l'auteur voulait en venir.
Cela dit, certaines nouvelles m'ont marqué ("L'oeuf", "Pauvre petit garçon", le "Quizz aux travaux forcés" entre autres) par leur thème ou la morale qui s'en dégage.

Nb - Avion - 37 ans - 6 août 2010


Des nouvelles sympathiques 9 étoiles

Encore une plongée dans le petit monde délirant de Dino Buzzati avec ce recueil de nouvelles très courtes, tellement qu' on peut les lire en attendant le bus, ou dans la salle d'attente du docteur. Les histoires sont très sympathiques, et certaines portent vraiment à réfléchir. Parfois, on ne voit pas bien où Buzzati veut en venir. Mais c'est pas grave, car Buzatti réussit toujours aussi bien ses chutes.

Un livre à lire, même s'il n'a pas l'intensité du désert des Tartares.

Coutal - - 34 ans - 21 décembre 2008


Il manque un petit quelque chose... 6 étoiles

Lire les 43 nouvelles de Buzzati et en apprécier le regard imaginatif sur un monde dont il ne reste aujourd’hui que quelques fragments coagulés. Difficile d’énumérer le contenu de ce recueil…
Ces nouvelles ont peut-être à présent un peu vieilli, mais elles sont très certainement à l’origine d’un style onirique pseudo-fantastique qui transforme en allégories la conscience humaine, ses questionnements, ses facettes. Qui met en évidence ses points faibles en modifiant le cadre, en rajoutant quelques coups de pinceaux qui lui sont propres et en en suscitant une version beaucoup plus imagée.
Buzzati a su donner une sorte de quatrième dimension à la perception de ses histoires. Il y a mis de lui-même, sa vision rendant plus pertinents des sujets dont la simple évocation n’aurait pas eu le même effet.
Ses nouvelles ne se valent pas toutes, ont parfois un peu pris la poussière, mais on y trouve un petit quelque chose de Boulgakov, dans une version plus édulcorée qu’est ce format de récits de trois ou quatre pages… Parfois un peu trop édulcorée d’ailleurs (où se situent véritablement les limites de la nouvelle, néanmoins…).
Toutes n’ont pas atteint leur but, en ce qui me concerne, et, même si j’ai été un peu déçue dans l’ensemble (question de rythme, de fond,… ?), je reconnais une vraie inventivité dans la forme. Un petit côté magique très plaisant et une originalité parfois déroutante…
Qu’il s’agisse de cet homme qui s’aperçoit que la poche de son veston lui apporte de l’argent dès qu’il y porte la main, de ces jeunes filles qui tombent allègrement d’un gratte-ciel, de ces bosses qui poussent dans le jardin à chaque disparition d’un ami, de la vraie histoire de la construction de la Tour Eiffel, d’un instant de l’enfance d’Hitler ou des tourments provoqués par un soudain don d’ubiquité, il faut reconnaître la créativité de l’auteur et je le fais de bonne grâce…
Mais il m’a manqué une part d’enchantement pour combattre complètement l’ennui.

Bluewitch - Charleroi - 42 ans - 12 février 2007


des petits moments de lecture bien sympathiques! 6 étoiles

Ce recueil est un peu inégal à mon goût mais il contient des petites perles qui au final forment un joli collier! :o)

Comme ces nouvelles sont toutes très courtes on n'a pas vraiment le temps de s'ennuyer même pour les moins plaisantes et on peut les lire d'une traite même quand on a peu de temps en s'octroyant des ptites pauses lectures!

Un petit regret: dans l'édition de poche que j'ai lu le quatrième de couverture révèle la chute de la nouvelle titre (qui n'est pas la meilleure mais que j'aurais sans doute plus apprécié si la fin n'avait pas été déflorée [ce n'est sans doute pas le mot le plus adéquat mais c'est celui que j'avais envie d'utiliser :op]) vous voila donc prévenu! ;o)

Virgile - Spy - 42 ans - 6 décembre 2006


Excellent recueil de nouvelles 8 étoiles

Mes préférées sont: Quizz aux travaux forcés, Pauvre petit garcon, L'Oeuf, Le K et Le Magicien.

Dalania - Dijon - 34 ans - 11 novembre 2006


Fables contemporaines 9 étoiles

Comme Kafka, les histoires de Buzzati sont absurdes et porteuses d’un message. Mais elles ne sont pas morbides ou cyniques. L’humour et la présence du merveilleux à chaque tournant donnent l’impression que chacun de ces petits morceaux choisis est une perle de sagesse.

Toutes les nouvelles se terminent par une chute étonnante. Ma préférée est la même que Saint-Germain, celle ou un homme sort un billet à chaque fois qu’il plonge la main dans la poche de son veston neuf.

Mon seul reproche est d’en avoir trop! Il aurait été préférable que des textes plus longs entrecoupent la suite saccadée de micro-nouvelles afin de pouvoir digérer le tout plus facilement.

Aaro-Benjamin G. - Montréal - 52 ans - 14 juin 2006


Sympathique ... 10 étoiles

Un recueil de nouvelles qui m'a beaucoup plu. J'aime particulièrement la nouvelle "Quizz aux travaux forcés", qui témoigne de la méchanceté des hommes, le désir malsain du malheur des autres ... La nouvelle sur la création de l'homme, est pas mal elle aussi. Je m'en souviendrais des années ...

Ce petit ange, avec son pauvre projet ... Créer l'homme.

TildaMath - - 29 ans - 17 janvier 2006


Buzzati:Un génie 10 étoiles

C'est avec ce recueil de nouvelles que j'ai meublé une fin de semaine indolente. Le K (le recueil-la nouvelle en elle même n'est pas ma préférée-) m'a forcé à me réveiller, entre surprise, rire et tristesse. Ces nouvelles étonnantes forment une majestueuse et onirique exploration de la nature humaine, subtile et poétique sans lourdeur. Le genre de livres que je regarde avec affection siégeant dans ma bibliothèque.

Magicite - Saorge - 43 ans - 4 janvier 2006


Majestueux 10 étoiles

J'ai particulièrement apprécié la nouvelle sur Hitler qui est à mon goût la meilleure.Jusqu'aux dernières lignes, on ne devine pas l'intérêt de cette histoire qui met en scène un petit garçon rejeté par ses camarades...Jusqu'à l'appel de sa mère

Giny - Casablanca - 33 ans - 28 mai 2005


Poignant 8 étoiles

Cette nouvelle en particulier est très forte et assez belle.
Celles qui suivent sont assez inégales, mais plaisantes par leur désenchantement aigre-doux.

Veneziano - Paris - 43 ans - 17 mai 2005


Buzzati au pays des merveilles 8 étoiles

43 nouvelles hyper courtes composent ce recueil, et une plus fouillée. Inégales en qualité, certaines restent dans ma petite tête. Comme cette histoire d’un homme qui découvre que le veston qui vient en droite ligne de chez le tailleur lui procure, chaque fois qu’il y met la main, un billet tout neuf. Le geste est répété, et une coquette somme porte notre homme aux nues. Jusqu’au jour où il s’aperçoit que, par quelque mystère, chaque montant pioché est, instantanément, volé à des innocents. Et ça, ça perturbe sa conscience. Tuera-t-il la poule aux œufs d’or ?

Aimer la forme « nouvelles » est indéniablement un atout pour apprécier ce recueil à sa juste valeur. Quant à moi, ce n’est pas trop ma tasse de thé. Je reconnais qu’il faut un sacré talent pour raconter quelque chose de captivant en 5 pages, mais je reste toujours sur une impression de trop peu… Coup de chapeau, tout de même, à Buzzati qui avec une économie de moyens, nous donne accès à une autre dimension de la réalité, à une espèce de monde parallèle.

Saint-Germain-des-Prés - Liernu - 53 ans - 3 novembre 2004


La vraie vie 10 étoiles

Le K c'est la vie selon Dino Buzzati. C'est à dire pleine de poésie, d'humour et de métaphores. Les histoires sont universelles, chacun les interprète à sa manière, de ce fait , tout le monde s'y retrouve plus ou moins.
Et c'est tellement bien écrit que l'on ne peut s'en détacher, le livre se lit d'une traite.
C'est un chef d'oeuvre de la littérature italienne.

S'en priver serait un tort.
Lisez-le!!!! ;-))

Sednonsatiata - Nantes - 31 ans - 20 août 2004


négatif chef 2 étoiles

je dois faire une dissertation sur la première nouvelle :le k.
je n'ai trouvé aucun intérêt à l'histoire et je pense que tout le monde pourrait écrire ce navet. C'est trop facile de faire un sur l'inquiétude existentielle, la mort, la peur... de plus ce n'est pas bien écrit. Je suis peut-être à 15 ans trop jeune pour comprendre...

Anonyme - - - ans - 4 mars 2002


Un souvenir récurrent 8 étoiles

Le K, je me souviens avoir dû le lire à l'âge de 13 ans. C'est pour moi l'histoire de quelque chose qu'on n'arrive pas à oublier. Depuis le jour où étant petit garçon, il a vu le K, jusqu'à sa mort, cette vision le poursuivra. Qu'il s'en éloigne ou pas, il finira par y revenir, par y penser. Le K peut être interprété de façon différente par chacun, on peut dire que chacun y trouve son compte. Entre réel et imaginaire, magnifique.

Néo-plume - Termes - 38 ans - 8 juin 2001