Le shih-tzu
de Joël Dehasse

critiqué par Khayman, le 27 août 2005
(Chicoutimi - 37 ans)


La note:  étoiles
Psychologie animale
Le shih-tzu (« Chien-lion ») est une sorte de chien dont les origines remonteraient à un peu plus de deux mille ans dans les temples tibétains. D’un poids moyen adulte situé entre 4,5 et 8,1 kg, le shih-tzu vit en moyenne de 12 à 14 ans. Ce livre du vétérinaire Joël Dehasse se veut un guide pratique pour bien vivre avec votre shih-tzu. Divisé en 17 chapitres, le Dr. Dehasse aborde les sujets aussi variés que les origines du chien (chapitre II), les étapes de développement du comportement (chapitre V), les comportements d’agression (chapitre X), les troubles émotionnels (chapitre XI), l’alimentation (chapitre XII), les maladies (chapitre XIV) et l’hygiène, les soins courants et accidents (chapitre XV).

Vous l’aurez devinés, j’ai acquis un shih-tzu. Certaines mauvaises langues pourraient dire que n’ayant pas réussi avec ma copine, je me devais de trouver un palliatif afin de purger mon besoin de dominance. Il n’en est rien (consciemment du moins).

Fils de la chienne de mon père, Bonzaï est un animal enjoué, taquin et curieux. Ce livre de Dehasse m’a aidé à comprendre les soins de base que je dois accorder à mon chien ainsi que quelques classifications de comportements de ce dernier (entre autre, mon chien est un dominant). J’ai donc moins de problèmes à poser certains actes avec les chiens qui me semblaient, auparavant, éthiquement discutables (comme par exemple, l’ignorance de la supplication, les punitions, l’attachement à une corde lors des absences du maître, l’enfermement dans la niche durant la nuit, etc.). Par exemple, lors des promenades en laisse, j’hésitais à tirer sur cette dernière afin que le chien me suive. Bonzaï se « braquait » constamment contre la laisse. Maintenant, je sais que je dois lui montrer qui est le maître (ah, l’abus de pouvoir…) et lui imposer certaines choses. Depuis que je l’oblige à me suivre (loin des yeux de ma copine), Bonzaï a appris à me suivre sans résistance en laisse (hourra !).

Dehasse insiste cependant beaucoup trop, à mon sens, sur la psychologie de l'animal. Les études sur le sujet sont trop vagues pour présenter un intérêt dans ce type d'ouvrage.