L'immoraliste de André Gide

L'immoraliste de André Gide

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Hlidskialf, le 20 juin 2005 (Paris, Inscrit le 20 juin 2005, 30 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 8 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 122ème position).
Visites : 6 678  (depuis Novembre 2007)

Le soleil...

Grand admirateur de Gide, je suis récemment tombé - et j'en remercie le hasard - sur ce petit livre, caché qu'il était au fond de mon "hénaurme" étagère pleine à craquer. Je l'ai fini en une journée (il se lit en 3 bonnes heures), et il m’a laissé une marque inversement proportionnelle à sa taille (les newtoniens me suivront) ; un vrai choc, si vous voulez.

Le « récit » (vous savez peut-être déjà que Gide ne donne le nom de roman qu’au chef-d’œuvre que sont Les Faux-Monnayeurs) se construit en deux parties, et narre l’histoire que Michel raconte lui-même à ses amis – histoire que celui-ci a vécu de son côté durant les quelques années qui les ont séparé. Michel est un rat de bibliothèque, chercheur en histoire, timide, pas à l’aise dans la vie, souvent malade… vous voyez le genre. La première partie conte son voyage en Afrique du Nord après son mariage, puis son retour dans une propriété de campagne (Normandie si je ne m’abuse), et enfin son installation à Paris. Durant cette partie, Michel reste ce personnage plutôt renfermé, et finalement apollinien, qu’il était au début. Cependant, au milieu du livre, intervient un personnage fabuleux de mystère – un certain Ménalque, tout droit sorti de l’antiquité romaine, de par son nom, sa force rhétorique, et sa philosophie (je n’en dis pas plus). Cet « immoraliste » va, comme par magie, retourner le récit comme on retourne un sablier : l’histoire va alors se passer à l’envers (après Paris, Michel va retourner dans sa demeure de Normandie, puis finalement en Afrique). Mais cet inversement est aussi et surtout moral (d’où le titre) et physique : Michel change complètement, devant un personnage solaire, dionysiaque, vivant. Il prône une « terre en vacances d’œuvres d’art » ; il ne lit plus, il vit, sans maladies, cultivant son corps et sa jouissance toute matérielle. L’inversement a cependant une contrepartie, et Michel inocule toutes ses anciennes « tares » à sa femme… jusqu’au dénouement que je tairai.

Je fus long, pardonnez-moi. Pour résumer : livre nietzschéen (que je meure si Gide n’a pas lu Nietzsche peu avant l’écriture de ce livre !), solaire, valorisant la liberté salvatrice des pulsions, et l’instant présent (le récit passe admirablement d’un passé constant au début à une utilisation de plus en plus récurrente du présent, surtout vers la fin). Une merveille absolue, d’un style fabuleux qui transmet le soleil dormant au creux de ces lignes ; un peu autobiographique aussi, puisque Gide lui-même a effectué un voyage en Afrique où il apprit à assumer son homosexualité.

Je conclurai sur ces mots, tirés du récit : « J’ai cherché, j’ai trouvé ce qui fait ma valeur : une espèce d’entêtement dans le pire ».

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Bien sûr.....

6 étoiles

Critique de Fredericpaul (Chereng, Inscrit le 19 mai 2013, 56 ans) - 8 février 2017

Bien sûr, c'est très bien écrit.
Bien sûr le sujet ne peut qu'intéresser celles et ceux qui se questionnent sur eux-même, sur ce qu'ils veulent vraiment.
Bien sûr les descriptions des lieux (Normandie, Italie, Tunisie....) sont très bien rendues.
Mais .... son attrait - sensuel puis sexuel - pour les enfants rend le livre glauque. Alors ce "contemporain capital" apparaît sous sa face la plus noire. J'en ressens du malaise; celui d'avoir pu trouver du talent à un tel criminel.

La plume de Gide

8 étoiles

Critique de Mallollo (Galera, Andalousie, Inscrite le 16 janvier 2006, 35 ans) - 20 janvier 2015

C'est étrange. J'ai trouvé la plume de Gide tellement belle que je me suis laissé bercer par ses mots, effleurant à peine le fond du récit. C'est en lisant la critique principale que je me suis dit que j'étais passée à côté de l'histoire de Michel, son évolution morale et psychologique. Comme Nance, j'ai ressenti ce décalage de l'immoralité de l'époque avec nos temps modernes, et c'est peut-être ce qui m'a distanciée (trop) du protagoniste et m'a gardée scotchée davantage au style - très fluide, et d'une correction qui fait plaisir à une époque où la langue française est souvent malmenée.

Je le relirai donc avec plaisir, et j'ajoute Gide dans ma liste d'auteurs à approfondir.

La morale comme un boomerang

6 étoiles

Critique de Kikiolf (Mulhouse, Inscrit le 4 septembre 2012, 35 ans) - 27 septembre 2012

J’ajouterai juste aux autres critiques que rien que les passages où Michel décrit sa façon de lutter contre la maladie méritent qu’on lise ce livre.
Tout ce qu’il ressent dans son corps et dans son esprit est magnifiquement dépeint.

Trop court!

8 étoiles

Critique de Virgile (Spy, Inscrit le 12 février 2001, 38 ans) - 6 mai 2011

Il y a de très beaux passages dans ce livre, on est bien immergé dans l'ambiance, les décors et la psychologie du personnage principal. Mais je suis resté un peu sur ma faim. Que va t'il arriver ensuite à Michel? Que va t'il faire de sa liberté? Va t'il devenir un autre Ménalque? Ce personnage qui ne fait qu'un passage éclair dans l'histoire et à propos duquel j'aurais aimé en savoir davantage également!

La préface de Gide est chouette aussi, je ne sais pas si elle figure dans toutes les éditions.

Un grand Gide

10 étoiles

Critique de Zagreus (, Inscrit le 16 novembre 2010, 33 ans) - 14 décembre 2010

Comment parvenir à la liberté absolue ? Par une absence totale de moralité... La quête fascinante de Michel, sous l'influence méphitique de Ménalque (un des personnage les plus marquants de l'œuvre de Gide) passe par la destruction de soi et des autres (sa femme Marceline n'y survivra pas)...
Mais que faire ensuite de cette liberté ? "Arrachez-moi d'ici à présent, et donnez-moi des raisons d'être. Moi je ne sais plus en trouver. Je me suis délivré, c'est possible ; mais qu'importe ? je souffre de cette liberté sans emploi" demande, à la fin, Michel... En effet, "savoir se libérer n'est rien , l'ardu, c'est savoir être libre"...
Un récit limpide et concis, subversif aujourd'hui encore, aux résonances nietzschéennes, sur ce qui fait l'identité de l'individu, son autonomie... Un livre majeur, hélas trop méconnu, qui n'a rien perdu de sa modernité...

Honnête

6 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 2 janvier 2008

J’ai aimé son écriture fluide, je vais sûrement lire ses autres oeuvres. J’ai trouvé le récit honnête, mais il ne m’a pas tant intéressée. J’ai été mal à l’aise à quelques reprises devant son attirance pour des mineurs, mais à part de ça, il y a rien de choquant ou d’immoral, en tout cas aux yeux d’une contemporaine. Je ne sais pas encore quoi vraiment penser de ce roman.

l'entêtement dans le pire

6 étoiles

Critique de B1p (, Inscrit le 4 janvier 2004, 44 ans) - 26 juillet 2007

Homme rangé et parfaitement raisonnable, le héros apprend à laisser en lui affleurer les pulsions.

Idem que Hlidskialf. A la lecture de l'"immoraliste", j'ai aussi pensé à Nietzsche. Comme j'ai pensé au "Querelle de Brest" de Genet où la fascination pour le mal est décuplée par la beauté des meurtriers. Comme j'ai aussi pensé au "Démon" de Hubert Selby Jr : comment un homme conforme à ce que la société attend de lui se laisse entraîner par son désir d'aventure et de violence. Bien sûr, Gide est bien avant ça, mais ces récits appartiennent bel et bien à la même famille. Si vous aimez les lectures au style et à l'époque surannés et à la déviance "light" (vu l'époque sans doute), choisissez Gide. Si vous êtes prêt à l'artillerie lourde, choisissez Hubert Selby Jr.

(p.s. C'est curieux, c'est la même phrase que Hlidskialf qui m'a interpellé. Répétons-là donc : « J’ai cherché, j’ai trouvé ce qui fait ma valeur : une espèce d’entêtement dans le pire ».)


Forums: L'immoraliste

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'immoraliste".