Le Cycle des Princes d'Ambre, tome 2 : Les fusils d'Avalon
de Roger Zelazny

critiqué par FightingIntellectual, le 31 mai 2005
(Montréal - 37 ans)


La note:  étoiles
Le retour de Corwin...
Après nous avoir laissés sur son échappée des donjons du château d'Ambre, "Les fusils d'Avalon" sont les chroniques du prince Corwin d'Ambre et de sa fuite dans les ombres (reflets du monde réel), de sa planification d'une revanche sur son frère Éric l'ayant fait prisonnier dans Ambre.

Ce roman met de l'avant deux Ombres en particulier. La lorraine et l'Avalon, deux mondes à saveur médiévale où plusieurs protagonistes portent des noms connus tels que Lancelot, Ganelon et cie.

Au travers de ce chapitre de l'incroyable saga des Princes d'Ambres, Corwin retrouvera Benedict, son frère disparu et plus important, se retrouvera face à lui-même et ses ambitions.

J'ai moins aimé ce tome que le premier pour une seule raison. Toutes les 327 pages sont une transition, ils sont la transition de Corwin entre deux voyages en Ambre. Le style narratif à la première personne qui bave sur le "Stream Of Consciousness" Joycien est encore une fois des plus modernes et des plus intéressants, mais Zelazny semble moins bien y gérer ses éléments.

Une référence quand même...bon, je me plonge dans le 3e...
la vengeance est un plat qui se mange chaud 8 étoiles

Ce deuxième tome du cycle des Princes d'Ambre est aussi bon que le premier. On retrouve avec plaisir ce monde alliant contes de fées, légendes arthuriennes et cadre contemporain, le tout mâtiné plus que jamais de la thématique des mondes parallèles.

Les Fusils d'Avalon reprend les choses là où le premier volume les avait laissées, à savoir Corwin fraîchement échappé de sa geôle en Ambre et parti chercher les moyens de reconquérir son trône.
L'intérêt de ce tome 2 est double: il présente de manière dynamique des personnages-clé de la saga absents du premier tome, et achève de poser le noeud dramatique essentiel du cycle.

Ses qualités reposent sur le récit vivant et fluide à la façon des grands romans d'aventure et l'inventivité hors normes de Zelazny. Un des gros atouts (sans mauvais jeu de mot) d'Ambre est son contraste saisissant entre un univers résolument poétique et la violence extrême d'une guerre fratricide impitoyable.
Ambre prend également le contrepied des cycles d'heroic-fantasy à rallonge en proposant un texte presque aussi dépouillé qu'un scénario de film. Le choix d'un récit qui fait progresser rapidement l'intrigue est un parti-pris gratifiant pour le lecteur et caractéristique du style de l'auteur.

Belial - Anvers - 40 ans - 18 mars 2013


Une suite réussie...à lire de préférence en v.o? 7 étoiles

Un livre dans la continuité du premier tome, avec les mêmes points forts et défauts.

Le monde d'Ambre me passionne toujours autant, et si le premier volume n'avait que survoler les personnages de la saga, celui-ci les dépeint plus en profondeur et nous permet de nous sentir un peu plus proche et en connexion avec Corwin notamment. L'histoire est toujours aussi riche, folle, avec quelques rebondissements bien sentis et une fin qui sait ménager son effet : en clair il se lit vite, bien et avec beaucoup de plaisir.

Ce qui fait baisser la note est que je reproche à la majorité des livres de fantasy américain : l'écriture. Cela est peut-être imputable à la traduction, mais Dieu que c'est terne. Malgré tout même si ce manque m'agace je ne compte pas bouder Zelazny et je continuerai à lire la saga!

Opalescente - - 37 ans - 30 juin 2012


les différentes formes du démon 8 étoiles

Dans ce nouveau tome, Corwin d'Ambre va devoir affronter ou contourner de nombreux obstacles avant de pouvoir retourner à Ambre. Sa chère Ambre.
Au fil des pages, nous en apprenons un peu plus sur le héros et sa famille ainsi que sur les Ombres.
Corwin est toujours aussi ambitieux mais le temps presse.
Une grande menace pèse sur Ambre et les Ombres. Involontairement, Corwin l'a aidée mais fera-t-il le bon choix le moment venu ?

Ce tome est plein de références médiévales mais le style n'en est pas alourdi pour autant. Il n'y a rien de superflu et tout est mis au service de l'intrigue.
L'histoire est toujours aussi prenante même si elle donne parfois l'impression d'être une simple transition.

A lire tout de même.

Babsid - La Varenne St Hilaire - 32 ans - 3 février 2008