Le malade imaginaire de Molière

Le malade imaginaire de Molière

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Théâtre

Critiqué par The Beauty, le 22 avril 2001 (rueil-malmaison, Inscrite le 22 avril 2001, 32 ans)
La note : 4 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 388ème position).
Visites : 13 402  (depuis Novembre 2007)

Pas mal

Je trouve que le livre " le malade imaginaire " écrit par molière dénonce beaucoup " d'escroqueries " faites dans son temps.
En quelque sorte, dans ce livre, il critiquait " lourdement " les médecins de l'époque en disant beaucoup de méchancetés à leur propos. Il avait peut être raison car, après tout,j e pense que s'il ne le pensait pas, il n'aurai jamais eu l'inspiration pour écrire ce livre qui est aussi une pièce de théàtre. Jouer la pièce, ou aller la voir au théàtre, c'est quand même mieux que de la lire. Mais ça peut aller car cette pièce est plutôt courte.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le malade imaginaire [Texte imprimé], comédie-ballet Molière éd. présentée, annotée et commentée par Jean-François Castille,...
    de Molière, Castille, Jean-François (Editeur scientifique)
    Larousse-Bordas / Petits classiques Larousse.
    ISBN : 9782038716665 ; EUR 4,50 ; 01/01/1998 ; 255 p. ; Poche
  • Le malade imaginaire [Texte imprimé] Molière éd. présentée, établie et annotée par Georges Couton
    de Molière, Couton, Georges (Editeur scientifique)
    Gallimard / Collection Folio.
    ISBN : 9782070411207 ; EUR 2,50 ; 12/10/1999 ; 305 p. ; Poche
  • Le malade imaginaire
    de Molière,
    Pocket
    ISBN : 9782266209786 ; EUR 2,75 ; 23/06/2010 ; 190 p. ; Poche
  • Le malade imaginaire [Texte imprimé] Molière présentation, notes, chronologie et dossier par Loïc Marcou,...
    de Molière, Marcou, Loïc (Editeur scientifique)
    Flammarion / Étonnants classiques (Paris)
    ISBN : 9782081209442 ; EUR 2,90 ; 07/09/2007 ; 168 p. ; Poche
  • Le Malade imaginaire [Texte imprimé], comédie mêlée de musique et de danses Molière préf. de Jean Le Poulain ; commentaires et notes d'Alain Lanavère
    de Molière, Lanavère, Alain (Editeur scientifique) Le Poulain, Jean (Autre)
    le Livre de poche / Le Livre de poche. Classique. Théâtre
    ISBN : 9782253037941 ; EUR 2,50 ; 01/01/1986 ; 155 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

j'ai bien aimé

7 étoiles

Critique de Cédelor (Paris, Inscrit le 5 février 2010, 48 ans) - 21 octobre 2015

J’ai bien aimé « Le malade imaginaire », que j’ai lu sur une édition commentée à destination des étudiants. Je ne sais pas ce que ça donnerait sur scène, mais en lecture c’est plaisant et amusant à suivre. Il paraîtrait que c’est le chef d’œuvre de Molière, qui est aussi son œuvre ultime. Mais tout est affaire de goût, et du (très) peu que j’ai lu de cet auteur, icône absolue du théâtre français, « Le misanthrope » a ma préférence. Mais cette pièce renseigne tout de même sur la pratique de la médecine d’alors et que Molière attaquait pour son incompétence et sa suffisance, avec grand raison ! En ce temps-là, se soigner revenait à être rendu plus malade que guéri ! A cet égard, les mini-dossiers thématiques qui sont ajoutés, dans cette édition commentée, sont instructifs ! En bref, une pièce qui est à lire et qui ne sera pas une perte de temps.

Appréciation personnelle de "La malade imaginaire"

10 étoiles

Critique de Marja (, Inscrite le 1 octobre 2013, 52 ans) - 1 octobre 2013

À mon avis, « Le Malade Imaginaire » est une critique à la cour du roi Louis XIV qui avait une soixantaine de médecins à sa disposition. Et même ces 60 médecins ne pouvaient pas guérir mais au plus soulager. C’est aussi une critique à la médecine en générale avec tous ses charlatans qui se font passer pour des médecins mais ne peuvent pas guérir. Avec la ridiculisation de la médecine, Molière avait trouvé un sujet qui pourrait faire rire son public et en même temps dénoncer toutes les escroqueries. Je pense que c’est aussi une ridiculisation de la (grande) bourgeoisie et de la noblesse qui – en ayant plein de temps – se faisaient des soucis de la moindre affection. Contrairement à la population qui se souciait de l’alimentation journalière et travaillait jusqu’à la mort pour survivre. En forme de pièce de théâtre, Molière a touché un grand public. Ce que je me demande c’est si (jadis) le peuple était capable de visiter le théâtre ?

Livre las

6 étoiles

Critique de Editeurdecritiques (, Inscrit le 5 juin 2008, 22 ans) - 5 juin 2008

Ce livre d'après moi ne ferait pas office d'un livre intéressant car d'après moi le théâtre se joue sur scène non par lecture.

La médecine, placebo du XVIIIème siècle

7 étoiles

Critique de Oxymore (Nantes, Inscrit le 25 mars 2005, 47 ans) - 3 juin 2007


Angélique est éprise de Cléante mais son père, Argan, convaincu d'être perpétuellement malade, veut lui donner la main de Thomas Di
afoirus qui s'apprête à suivre la voix de son père, la médecine.
Bien aidée par sa femme, Béline, dont le dessein secret est de mettre la main sur son argent, Argan ne veut rien entendre.
C'est ainsi qu'il faudra toute la malice de Béralde (frère d'Argan) et de Toinette (servante) pour mettre à jour le peu de scrupule d'une femme et l'amour sincère d'une fille pour mener à bien les transports amoureux de nos deux tourtereaux qui joueront d'ailleurs une belle pièce pastorale à Argan pour tenter habilement de le tromper.

Molière s'amuse ici à critiquer vertement les médecins qu'ils semble considérer le plus souvent comme des escrocs savants

Citation:
Béralde: Si fait, mon frère. Ils savent la plupart de fort belles humanités, savent parler en beau latin, savent nommer en grec toutes les maladies, les définir et les diviser; mais, pour ce qui est de les guérir, c'est ce qu'ils ne savent point du tout

La grandiloquence et le pompeux du vocabulaire médical qui cherche à effrayer Argan, confortent le lecteur dans le jugement porté sur la médecine. Ajoutons à cela le ridicule de Thomas Diafoirus qui semble réciter sa demande en mariage comme il décline ses formules médicales, et on a là encore un petit bonheur de théâtre.

D'accord avec vous deux!

6 étoiles

Critique de Lolita (Bormes les mimosas, Inscrite le 11 décembre 2001, 33 ans) - 5 février 2002

Cela fait pas mal de temps que j'ai lu ce Molière et entre temps j'en ai tellement lu d'autres que je n'ai qu'un vague souvenir de celui ci. Seulement de ce que je me rappelle je sais que j'ai eu la même réaction
que The Beauty!!! Mais je suis toute fois d'accord avec Thémis!

légère différence de point de vue...

8 étoiles

Critique de Thémis (Ligny, Inscrite le 17 avril 2001, 49 ans) - 19 juillet 2001

Moi, je pense surtout que le malade imaginaire serait tout simplement appelé aujourd'hui un hypocondriaque! Et comme toute personne atteinte de ce "mal", il n'est bien que lorsqu'il croit que quelque chose ne fonctionne pas chez lui..du coup il ne peut accepter l'avis du médecin lorsque celui-ci dit qu'il va pour le mieux, et ce quitte à reprocher sa façon de faire au médecin, voire son incapacité à donner un diagnostique correcte. Un molière reste cependant un molière, et j'ai bien aimé celui-ci également.

Forums: Le malade imaginaire

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le malade imaginaire".