Dictionnaire amoureux de Venise
de Philippe Sollers

critiqué par Veneziano, le 23 mai 2005
(Paris - 42 ans)


La note:  étoiles
Quel voyage !
Philippe Sollers arrive à recréer une ambiance, tout en décrivant l'essentiel et en nous épargnant les poncifs faciles, qu'il vient même à dénoncer. Il se permet des coups de coeur qui le rendent humains, comme pour Cécilia Bartoli, qui a une personnalité bien agréable.
J'ai bien apprécié ses descriptions de Santa Maria della Salute et de l'Académie ; je m'y suis revu.
Ma seule réserve tient à ce que j'ai un peu plus de mal avec la musique baroque. Il fait un éloge dithyrambique de Monteverdi.
La division en articles par ordre alphabétique est agréable à lire. Ce type de lecture en kit est justement pratique pour les voyages.
Dictionnaire merveilleux de Venice 7 étoiles

Dans ce livre érudit, Sollers y fait une description historico-perso des diverses déclinaisons de l"Amour à Venise".
On y plonge avec grâce et on ne remonte plus avec délice.
On y découvre ses amours physiques, ses amours rêveuses...
C'est très réussi et très intime car Venise restera toujours une ville libertine.
Ses approches sont très réussies, par exemple quand il se trouve devant un tableau de Giorgione, il écrit; "il vous parle du temps par dessus le temps, comme toute la ville, LA SERENISSIME le fait constament, c'est sa vocation, sa grandeur"... Quelle description éblouissante de Venise!!!
"le tableau est une étoile...un aimant"...
Quand aux diverses descriptions de la ville, on y trouve;
"Il n'y a pas de lieu au monde où la liberté et l'amour règent plus souverainement qu'ici" (BROSSES Charles) ou
"Dix siècles étendent autour de moi leurs ailes nébuleuses et une gloire mourante sourit aux temps déjà éloignés où plus d'une nation conquise tenait ses regards fixés sur les palais de marbre du lion ailé où Venise était assise en Reine sur le trône de ses cent îles " (CHATEAUBRIAND)
Alors Venise, sa beauté est-elle toujours liée à son passé? Histoire glorieuse désormais décomposé?
Quel grand voyage ...

Nicolas Frutos - Bruxelles - 59 ans - 20 septembre 2006


une belle bûche pour la cheminée 1 étoiles

à éviter de toute urgence !

aucun style, aucun humour, on est tres tres loin de l'intelligence de Charles Dantzig 'dictionnaire égoiste de la littérature française".

la lecture de cette serie de dictionnaires amoureux est ennuyeuse (à l exception du dictionnaire sur l'opera) et tres mal mise en page, c'est triste comme un vendredi de carême.

lorsque Sollers analyse la musique de Wagner, on touche le sommet du ridicule. peut etre devrait il moins ecrire et plus écouter.

Prince jean - PARIS - 46 ans - 16 avril 2006