L'enfant de Jules Vallès

L'enfant de Jules Vallès

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Cuné, le 22 mai 2005 (Inscrite le 16 février 2004, 52 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 934ème position).
Visites : 4 565  (depuis Novembre 2007)

Il voulait être ouvrier...

L'enfant fait partie d'une trilogie, avec Le Bachelier et L'insurgé. Dans celle-ci, Jules Vallès a choisi de se raconter, en négligeant la forme d'autobiographie pure au profit du récit avec évènements authentiques, mais néanmoins romancé.

Nous sommes dans les années 1830-40, et le narrateur, Jacques Vingtras, est l'enfant unique d'un couple malheureux. Le père est pion, puis professeur, la mère est de souche paysanne, et sera inadaptée toute sa vie. Les deux parents traitent avec une grande cruauté leur enfant, mais sans gratuité, sans réelle méchanceté en fait, sous couvert de lui donner une bonne éducation, et en espérant de lui qu'il les élève eux-mêmes dans la société. C'est en cela toute l'horreur du traitement de Jacques, ses parents l'aiment sincèrement, mais ils subissent tellement l'injustice de leur vie, qu'ils reportent sur lui leurs erreurs, leur hargne et leur bêtise. La fin de ce premier tome en est d'ailleurs poignante, tant Jules Vallès sait nous placer en empathie avec cet enfant meurtri, mais tout autant avec ses parents si à côté de la plaque jusque dans leur psychisme. Grande est la difficulté du petit Jacques pour se construire, aimant et détestant ses parents, les jugeant pour ce qu'il sont mais ne pouvant supporter d'en avoir honte.

J'ai du mal à en parler parce que ce roman ne laisse pas indifférent, le talent de Jules Vallès réussissant à faire passer énormément de choses à travers une écriture pleine d'ironie et de distance.
Voilà la force des classiques, ils sont intemporels, et outre de témoigner du climat social d'une époque, ils évoquent des sentiments et situations qui ne sont pas obsolètes, presque 200 ans après....

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'enfant [Texte imprimé], roman Vallès éd. présentée, annotée et commentée par Christophe Reffait,...
    de Vallès, Jules Reffait, Christophe (Editeur scientifique)
    Larousse / Petits classiques Larousse.
    ISBN : 9782035881403 ; EUR 5,50 ; 01/09/2001 ; 300 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Jacques Vingtras

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La révolte

10 étoiles

Critique de Waitforspring (, Inscrit le 28 janvier 2015, 25 ans) - 5 juillet 2019

J'ai parfois lu qu'on reprochait à Vallès d'être trop descriptif, ce qui est incompréhensible, tant son écriture dépouillée témoigne d'une chose: le besoin d'exprimer avec urgence la colère qui l'anime, de faire partager l'injustice permanente de sa vie d'enfant. Si Vallès est plus tard "l'Insurgé", serait-ce notamment parce que les brimades, la violence, la solitude de ses premières années lui ont inspiré un profond dégout de l'ordre et de l'autorité ? On se plait à le croire en lisant ces pages brûlantes de colère, mais non dénuées d'humour (Vallès manie l'ironie à merveille).
Une lecture indispensable au milieu des classiques du XIXème siècle qui témoignent de leur temps, avec l'annonce d'autres révolutions à suivre en France; en partageant la douleur de Jacques Vingtras, on n'a aucun mal à l'imaginer quelques années plus tard debout sur les barricades de la Commune, le poing levé.

Séduit et ému

9 étoiles

Critique de Fa (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 44 ans) - 3 août 2011

J'ai trouvé ce roman de Jules Vallès profondément émouvant. Si l'on retrouve la patte journalistique du naturalisme, ce n'est jamais au prix d'une aridité des sentiments.

Dans les souffrances du jeune vingtras s'esquissent déjà ses révoltes futures. Ses souffrances sont effectivement injustes. Elles ne sont même pas le prix d'un manque d'amour de la part de ses parents, mais de l'impossibilité de communiquer au sein de la cellule familiale où pour élever ses enfants "comme il faut", on frappe dessus.

Certains tableaux sont absolument émouvants : le sombre destin de la petite Louisette ou les éveils de Jacques à la sexualité en sont des exemples poignants.

témoignage historique

8 étoiles

Critique de Rhonal (lyon, Inscrit le 7 mai 2010, 52 ans) - 8 mai 2011

J'ai lu ce livre il y a des années dans le cadre scolaire et je le redécouvre maintenant avec 25 ans de plus .
Je le prends comme un témoignage historique de la vie de certains enfants du 19° siècle, dans une famille qui fait des efforts amers et pathétiques pour s'élever dans la société .
Malgré l'omniprésence des châtiments, chacun y trouvera une situation qui évoquera des souvenirs je pense .
Un style d'écriture assez vif, rapide, au service de la dérision et de l'émotion.

Indifférence

5 étoiles

Critique de Opalescente (, Inscrite le 8 novembre 2005, 37 ans) - 1 juin 2008

C'est malheureusement ce que j'ai ressenti face aux malheurs du petit héros. Les raisons de ses maltraitances paraissent tellement aberrantes que l'on se demande parfois si le récit est bien d'inspiration autobiographique, ou si l'auteur n'exagère pas énormément les faits pour attirer la sympathie. J'ai trouvé cela exaspérant.
Vallès, malgré ses multiples tentatives étalées tout au long du roman n'a pas réussi à m'émouvoir sur son sort. Peut-être tout simplement étais-je peu sensible au sujet.
Il n'empêche que ce roman a certainement beaucoup de qualités qui pourront séduire un vaste lectorat, car les qualités d'écrivain de l'auteur sont indéniables.

une enfance difficile mais narrée si bien

7 étoiles

Critique de Paradize80 (, Inscrite le 30 décembre 2004, 29 ans) - 19 août 2006

Intemporel c'est bien le mot, car nous nous retrouvons tous de quelque manière qu'il soit en Jules Vallès, nous souffrons avec lui la bêtise de sa mère tout en la plaignant, car l'assurance dont elle fait preuve lors de plusieurs situations et notamment vis a vis de son fils serait une facette pour cacher une fragilité. Jules Vallès nous revoit sur les banc de l'école rappelant un peu Pagnol avec sa situation de fils de professeur et ses contraintes. Via l'époque et les moeurs il nous propose un modèle d'éducation, et l'obligation pour cet enfant de passer son bac malgré sa vocation intime qu'il ressent en lui, celle d'intégrer le milieu ouvrier qui le faisait tant rêver lors de ses vacances à la campagne. L'auteur nous propose un climat parsemé de tensions, de violence incompréhensible parfois car peu logique : c'est par amour que ses parents le battent, sans doute pour passer leurs nerfs ou tenter de maintenir une autorité fragile; mais aussi d'anecdotes intéressantes et captivantes. Un ouvrage alors fort en émotion mais qui me laisse néanmoins rancunière vis à vis de la mère, est-ce donc l'exemple qu'elle a elle-même reçu? Je me demande honnêtement si c'est par ces actes qu'elle trouvait un quelconque bonheur cruel, sinon où .?

Forums: L'enfant

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'enfant".