La salle de bain de Jean-Philippe Toussaint

La salle de bain de Jean-Philippe Toussaint

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Jbruno85, le 9 mai 2005 (Inscrit le 6 avril 2005, - ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (32 380ème position).
Visites : 3 196  (depuis Novembre 2007)

Fixer les axes de la vie

Un antihéros mystérieux. Non, plutôt affligé que mystérieux. Affligé d’une espèce d’inertie sans direction. Ce roman raconte l’histoire d’un homme anonyme qui, tout au début du roman, commence à passer ses jours dans la salle de bain. La seule « direction » qu’il connaît dans la vie est celle de son bizarre univers géométrique. Il s’y est perdu. Après cent pages d’oisiveté à Paris, puis à Venise, puis à Paris, ce narrateur reconnaît qu’il faut prendre un risque pour…

Ben, il vaut mieux que vous le lisiez vous-même !

Lecture insolite.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Rappel au style et à la forme

4 étoiles

Critique de Antalarion (Thuillies, Inscrit le 20 août 2010, 26 ans) - 2 octobre 2010

La forme ne doit point primer sur le fond, certes. Hélas les formes ici sont nauséabondes, et camouflent une histoire sans véritable intérêt. Le style, malgré quelques passages intéressants, fait dans un surréalisme absurde et lourd, voire insupportable. Rarement un livre m'a autant énervé, une fin, autant déçu. Heureusement qu'il se lit vite!

Un OVNI littéraire

8 étoiles

Critique de Soldatdeplomb4 (Nancy, Inscrit le 28 février 2008, 28 ans) - 9 février 2009

Un homme décide de se cloitrer dans une salle de bain. Pourtant il passe son temps à sortir, et où qu'il aille, on retrouve douches, lavabos, bidets, carrelages... Pourquoi? Je ne sais pas.
Je ne sais rien de ce que l'auteur a voulu dire. Si ce n'est, peut-être, le final, comme un appel à sortir, à risquer, à s'émanciper, à lutter contre l'inertie.

Le héros du livre est spectateur de sa vie, il regarde les autres faire pendant que lui ne veut rien faire. Une narration du coup originale, inédite, et une écriture ovniesque, où tous les détails incongrus sont décrit, et où les évènements importants (si tant est qu'il y en ait) sont zappés.

J'ai préféré la télévision, du même auteur, dans le même genre, mais la salle de bain reste une belle réussite, déroutante à souhait.

A noter un bel hommage à Jérôme Lindon en addendum à ce livre. Et aux poulpes, également...

Lucidité dans une salle de bain

6 étoiles

Critique de Ardigazna (, Inscrite le 9 novembre 2004, 44 ans) - 14 octobre 2005

La salle de bain, un lieu froid, intime, étanche, qui encadre cette histoire entre un narrateur paumé, historien, et sa femme, Edmondsson, qui tient une galerie à Paris. Un récit en triptyque. Premier tableau : l’appartement à Paris, la salle de bain, les anciens locataires, les artistes peintres polonais, les envies de sexe d’Edmondsson. Second tableau : le narrateur disjoncte et part à Venise, sans quitter l’hôtel, Edmondsson le rejoint, visite seule les églises et musées, tandis que lui continue à jouer aux fléchettes dans sa chambre, se trompe de cible, elle part à l’hôpital. Dernier tableau : elle retourne à Paris, lui part à l’hôpital, lie connaissance avec son médecin et son épouse, repart à Paris.
Immédiatement, ce récit vacillant entre lucidité et folie, où s’enchaînent les pensées du narrateur confronté à des situations dont la banalité devient incongrue, dont la vie à tout moment semble pouvoir basculer dans la démence, m’a fait songer à cet autre auteur que j’affectionne particulièrement, Régis Jauffret. La sobriété du phrasé et de l’intrigue tranchent ainsi d’autant plus avec la vision acide de la vie qu’a son narrateur. Auteur dont il me reste à présent à découvrir les autres romans.

Forums: La salle de bain

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La salle de bain".