Le Seigneur des Anneaux, tome 2 : Les Deux Tours de John Ronald Reuel Tolkien, Philippe Munch (Illustration)

Le Seigneur des Anneaux, tome 2 : Les Deux Tours de John Ronald Reuel Tolkien, Philippe Munch (Illustration)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Momo6, le 7 mai 2005 (Inscrite le 5 avril 2005, 29 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 9 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (156ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 5 404  (depuis Novembre 2007)

Attention aventure garantie !!!

Dans les vertes prairies de la Comté, les Hobbits, ou Semi-hommes, vivaient en paix... jusqu'au jour fatal où l'un d'entre eux, au cours de ses voyages, entra en possession de l'Anneau Unique aux immenses pouvoirs. Pour le reconquérir, Sauron, le seigneur ténébreux, va déchaîner toutes les forces du Mal... Frodon, le Porteur de l'Anneau, Gandalf, le magicien, et leurs intrépides compagnons réussiront-ils à écarter la menace qui pèse sur la Terre du Milieu ? Dispersée dans les terres de l'Ouest, la Communauté de l'Anneau affronte les périls de la guerre, tandis que Frodon, accompagné du fidèle Samsagace, poursuit une quête presque désespérée : détruire l'Anneau unique en le jetant dans les crevasses d'Oradruir, la Montagne du destin. Mais aux frontières du royaume de Mordor, une mystérieuse créature les épie... pour les perdre ou pour les sauver ? Le royaume de Gondor s'arme contre Sauron, le seigneur des ténèbres, qui veut asservir tous les peuples libres, hommes et elfes, nains et hobbits. Mais la vaillance des soldats de Minas Tirith ne peut rien désormais contre la puissance maléfique de Mordor. Un fragile espoir, toutefois, demeure : le Porteur de l'Anneau, jour après jour, s'approche de la montagne où brûle le feu du destin, seul capable de détruire l'Anneau Unique et de provoquer la chute de Sauron...
Dispersée dans les terres de l'Ouest, la Communauté de l'Anneau affronte les périls de la guerre, tandis que Frodon et Sam poursuivent une quête presque désespérée : détruire l'Anneau. Mais aux frontières de Mordor, une mystérieuse créature les épie... Pour les perdre ou pour les sauver ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Le Seigneur des Anneaux

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Frodon qui lutte pour avancer et Gandalf qui lutte pour ne pas reculer. Du grand Tolkien.

10 étoiles

Critique de Buck (Rennes, Inscrit le 20 juin 2010, 31 ans) - 5 juin 2016

Le premier tome m'avait ouvert l'appétit de cette saga, le second a rempli ses promesses.

Alors que la communauté de l'anneau installe la quête, ses personnages et leur intérêts, les deux tours donne à la saga une aura plus "mondiale" et géopolitique avec le Rohan, les Ents et Saroumane.
On est aussi dans la douleur avec Frodon et Samsagace qui luttent pour avancer.

Je me mets juste à la place de Tolkien 1 minute. Il faut être tout bon écrivain pour montrer à quels degrés de souffrance, de peur et de doute, ses personnages sont. J'ai bien ressenti la moisissure du Marais des Morts, la lassitude de voir les portes noires fermées et l'inquiétude de suivre Gollum dans les grottes.
Entretemps Gandalf, les Ents et toute la troupe de la communauté continuent la résistance tant bien que mal à l'autre bout du de la Terre du milieu.

Au niveau scénario, diviser en 2 groupes (Gandalf puis Frondon) est aussi une bonne idée. On ne se lasse pas d'une ville ou d'un environnement. Il me semble que Tolkien a voulu faire comprendre que tous les petits actes (même ceux d'un hobbit...) peuvent avoir de grandes incidences sur le monde pourvu qu'on y croit et cela est bien démontré en opposant simultanément ces visions d'une même histoire.
Bref, J.R.R Tolkien est effectivement un grand écrivain. Ce second tome le prouve.

Aussi bon que le premier

9 étoiles

Critique de N@m0 (, Inscrit le 10 mars 2012, 24 ans) - 22 juin 2012

Ce que certains ne semblent pas comprendre, c'est que la « lourdeur » des passages où les personnages ne font que voyager nous aident à mieux comprendre la lassitude de ces personnages, tout en voyant tout ce qu'ils voient.

Encore quelques passages plus plats, mais ça frôle encore le chef-d’œuvre absolu.

Universel

10 étoiles

Critique de Marcel11 (Paris, Inscrit le 23 juin 2011, 21 ans) - 24 octobre 2011

Roman : Le seigneur des anneaux II Les deux tours

Auteur : J.R.R Tolkien

Dispersée dans les terres de l'ouest, la Communauté de l'Anneaux affronte les périls de la guerre, tandis que Frondon, accompagné du fidèle Samsagace, poursuit une quête désespérée : détruire l'Anneau Unique en le jetant dans les crevasses d'Oraduir, la Montagne du destin. Mais, aux frontières du royaume du Mordor, une mystérieuse créature les épie... pour les perdre ou pour les sauver?

Que dire de cette trilogie qui est à l'origine de l'heroïc fantasy ?
Que dire de ce simple chef-d'oeuvre ? Quelle imagination traverse l'esprit de Tolkien ? Il y a plus d'action que le premier mais un peu moins d'émotions. J'ai apprécié la bataille du gouffre de Helm qui est décrite avec beaucoup de violences et d'audaces (et d'humour), la rencontre de merry et pipin avec les ents et les choix de maître samsagace. Il est vrai que la partie avec sam, frodon et gollum est un peu longue mais la fin est magistrale. Contrairement aux autres roman de l'heroïc fantasy, je trouve que c'est le seul à contenir de l'émotion.

Le Seigneur des Anneaux, tome 2 : Les Deux Tours

10 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 40 ans) - 25 septembre 2011

J'ai lu ce livre en 2001 juste avant la sortie du premier film. En fait, je me dépêchais de lire les trois livres avant la sortie du premier film au cinéma. Je dois avouer que les Deux Tours ne m'a pas déçu du tout.

Ce que j'ai le plus aimé c'est la grosse bataille de la fin. Contrairement à La Communauté de L'anneau, ce livre contient beaucoup d'action. J'ai aussi aimé la rencontre de Merry et Pippin avec les Ents. Et que dire de la confrontation entre Gandalf et Saroumane. Je dois dire que la finale m'a renversée.

Le seul point que j'ai moins aimé c'est la partie avec Sam et Frodon qui est un peu longue à mon goût. Il y a beaucoup moins d'action que dans la partie avec Aragorn, Legolas et Gimli. Une chance que la fin est excellente.

Je le conseille à tous.

aussi bien que le premier

10 étoiles

Critique de Harry Potter (Arcangues, Inscrit le 27 juillet 2010, 21 ans) - 8 septembre 2010

Superbe je ne me suis pas ennuyé une seule seconde 5 étoiles

Magnifique !!!

10 étoiles

Critique de Cbarker (, Inscrit le 14 juillet 2009, 53 ans) - 7 mars 2010

Toujours aussi agréable à lire. Lorsque j'ai fini le premier tome, j'ai aussitôt acheté le suivant. J'ai fini de lire le livre en 1 semaine tant l'histoire est passionnante. A lire et à relire sans modération.

Magique !!!

La partie d'échecs

9 étoiles

Critique de Laurent03000 (Moulins, Inscrit le 2 avril 2009, 37 ans) - 10 avril 2009

Dans ce deuxième tome, l'action commence dès les premières pages, pour ne plus nous lâcher avant les dernières, et la tension va crescendo, en atteignant son point culminant à la toute fin du livre, ce qui donne fortement envie d'attaquer le troisième volume sans attendre.

On note une exceptionnelle maîtrise de l'écriture romanesque, qui atteint à la grandeur et au sublime dans les moments les plus intimes (monologue nocturne de Gollum) comme dans les temps forts tels que la bataille du gouffre de Helm. Il faut souligner que la tâche était ardue, étant donné que la communauté se retrouve éclatée consécutivement aux évènements survenus à la fin du premier tome, ce qui fait que le nombre d'axes narratifs à développer et à mener tambour battant passe de un à trois !

Sur le fond, Tolkien nous invite à poursuivre notre merveilleux voyage en Terre du Milieu, cette fois-ci à travers les plaines du Rohan, royaume des seigneurs des chevaux, dominées par le sublime château d'or de méduseld, au coeur de la cité d'Edoras. C'est une véritable immersion dans le monde de la chevalerie qui nous est proposée car les rohirrim sont les archétypes mêmes des chevaliers moyen-âgeux, mais néanmoins habités par l'humanité qui fait parfois défaut aux héros arthuriens.

Nous faisons aussi la connaissance des Ents, peuple proche de la nature s'il en est, qui joueront un rôle important dans la guerre qui se prépare.

Car c'est là le coeur du propos : Sauron s'est trouvé un allié de poid dans sa croisade pour le contrôle total de la Terre du Milieu, et cet allié va frapper le Rohan grâce à une armée composée d'une nouvelle race d'Orcs, créée dans le seul but de massacrer les Hommes.

Le roi Théoden, aidé par Aragorn, Gimli et Legolas, va devoir résister si il veux sauver son peuple.

Pendant ce temps, à travers l'Emyn Muil, Frodon et Sam avancent lentement vers la Montagne du Destin, mais ils vont être rejoint par Gollum, un être torturé par le pouvoir de l'Anneau Unique, oscillant constamment entre le Bien et le Mal.

La quête prend une tournure encore plus dramatique lorsque le lecteur se rend compte que Frodon résiste de moins en moins à la volonté de l'Anneau.

C'est clairement le tome le plus sombre de la "trilogie", et l'auteur arrive à nous faire ressentir la souffrance de Frodon à tel point que nous ne pouvons qu'avoir mal pour lui.

Pour les amoureux des comparaisons, on peux dire que cet épisode est au Seigneur des Anneaux ce que l'empire contre-attaque est à star wars.

Plus encore que le tome 1, celui-ci nous amène à reconsidérer la place de l'être humain dans le vaste monde qui nous entoure. Tout le talent de l'auteur permet en même temps de préparer l'arrivée des évènements du troisième tome, où la stratégie, digne d'une partie d'échecs, des défenseurs de la paix ne dépendra plus vraiment d'eux.

De plus en plus incontournable.

Et l'aventure se poursuit...

10 étoiles

Critique de Erkenbrand (, Inscrit le 31 mars 2006, 34 ans) - 23 août 2007

Avec ce second tome de la saga du Seigneur des Anneaux, Tolkien continue à nous entraîner dans son formidable voyage à travers la Terre du Milieu. Cette fois-ci, l’action y est plus présente avec une intrigue démultipliée puisque la communauté a été dissoute dans le livre précédent et à présent les compagnons sont dispersés en trois groupes et vivent ainsi l’aventure séparément.
Dans les deux Tours, nous n’avons plus de longueurs comme le livre précédent mais on est complètement absorbé par l’aventure épique de ce fascinant voyage. Tolkien nous en montre aussi davantage sur la Terre du Milieu en axant son récit sur le monde des hommes en particulier la civilisation du Rohan et qui ressemble fortement aux Vikings. Ses descriptions sont toujours aussi merveilleuses.
Les deux tours est un prélude à la guerre de l’anneau et ainsi les valeurs guerrières sont clairement mises en avant dans le récit en particulier avec la bataille du gouffre de Helm décrite magnifiquement dans le livre. Dans son roman, on pourra aussi noter le message écologique par le biais des Ents, créatures qui veillent sur la forêt de Fangorn et qui entrent en guerre à cause des méfaits de l’Isengard.
Le voyage de Frodon et de Sam devient aussi beaucoup plus dangereux et périlleux car non seulement, ils n’ont d’autre choix que de se fier à Gollum, ancien Hobbit schizophrénique rongé par le désir de reprendre son « Trésor » et de plus, Frodon est soumis à la puissante influence corruptrice de l’anneau qui trahit son jugement et ses pensées. Ainsi le récit de Tolkien devient beaucoup lus sombre et dramatique en nous présentant une Terre du Milieu menacé par un mal grandissant.
Concernant la forme du récit, Tolkien a choisi de diviser le livre en deux parties : une suivant le parcours de Frodon et Sam et l’autre partie le reste de la communauté. C’est une bonne idée car cela renforce l’intensité de l’action car nous ne savons pas ce qui est arrivé à l’autre groupe et cela nous encourage à lire plus vite. Mais cela a aussi un gros inconvénient notamment le fait que le récit perd sa linéarité chronologique. De plus, la forme du récit présente aussi quelques défauts à l’instar de la communauté de l’anneau : on pourra ainsi regretter que Tolkien raconte l’inondation de l’Isengard en flash-back et des passages (par exemple la bataille du gouffre de Helm) qui ne sont pas assez développés. Mais on oublie très vite ces défauts minimes et malgré cela les deux Tours reste tout de même un excellent livre à lire absolument.

Forums: Le Seigneur des Anneaux, tome 2 : Les Deux Tours