Canardo (Une enquête de l'inspecteur), tome 15 : L'affaire belge de Sokal

Canardo (Une enquête de l'inspecteur), tome 15 : L'affaire belge de Sokal

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Jules, le 6 mai 2005 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 75 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (19 710ème position).
Visites : 2 544  (depuis Novembre 2007)

Bien Belge !...

Willy Bollemans, dessinateur de BD et de Terry Le Basset en particulier, sent qu’il aura des difficultés à terminer son dernier album pour Casterman. Il ne lui reste qu’une douzaine de pages à finir mais son trait est de moins en moins sûr. Il consulte un grand spécialiste, le docteur Louis Delas artistologue, qui lui annonce qu’il est atteint de la tremblante du dessinateur. Comme il ne peut envisager que Terry Le Basset puisse mourir, il inscrit son fils à Saint-Luc où lui-même et beaucoup d’autres grands dessinateurs firent leur écolage. Mais Rudy n’a aucune envie de faire de la BD, il veut devenir coureur cycliste. En Belgique, dit-il, il n’y a que deux moyens de réussir : la BD ou coureur cycliste. Et il a choisi le seconde solution. Mais, sur l’insistance de son père, Willy va céder et entrera à Saint-Luc avec une lettre de celui-ci qui le recommande à un de ses amis.

A peine a-t-il pénétré à Saint-Luc, nous allons nous retrouver dans Alexandre Dumas et « Les trois mousquetaires » D’emblée il va se heurter à trois garçons et ils vont se battre à coups de crayons. Bien sûr ils deviendront les meilleurs amis du monde. Ces trois garçons s’appellent respectivement Vandenatoos, Vanderamissen et Vandeportozen… Rudy est bien loin d’être doué pour le dessin, mais avec l’aide du Maître et de ses trois amis, il fera de gros progrès.
Le père Bollemans retrouve donc l’espoir que son Terry Le Basset ne mourra pas. Il baigne dans cette nouvelle béatitude quand il reçoit un appel téléphonique : Rudy a disparu !… Comme il ne peut envisager une fugue de son cher rejeton et que nous sommes à la veille de Noêl et qu’il ne faut donc pas compter sur le zèle de la police en cette période, il fait appel à un privé. Par hasard il en a rencontré un quelques semaines plus tôt et il l’appelle. Celui-ci n’est autre que Canardo. On sent ici, une fois de plus, que nous sommes bien en Belgique quand la mère de Rudy dit à son mari qu’un privé cela devrait pouvoir se payer de la main à la main…

D’aspect il n’est guère brillant, mais il semble assez futé. Et en effet, celui-ci va se lancer à fond dans cette enquête Avec lui nous allons découvrir le petit monde de la BD belge, ses habitudes et surtout ses terribles contraintes ! Parmi celles-ci, une potion composée d’héroïne, caféine, cocaïne, anabolisants, corticoïdes, antidépresseurs, vitamines A, B, C, D, E , gelée royale, excipiant E 211, le tout mélangé à de l’encre de chine. Cela s’appelle le pot graphique, dérivé du pot belge en usage chez les coureurs cyclistes…
Mais l’enquête ne fait que commencer…

Je ne vous apprendrez rien en vous disant que cette BD est bien belge et qu’elle ne manque pas d’humour. C’est la seizième aventures de Canardo.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'affaire belge [Texte imprimé] Sokal avec la collab. de Pascal Regnauld
    de Regnauld, Pascal (Collaborateur) Sokal, (Scénariste)
    Casterman / Ligne rouge (Bruxelles)
    ISBN : 9782203335578 ; EUR 10,40 ; 13/04/2005 ; 48 p. ; Album
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Entre les bulles...

9 étoiles

Critique de Shelton (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 63 ans) - 30 octobre 2005

Benoît Sokal a fait son apprentissage de dessinateur et de scénariste de bande dessinée au sein de l’Institution Saint-Luc, à Bruxelles. Mais il n’en avait jamais parlé dans ses ouvrages, ce sera chose faite maintenant avec ce dernier album, l’Affaire belge.
En effet, partant d’une histoire simple, un auteur de bédé, Willy Bollemans, est atteint de la tremblante du dessinateur, il va nous faire entrer dans le monde des auteurs de ce neuvième art… Si vous connaissez bien les aventures de Canardo, ce canard privé à la mode américaine, vous comprendrez rapidement que tout ce qui est dit dans cet album ne peut qu’être pure invention de l’auteur… quoi que…
Impossible d’imaginer que la dureté de l’école de bande dessinée soit de cette nature… Inimaginable de voir des auteurs se battre en duel de coups de crayon… Impossible que le dopage puisse exister dans un milieu si noble, si humain…
Mais ce qui est fort amusant c’est de découvrir tout au long de cette histoire des références, des noms, des petits clins d’œil à ce monde de la bande dessinée, en particulier, bien sûr, à ceux qui ont participé à l’aventure Casterman, (A suivre), depuis que Benoît Sokal y est arrivé…
Pour revenir à l’histoire elle-même, nous dirons que par hasard Canardo va rencontrer Willy Bollemans, et que ce dernier fera appel au privé quand son fils Rudy, stagiaire à Saint-Luc, disparaîtra sans laisser de traces juste avant les fêtes de Noël…
Cette histoire permettra aussi à Benoît Sokal de parler des deux passions belges, certes la bande dessinée, mais aussi le cyclisme puisqu’il paraît que :
« Et alors… une photo d’Eddy Merckx… tous les gamins en ont une en Belgique… Ils en reçoivent avec les paquets de chips ! ».
Mais le plus surprenant, c’est de voir qu’il aurait pire que les bières ingurgitées par Canardo, une sorte de pot belge improbable… et qui ne doit sûrement pas exister…

Forums: Canardo (Une enquête de l'inspecteur), tome 15 : L'affaire belge

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Canardo (Une enquête de l'inspecteur), tome 15 : L'affaire belge".