Si le grain ne meurt de André Gide

Si le grain ne meurt de André Gide

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Pétoman, le 17 avril 2001 (Tournai, Inscrit le 12 mars 2001, 42 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 260ème position).
Visites : 3 202  (depuis Novembre 2007)

Gide d'esprit ?

" Si le grain ne meurt " est l'autobiographie d'André Gide qui va de sa naissance à la mort de sa mère.
C'est un livre qui caractérise le fondement des grands thèmes de Gide à savoir les relations de l'être avec des courants de pensée, ici le protestantisme de sa mère.
Quand on lit Gide avec un peu d'attention, on se rend compte des tourments qui l'animaient... sans doute chez lui l'écriture répondait à un mécanisme de sublimation (en gros faire passer ses pulsions sexuelles sur un mode intellectuel).
Gide a très tôt perdu son père, il avait une mère très religieuse... il n'a pas été à l'école, apprenant chez lui.
Ensuite il nous parle du Maroc, de son homosexualité, de sa pédophilie, de ses rencontres avec Oscar Wilde, Stéphane Mallarmé...
Voilà, c'est un joli livre à lire, surtout pour qui aime Gide.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une paille dans les aiguilles

8 étoiles

Critique de Astrid (Eaubonne, Inscrite le 28 août 2012, 52 ans) - 28 août 2012

Est ce bien utile d'écrire son autobiographie....?
Peut être. Gide en tout cas ici quitte le masque.
Maître de la perversion, c'est sans détours qu'il nous livre son histoire.
Celle d'un jeune homme en camisole spirituelle qui livre son combat.
Ni contre dieu, ni contre le diable, mais contre lui-même.
Se dire, se nommer, faire face au miroir c'est l'exercice de ce livre.
Comment a-t-il pu survivre à ces enchevêtrement de fausse moralité, de dogme, de puritanisme ?
Comment en tenant si fermement les évangiles arrive-t-il en cette fin du 19e siècle à s'affranchir de lui-même ?
Mieux vaut ici parler de mémoires. le terme "confessions" demanderait quelque pardon que nous ne pourrions pas accorder.
Récit au rythme et à la lumière d'une époque qui jettera Wilde dans une geôle...
Si le grain ne meurt ?
c'est sans doute quelquefois grâce à l'ivraie...

Gide témoin...

9 étoiles

Critique de Eniotna (Savenay, Inscrit le 27 juin 2004, 30 ans) - 27 juin 2004

J'ai été enthousiasmé par ce livre frais et d'une franchise sans complaisance envers soi-même.
Au-delà de l'oeuvre autobiographique, on peut aussi être sensible à la volonté de Gide d'écrire ce livre comme des mémoires. Certes, l'auteur va y relater les évènements qui auront marqués sa vie et son cheminement intellectuel (avec une concision que je trouve parfois un peu dommage), mais je trouve qu'à travers ce parcours se profile peu à peu un Gide-carrefour, une sorte de plaque tournante qui touche un peu à tout. Ainsi, l'on découvre l'esquisse des différents mouvements littéraires de l'époque tandis que la forte personnalité de Gide se détache peu à peu.
Et c'est ce qui fait une partie de l'originalité et de l'intérêt de ce formidable auteur: avoir su toucher à tous les courants de pensée de son temps comme il a su toucher à tous les genres, en ne les envisageant pas comme un but à atteindre mais plutôt comme un tremplin lui permettant de trouver sa propre personnalité, sa propre écriture.

Forums: Si le grain ne meurt

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Si le grain ne meurt".