Garçons de cristal de Bai Xianyong

Garçons de cristal de Bai Xianyong
( Nie zi)

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par Aaro-Benjamin G., le 16 avril 2005 (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 51 ans)
La note : 2 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (43 772ème position).
Visites : 3 151  (depuis Novembre 2007)

Le royaume de la nuit noire

Les garçons de cristal, ce sont des adolescents qui vivent dans un parc municipal de Taipei, abandonnés ou rejetés par leurs familles et forcés d’entretenir des liaisons perverses avec les hommes de la ville ou les touristes japonais. Bien que le fond de la chose traite de la prostitution homosexuelle, le récit n’est jamais explicite, un peu comme cette pudeur qui entoure le mythe des geishas.

Traduit du chinois, le texte est lourd et d’autant plus dense par l’exploration méticuleuse des nombreux personnages de cette faune bigarrée. Tout comme ces papas-gâteau et ces jeunes désespérés, le lecteur erre sans but, voyeur de ces personnages en mal d’amour dans une mise en scène désordonnée. À la longue, on se lasse et la gravité du drame ne nous atteint plus. Dommage.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Intéressant... mais beaucoup trop long

6 étoiles

Critique de Mimi62 (Plaisance-du-Touch (31), Inscrit le 20 décembre 2013, 67 ans) - 23 juin 2020

Le roman chinois a ses propres caractéristiques, déroutantes pour nos habitudes littéraires. Le traducteur a visiblement veillé à l'adapter au mieux aux lecteurs français mais il ne pouvait tout gommer sans trahir l'original.
Il se situe dans les années 60.
Le contenu s'avère intéressant mais, alors qu'il concerne des vies difficiles, des personnes en souffrance, cela est décrit froidement sans réussir à créer l'empathie du lecteur. On assiste à une succession de scènes dont il est parfois bien difficile de comprendre l'enchaînement avec le paragraphe précédent, en raison des noms auxquels nous ne sommes guère habitués et qu'il est difficile d'assimiler (Sauf celui des garçons qui ont pour la plupart leur traduction "fleurie") mais aussi, et surtout, parce que l'on passe d'un moment à un autre, sans aucune transition. Il devient alors difficile de suivre le déroulement de ces vies.

Par ailleurs, l'auteur garde parfois des noms de situations, d'objets, de lieux, sans fournir aucune explication ce qui fait que l'on ne sait pas de quoi il parle et ajoute à la confusion.
Les situations se répètent et évoluent très très lentement alors que l'unité de temps est réduite (9 mois), n'apportant rien au fond de l'histoire.

Les attitudes et les propos de ces jeunes sont déroutants également : bien souvent, on a plutôt l'impression d'assister à des scènes et des dialogues évoquant davantage l'enfance que le grand ado alors qu'à d'autres passages on assiste à des comportements de jeunes adultes. Certes le monde dans lequel ils évoluent n'est pas très cohérent mais les incohérences du récit sont autant de heurts dans la lecture. Il faut constamment chercher à comprendre ce qui unit les faits, pourquoi d'un seul coup on passe d'un lieu à un autre en changeant de personnages.
Tout cela manque d'énergie et ressemble bien souvent à un descriptif de situations que l'on dirait narré par une voix robotique.
Certains parlent d'une évocation poétique... je ne l'ai franchement pas trouvée à moins que la traduction fleurie des noms chinois suffisent à cette impression.

Déjà soumises à l'incertitude du lendemain, ces vies se déroulent bien souvent dans la crasse profonde : reflet d'une Chine défavorisée ou d'une société où la saleté est omniprésente même dans les couches sociales plus élevées ? Est-ce alors à un degré moindre et cette crasse est une spécificité de cette couche sociale très défavorisée ? L'omniprésence de cette saleté, y compris dans la rue laisse à s'interroger.

J'ai fait des efforts pour avancer dans ce livre mais j'ai lu en travers une cinquantaine de pages après le milieu du livre, puis j'en ai sauté carrément environ 150, les quelques phrases piochées au hasard ne faisaient que dire de nouveau ce que j'avais lu avec d'infimes nuances. 476 pages là où 300 auraient donné un roman accrocheur.


En conclusion, un sujet intéressant, un traducteur qui a fait des efforts pour rendre ce livre accessible mais à la lecture difficile, fatigante, frustrante en raison du manque de liaison et de fluidité, de répétitions, de vocabulaire spécifique non expliqué, d'incohérences dans les comportements.

Note difficile à attribuer.
4 voire 4.5 pour le sujet et l'entrée dans cette société et ce milieu, pour l'approche de ces jeunes soumis à eux-mêmes, sachant que cette situation évoque celles d'autres pays mais 2.5 pour l'écriture pas assez liée. A sa décharge, cette écriture est assez spécifique de la littérature chinoise. Dans ce roman, elle est même particulièrement adaptée à nos habitudes mais son origine reste présente... ce qui, au final, peut être un compliment.

un livre toute en nuance

9 étoiles

Critique de Queenie (, Inscrite le 14 mars 2006, 40 ans) - 9 juin 2006

J'ai trouvé ce roman très beau. C'est sûr j'ai eu un peu de mal aux premières pages, un peu perdue parmi tous ces personnages et ces histoires, mais il m'a suffi de laisser faire et venir les choses pour être rapidement plongée dans cet univers.

L'écriture de Bai (qui est parfois vraiment très belle), comme souvent chez les auteurs d'origine asiatique, est toute en nuance, en non dit, en métaphores. Ainsi ne vous attendez pas à lire un roman sulfureux ou glauquissime.

Ce roman est un peu construit comme un témoignage, ou plutôt un documentaire, où le lecteur/caméra suit Aqing à travers les rues de Taipei.

Forums: Garçons de cristal

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Garçons de cristal".