Des nouvelles de la maison bleue de Hella Serafia Haasse

Des nouvelles de la maison bleue de Hella Serafia Haasse
( Berichten van het blauwe huis)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Sirocco, le 31 juillet 2000 (Lillois, Inscrite le 12 septembre 2000, 45 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (35 762ème position).
Visites : 3 082  (depuis Novembre 2007)

Un livre empreint de nostalgie

Je trouve que le point de vue des éditeurs (au verso du livre) donne très bien le ton du livre.
C’est pour cela qu'il m’est difficile d’ajouter quelque chose. J'aime beaucoup la façon dont l'auteur parle de ses personnages. Leur caractère et leur physique sont détaillés de façon habile mais j’ai pu cependant les voir avec mon imagination. On a tous une maison bleue, un lieu empreint de notre passé, où, lorsqu'on retourne, le temps s'arrête un peu et nous permet de prendre du recul pour un nouveau départ.
Il faut avouer que j’aime les histoires où il ne se passe pas vraiment grand-chose, où les destins s’entremêlent et dans lesquelles on parle seulement de relations humaines.
J’aime les états d'âme des personnages de l’histoire, leur façon de se poser des questions sur le déroulement de leur vie, de faire le point. J’aime leur différence. J’aime aussi cette ambiance de village où tout le monde veut tout savoir, la façon dont les deux sÏurs sont perçues par les villageois, la curiosité qu’elles suscitent, la place qu'elles prennent dans la vie des autres. C’est tellement réaliste. Il y a tellement de gens qui vivent leur vie par procuration ! Ce livre est un doux mélange de réalisme et de poésie.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Des nouvelles de la maison bleue [Texte imprimé], roman Hella S. Haasse trad. du néerlandais par Annie Kroon
    de Haasse, Hella Serafia Kroon, Annie (Traducteur)
    Actes Sud / Lettres néerlandaises.
    ISBN : 9782742727315 ; EUR 15,30 ; 02/06/2000 ; 184 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le passé à jamais disparu

9 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 45 ans) - 16 octobre 2005

Chaque récit de Hella Haasse décrit par le détail tant la personnalité, le physique, que les pensées intérieures de ses personnages. L'auteur n'est pas avare de détails et s'y connaît en création d'atmosphères. C'est le cas, une fois encore, avec cette maison bleue, habitée par un couple sobre et respecté, puis désertée, vouée à diverses occupations, avant d'être à nouveau envahie par les filles du tout premier couple, gamines qui ont grandi ici avant de retourner en Argentine à la mort de leur père. Les retrouvailles entre une maison et ses premières occupantes, entre des souvenirs enfouis et d'autres qui ne resurgiront jamais, entre une époque et une autre... de quoi s'apercevoir qu'il peut être impossible de retrouver les saveurs de l'enfance, quands bien même celles-ci étaient délicieuses. La mémoire peut jouer de drôles de tours et enjoliver la réalité. Quelques personnages complètent le tableau, des voisins ayant acheté un morceau du parc jadis flamboyant, êtres étranges, désabusés, solitaires intérieurs qui imaginent que le retour des soeurs Lunius va leur apporter à chacun ce que la vie leur a pris: le rêve et le sourire. Ce sera une erreur...

Hella Haasse a opté pour un mode narratif en deux temps: d'une part, des gens anonymes, représentants du quartier sans que l'on sache jamais qui ils sont, qui racontent leur version de l'histoire, le départ puis le retour des soeurs, la disparition d'une des voisines, l'arrivée d'un ancien terroriste, le chagrin de Nina et la distance de Felicia.
Puis le récit lui-même, avec dialogues et monologues, le parcours de ces ceux argentines-hollandaises revenues sur leurs traces. Deux voix qui se mêlent, un peu à la manière d'une enquête policière. Ce qui met d'ailleurs le lecteur en déroute. Hella Haasse joue astucieusement avec la disparition de Wanda Meening, être fantasque et agaçant, pour faire croire qu'en fin de parcours, la clé de l'énigme sera livrée. Il n'en sera rien, c'est autre chose qui nous est proposé, une fin plus curelle encore, liée à la disparition des apparences et l'importance des leurres. Un espoir trahi, dont il faut rapidement tourner la page, parce que la vie continue. Toujours.

C'est grave docteur ?

5 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 54 ans) - 27 janvier 2005

Ca fait cinq mois que je n'ai plus lu de roman. Evidemment pendant mon pèlerinage c'était normal, mais là ça fait un mois que je suis revenu et pas moyen de me plonger dans un roman. Même le grand Kundera, avec L'ignorance (que j'ai quand même terminé) n'est pas parvenu à capter mon attention !

Ce livre de la grande écrivaine hollandaise traînait dans ma bibliothèque depuis des lustres, en fait depuis les temps héroïques du début de critiqueslibres, à l’époque ou on accumulait des points à chaque critique et on finissait par recevoir un livre en échange de ces points. C’était aussi l'époque ou on recevait des tee-shirts avec le logo critiqueslibres, pour terminer cette paranthèse.

Enfin bref je me suis décidé à lire ce fameux roman, et comme j'ai passé pas mal de temps dans la salle d'attente de mon médecin (les séquelles de mon pèlerinage), j'en suis venu à bout. Après tout ce blabla il me faut bien parler du livre, même si c’est dur de parler d’un livre quand on est passé à côté. Heureusement vous avez la critique de Sirroco qui exprime très bien les choses. Je ne l'avais pas vue avant de faire la mienne, sinon je me serai épargné la peine de faire un résumé du livre.

Mais venons en au fait : il s'agit de Wenda Manning qui a disparue. Cette femme entre deux âges vivait dans l'ombre de son mari, se sentait prisonnière de son mariage, elle me semblait en outre un peu névrosée. Mais Wenda n’est qu’une anecdote, les vrais héros de ce livre ce sont la maison bleue et ses habitants. La maison bleue c’est le centre du monde pour les habitants d’un petit quartier huppé de Rotterdam, une maison autour de laquelle tournent plusieurs femmes malmenées par le vie, prisonnières de leur passé.

Tout ça ne m’a pas passionné. En fait c'est le deuxième roman de cette grande écrivaine que je lis, et malgré ma sympathie pour elle force est de constater que je n'accroche pas ni à son style ni à ses histoires.

Forums: Des nouvelles de la maison bleue

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Des nouvelles de la maison bleue".