Le voyage d'Eladio de Hubert Mingarelli

Le voyage d'Eladio de Hubert Mingarelli

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Tistou, le 21 mars 2005 (Inscrit le 10 mai 2004, 63 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (41 700ème position).
Visites : 2 224  (depuis Novembre 2007)

A pied le voyage.

Pour une fois qu'on peut laisser un auteur présenter son oeuvre ! En Octobre 2004, H. MINGARELLI déclarait ceci à C.L. :
"-Et ce livre, qui est fini, qui va sortir, vous l’avez fini depuis combien de temps ?
-(HM) Il y a un an à peu près.
-Vous pouvez en parlez un petit peu ou … ?
-(HM)Ca s’appelle « le voyage d’Eladio ». C’est l’histoire d’Eladio, Eladio c’est un prénom. Ca se passe dans un pays imaginaire, plutôt en Amérique du Sud, un pays en rébellion. C’est un groupe d’hommes en rébellion contre le gouvernement. Ils sont une dizaine, ils rentrent dans une grande maison de maître, non pas pour tout voler, mais pour voler une paire de bottes parce que le chef des rebelles a des chaussures pourries. C’est tout ce qu’ils volent. Ce sont des bons gars au fond, sauf que le vieux monsieur qui s’occupe de cette maison, qui habite derrière, s’aperçoit qu’ils ont volé les bottes de son patron, pour lequel il a beaucoup d’affection …
Ca se passe en quatre pages tout ce que je vous ai dit là, et tout le livre, c’est le vieux qui décide de partir à leur recherche, de marcher derrière eux, pour ramener les bottes.
-C’est à dire que le livre ne se déroule pas sur un laps de temps très court, comme les dernières choses qu’on connait de vous ?
-(HM)Non, celui ci se déroule sur trois jours et trois nuits. Ce qui est beaucoup pour moi."
Trois jours et trois nuits, ce qui est beaucoup pour moi, dit H. MINGARELLI. Autant dire qu'on n'est pas dépaysé dans ce nouveau MINGARELLI. L'action, ou le pourquoi de l'action, une fois posée dans les premières pages, on ne s'intéressera plus qu'à Eladio. Les autres n'apparaîtront que via le filtre des pensées, doutes, interrogations d'Eladio.
Ce qui est bien avec H. MINGARELLI, c'est qu'un procédé qui pourrait s'avérer ch... marche en fait comme un polar dans la mesure où cette introspection en continue est faite à hauteur d'Eladio, homme simple, aux pensées simples. Et H. MINGARELLI nous fait resurgir des sentiments/situations enfouis en nous par la seule évocation de mots et de pensées simples. Comme une lente régurgitation de mots ingérés dans la vis d'avant. La vie d'avant écrire.
Loin de l'esbrouffe, du carnaval médiatique ou des thèmes obligés pour apparaître dans le Top ten des meilleures ventes, il y a ce "Voyage d'Eladio". Un petit bonheur à se mettre dans la tête.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le voyage d'Eladio [Texte imprimé], roman Hubert Mingarelli
    de Mingarelli, Hubert
    Seuil / CADRE ROUGE
    ISBN : 9782020663847 ; EUR 16,00 ; 04/03/2005 ; 178 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un peu déçue par ce dernier Mingarelli

5 étoiles

Critique de Laure256 (, Inscrite le 23 mai 2004, 47 ans) - 22 février 2006

Quelque part dans un village d'Amérique Centrale, un groupe de guérilleros pénètre dans une maison et vole une paire de bottes, lesquelles appartiennent au propriétaire José Alvaro Cruz, fonctionnaire au cadastre. C'en est trop pour Eladio, le vieux domestique qui les surprend. Lorsqu'il se remet du vilain coup qu'ils lui ont donné sur la tête, il décide de partir sur leurs traces et de récupérer coûte que coûte ces bottes. Il y a quelque chose d'absurde dans cette histoire, cette abnégation du vieux serviteur à rejoindre les montagnes. Plus que les bottes à récupérer, c'est d'abord une question d'honneur et d'orgueil : se prouver qu'il est encore capable de quelque chose. Mais la route est longue et les montagnes bien loin, Eladio n'a rien à boire ni à manger, il est fatigué.
Habituellement assez admirative de l'écriture poétique et des histoires hors du temps de Mingarelli, je suis cette fois un peu plus réservée. Ce livre m'a rappelé par bien des aspects un de ses précédents : la beauté des loutres, pour ce voyage quasi inutile mais l'acharnement des voyageurs, par la volonté d'aller au bout d'eux-mêmes et de surmonter les éléments naturels.
Dans ce voyage d'Eladio, j'ai la fâcheuse impression de tourner en rond : Eladio a faim, Eladio a soif, Eladio est fatigué, et ainsi de suite en boucle. Et l'objectif est vain. Un peu d'ennui dans cette lecture. Je déconseillerais de commencer par celui-ci à qui voudrait découvrir Hubert Mingarelli.

Forums: Le voyage d'Eladio

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le voyage d'Eladio".