Docteur, puis-je vous voir... avant six mois ?
de Nicole de Buron

critiqué par Agnes, le 26 janvier 2005
(Marbaix-la-Tour - 54 ans)


La note:  étoiles
Un bon moment de détente, frais et tonique mais trop condescendant à mon goût
Une prise électrique débranchée par la femme de ménage, une chute dans les escaliers et voilà Nicole de Buron aux prises avec les médecins et autres centres hospitaliers.

Le livre raconte son périple qui durera plus de deux ans, entre radiographies douteuses aux urgences de l'hôpital le plus proche de la Micoulette, résidence secondaire, lieu de travail privilégié de l'auteur et théâtre de sa chute et opérations dans les meilleurs hôpitaux de Paris, par les plus grands spécialistes en la matière.

Connaissant Nicole de Buron, son humour habituellement caustique et son franc parler, je m'attendais à un livre beaucoup plus égratignant.

Même si l'image des soins de santé en France n'est pas complaisante, je me suis dit plus d'une fois : heureusement qu'elle s'appelle Nicole de Buron, qu'elle est connue et qu'elle ne manque pas de moyens, finalement grâce à son argent et ses relations elle s'en sort bien. Que serait-elle devenue si elle avait été n'importe quel quidam ?

Il est effarant de constater à quel point les médecins ne travaillent plus que par copinage, relations, leurs carnets de rendez-vous perpétuellement overbookés, si en plus, les pauvres, eux-même sont malades, les patients n'ont plus qu'à patienter... le terme n'a jamais été si bien choisi !

Un livre léger, sans prétention, mais pas de crise de fou rire assurée
ennuyeux, vaniteux, laborieux, 1 étoiles

J'ai trouvé le titre intéressant et amusant mais seul le titre est amusant. Le reste est ennuyeux, vaniteux, laborieux, snobinard, creux il n'y a rien sauf le désir de paraître et de parler de soi. Quand on n'a pas de talent pour créer une oeuvre on parle de sa petite vie: ses caprices, de son mari aux grosses berlines, de son psy très complaisant, ses femmes de ménage portugaises, les slips "docteur" en dentelle de Chantilly qu'elle met quand elle va en voir un et, contrairement au titre, l'auteur de cette bluette, parce qu'elle a une certaine célébrité dans les médias, a des rendez-vous en 24 heures contrairement à nous qui devons patienter des mois. De quoi se plaint-elle? De temps en temps, pour montrer qu'elle a de la culture, elle met des notes en bas de page comme un thésard qui source son exposé. Ainsi quand elle parle du serment d'Hippocrate on a droit à une note le concernant ce qui veut dire qu'elle écrit pour des incultes car quelqu'un qui aurait un semblant de culture sait grosso modo qui était Hippocrate et n'a que faire de cette note. J'ai honte d'avoir perdu du temps à cette lecture vite abandonnée.

Photini Mitrou - - 73 ans - 6 août 2019


Distrayant! 10 étoiles

Le vouvoiement nous renvoie à notre propre condition et nous permet de nous identifier à la protagoniste. Toutes les choses qu'elle expérimente et partage avec nous sont racontées de façon drôle et sans prise de tête. Un constat, une solution! C'est distrayant, c'est amusant et ça nous fait quand même réfléchir. Un roman extrêmement agréable pour qui veut lire du léger et de l'intelligent!

MEloVi - - 34 ans - 17 octobre 2011


l'art de faire marcher ses connaissances ! 5 étoiles

Pas si drôle que ça finalement !
Nicole de Buron est encore une fois très ironique et critique envers le milieu médical .
Cependant , n'est-ce pas là l'image de la médecine à deux vitesse qui menace la France dans un proche avenir ?
Somme toute , elle tire profit de sa richesse et de sa renommée afin de bénéficier des meilleurs soins , en des temps record !
C'est donc critiquer pour critiquer !
L'écriture reste plaisante...

Lecktése - - 46 ans - 10 mai 2006


Super 10 étoiles

Un livre trop drôle et qui raconte ses jours dans sa vie.

Si on a envie de se détendre et de s'amuser, c'est ce livre qu'il vous faut.

Sandra12 - Genève - 34 ans - 12 avril 2006


A lire pour se distraire 7 étoiles

Un livre amusant rempli d’humour qui donne envie de tourner les pages les unes après les autres. On rigole beaucoup mais aussi beaucoup de tendresse. Les situations cocasses de cette pauvre Mme de Buron font de son livre un petit bijou !

Lolita - Bormes les mimosas - 33 ans - 23 novembre 2005