Ciel bleu : Une enfance dans le Haut Altaï
de Galsan Tschinag

critiqué par Léonce_laplanche, le 20 décembre 2004
(Périgueux - 83 ans)


La note:  étoiles
Un enfant, un chien, des moutons et quelques chevaux...
L'auteur est né en 1944 au sein d'une famille de petits éleveurs nomades Touvas, en Mongolie occidentale. Après avoir réussi son bac, ce qui est assez exceptionnel dans un monde d’illettrés, il quitte son pays pour faire des études de linguistique à Leipzig en R.D.A ( pays communiste comme la Mongolie assujettie par l'Union Soviétique).
"Ciel bleu » est son premier ouvrage, ouvrage remarqué et primé.
Tschinag raconte sa petite enfance jusqu'à l'âge de 6 -7 ans, sa vie quotidienne ainsi que celle de sa famille et de sa grand-mère adoptée, ses relations privilégiées avec son chien Arsylang. Beaucoup de courage et beaucoup de sagesse sont nécessaires dans des conditions de vie aussi difficiles.
Ce livre est particulièrement bien écrit et traduit, il est d'une fraîcheur absolue ! Un chant d'amour que l'auteur adresse à son pays et à son peuple.
Un de mes coups de cœur 2004, un texte qui réconcilie avec le genre humain, et qui rappelle une fois de plus qu’un écrivain doit essentiellement avoir quelque chose à dire.
Pur comme le ciel de l'Altaï 9 étoiles

Un coup de coeur pour sûr, l'histoire de ce petit Mongol illettré qui vit dans une tribu nomade aux confins de l'Altaï et qui a la chance de voir ses parents contraints à la sédentarisation et à l'alphabétisation de leurs enfants par le nouveau pouvoir en place. Mais, revers de la médaille c'est à la destruction d'une civilisation et d'une culture qu'assiste le jeune Touva avant de poursuivre ses études dans un pays amis de la dictature en place.

Ce livre est pur comme le ciel de son titre et d'une fraîcheur remarquable. Il dépeint la vie très rude des Touvas comme un oasis de paix, de calme et de quiétude jusqu'au jour où les forces du progrès investissent cet espace de liberté sous prétexte d'éducation.

Débézed - Besançon - 72 ans - 17 mars 2008