Le Train de 16h50 de Agatha Christie

Le Train de 16h50 de Agatha Christie
(4:50 from Paddington )

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Fascagat, le 9 décembre 2004 (Toulouse, Inscrite le 27 juin 2004, 35 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 873ème position).
Visites : 4 091  (depuis Novembre 2007)

Ce n'est pas un bis du crime de l'orient express

Roulant dans la même direction et presque à vitesse égale, les deux trains semblaient disputer un match. Mrs McGillicuddy, pour se distraire, regardait les occupants qui s'offraient à sa vue, mais ce qu'elle vit lui arracha un cri. Debout le dos tourné, un homme serrait la gorge d'une femme : il l'étranglait. Le hasard voulu que le 16H50 ralentît et que le train parallèle le dépasse, disparaissant ainsi dans la nuit.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Encore un bon moment

9 étoiles

Critique de Clacla44 (, Inscrite le 4 mars 2011, 29 ans) - 19 mars 2012

Je vais sûrement me répéter mais quand je lis un livre d'Agatha Christie, je ne suis jamais déçue. Celui-ci confirme la règle. L'écriture fluide nous entraine dans une enquête singulière; le suspense nous tient jusqu'au bout et encore une fois, je n'ai pas trouvé qui était le meurtrier!
Bonne lecture.

tortueux tortillard

10 étoiles

Critique de Patman (, Inscrit(e) le 5 septembre 2001, 55 ans) - 28 février 2012

Un de mes préférés chez la grande Agatha. Publié en 1957, un des derniers donc, ce n'est pas le plus connu, mais il a été remis à l'honneur indirectemment en 2008 par Pascal Thomas qui l'a adapté très librement au cinéma (avec André Dussolier et Catherine Frot). Je l'ai vu aussi dans 3 autres versions par le passé, un film hollywoodien des années 60 (Murder she says), une adaptation dans le feuilleton britanique Miss Marple dans les années 80, et plus proche de nous, dans une version téléfilm anglaise... chaque fois avec des petites modifications de scénario, même si au final, l'assassin c'est.... (#@§µ$¤!!!!!!!!!!)

En voiture !

8 étoiles

Critique de Incertitudes (, Inscrit le 4 décembre 2008, 33 ans) - 1 août 2011

Le train de 16h50 est un des tout premiers Agatha Christie que j'ai lu avec Cinq heures vingt-cinq, deux titres comportant un horaire qui joueront d'ailleurs un rôle clé dans l'exécution du meurtre. Ayant retrouvé ce livre par hasard, dans une armoire, croyant l'avoir perdu depuis longtemps, je me suis replongé dedans. Première constatation à faire, cette enquête met en scène Miss Marple que j'ai toujours moyennement apprécié, sans trop savoir pourquoi, contrairement à son homologue belge aux belles moustaches. Reste que Miss Marple a tout de même le bon goût d'être en retrait et de laisser le soin à l'inspecteur Craddock de Scotland Yard et à la gouvernante Lucy Eyelessbarrow de mener l'enquête, en gros d'être ses "yeux". Une enquête qui les emmèneront élucider une histoire de femme étranglée dans un train puis cachée dans le sarcophage d'un château "Rutherford Hall" tenu par le vieil avare Luther Crackenthorpe qui par son caractère difficile sera le personnage comique du livre.
Dès son arrivée Lucy fera forte impression puis-qu’outre la découverte du cadavre, elle recevra des demandes en mariage de toute part et même du vieux Crackenthorpe à 72 ans !
Une affaire qui se laisse lire tranquillement à l'heure du thé.

Pas mal du tout...

8 étoiles

Critique de Shelton (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 61 ans) - 12 décembre 2010

Agatha Christie a beaucoup utilisé les trains dans ses histoires policières, nous le savons bien : Le crime de l’Orient express en est l’illustration la plus réussie et ce roman permet de comprendre comment l’illustre reine du policier enfermait ses personnages dans un huis-clos étonnant… Mais, le train ne lui donnait pas seulement prétexte à enfermement de criminel et victime. Parfois, ces engins respectant des horaires très précis faisaient naître des alibis en béton armé dont l’enquêteur devait bien tenir compte : il ne pouvait pas être sur les lieux du crime puisqu’il était dans le train !

Aussi, quand le lecteur prend en main un roman portant le nom de « Le train de 16h50 », il se dit qu’il va relire un ouvrage comme « Le train Bleu » ! Mais ce n’est pas le cas du tout car le train ici à une autre fonction : provoquer un témoignage de crime ! En effet, la pauvre Mrs McGillicuddy qui voyageait paisiblement voit par la fenêtre un express passer, voit un compartiment et … « debout et le dos tourné, un homme serrait la gorge d’une femme et, lentement, impitoyablement, il l’étranglait. »

C’est rare dans un roman policier d’avoir un témoin, n’ayant aucune relation avec les protagonistes de l’histoire, ayant pu tout voir ! Je dis bien tout ! Mais pour que le lecteur de la critique soit rassuré, je tiens à préciser que lorsque la pauvre dame âgée voudra témoigner personne ne la croira puisque aucun cadavre n’a été retrouvé dans le train ni nulle part ailleurs !

Heureusement, Mrs McGillicuddy a une vieille amie qui la croit… une certaine Mrs Marple ! Si vous connaissez cette dernière, vous savez qu’elle va tout mettre en œuvre pour sauver l’honneur de son amie. Ce n’est pas une folle ! Si meurtre il y a eu, alors il doit y avoir un cadavre, un coupable, des explications et des mobiles… En avant !

J’ai beaucoup apprécié ce roman qui commence très fort puis s’installe dans une ambiance paisible de province britannique. On est à la campagne, dans une famille où les rapports humains sont pour le moins tendus et où l’argent d’un proche héritage augmente les tensions…

Pour une fois Mrs Marple a quitté son beau et surprenant village de St Mary Mead mais, elle ne sombre pas pour autant dans un activisme effréné car elle s’est adjoint les services d’une jeune femme qui va pénétrer la demeure observée. L’employée deviendra oreilles, nez, mains de la vieille enquêtrice…

Enfin, dernière remarque sur ce roman plutôt bien agréable à lire, les poisons seront bien présents, ravageurs mêmes…

un très bon moment

8 étoiles

Critique de Faniry (Genève, Inscrit le 5 février 2005, 45 ans) - 22 février 2006

Ce livre est vraiment très passionnant, je l'ai lu avec beaucoup d'intérêt, c'est bien écrit et on se plonge assez vite dans l'intrigue, les faits: une vieille dame est témoin d'un étranglement lors de son voyage en train, l'histoire est très bien arrangée, héritage, empoisonnement, meurtre, et le dénouement final est plein de rebondissements, les personnages: Miss Marple, la famille Crackenthorpe, Lucy Eyelsbarrow, le commissaire de Scotland Yard et un certain Dr. Qymper sont tous très intéressants. Je me suis bien amusé pendant toute la lecture à essayer de trouver le coupable, hypothèse sur hypothèse et comme d'habitude Agatha Christie a le don de tenir le suspense jusqu'à la dernière page.

Ce n'est pas le plus connu d'Agatha Christie, mais je pense qu'il vaut la peine d'être lu.

Forums: Le Train de 16h50

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Train de 16h50".