La mort est mon métier de Robert Merle

La mort est mon métier de Robert Merle

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Leura, le 17 mars 2001 (--, Inscrit le 29 janvier 2001, 66 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 49 avis)
Cote pondérée : 9 étoiles (16ème position).
Visites : 27 096  (depuis Novembre 2007)

Une étude clinique

Sous forme d'une autobiographie imaginaire, Robert Merle nous raconte la vie du commandant d'un camp de concentration nazi, depuis sa naissance jusqu'à son exécution comme criminel de guerre.
Avec une précision clinique, il démontre comment un homme tout à fait ordinaire peut basculer dans l'abjection la plus totale, poussé par les circonstances.
Il n'a aucune compassion pour son personnage, mais plutôt un curieux sentiment de détachement qui domine l'oeuvre.
Un livre qui date un peu , mais à redécouvrir.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La Mort est mon métier [Texte imprimé] Robert Merle
    de Merle, Robert
    Gallimard / Collection Folio
    ISBN : 9782070367894 ; EUR 7,30 ; 26/04/1976 ; 369 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Opalescente (2)

7 étoiles

Critique de Pierrot (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 65 ans) - 29 octobre 2017

... ou comment un allemand modeste qui rêvait de s'établir dans une ferme avec sa famille pour y élever des chevaux se retrouve à organiser un camp d'extermination.

Certes Höß/Lang n'est pas un homme tout à fait ordinaire et il a vécu dans une époque calamiteuse où l'Allemagne humiliée peinait à se relever de sa défaite, certes son père autoritaire et religieux extrémiste aura laissé une empreinte indélébile sur l'esprit du jeune homme, certes Lang aura toujours eu un besoin absolu d'ordre et l'armée lui offrait une "famille" dont jamais il n'aurait remis l'autorité du père/chef en question... Mais cela explique-t-il l'horreur?

On ressort de ce livre avec une multitude de questions dont la plus dérangeante pourrait être sommes-nous tous des monstres en sommeil qu'une période difficile suffirait à réveiller?

Ce livre est un témoignage incroyable et courageux que je recommande à tous.

Rien à ajouter.


Auschwitz, l'insoutenable

10 étoiles

Critique de Bebern (, Inscrite le 20 juin 2016, 58 ans) - 8 avril 2017

Difficile de dire cela à propos d'un tel sujet, mais ce roman est passionnant : basé sur un personnage authentique, à savoir le commandant du camp d'extermination d'Auschwitz, Robert Merle déroule l'histoire implacable d'un "héros" de l'Allemagne nazie.
De son enfance très "spéciale", Robert Lang gardera toute sa vie le sens du "devoir". S'ensuivent alors toutes sortes d'aventures qui le conduiront à mettre en œuvre l'éradication des juifs.

administratif avant tout

10 étoiles

Critique de Klod (, Inscrit le 5 février 2017, 51 ans) - 6 février 2017

J'ai lu "la mort est mon métier" très jeune, puis je l'ai relu périodiquement à plusieurs reprises, découvrant à chaque fois d'autres choses dans ce roman qui décrit malheureusement la vie d'un être très humain finalement.
On retrouve dans de nombreuses administrations ces agents qui obéissent aux ordres , ne connaissent que le règlement et comptent sur les chefs pour assumer. Le héros de Robert Merle possède toutes les qualités d'un bon allemand, ou français, de l'époque : il est courageux, travailleur, patriote, dévoué et intelligent. Mais il est aussi très discipliné et place la hiérarchie au-dessus de tout. Durant son enfance il agit en héros et à la fin de la première guerre mondiale se retrouve sur le carreau. Il est exploité comme militant puis fermier et finit comme chef d'un camp d'extermination, juste par ce qu'il était capable de le faire, mais sans l'avoir vraiment voulu.
Est-il une victime ? Certainement pas, mais son statut est ambigu à la fin du livre et c'est toute la force de Robert Merle de nous faire un peu aimer un tel personnage alors qu'il est évidemment détestable.
Un des meilleurs livres que j'aie lu, que je relis périodiquement ce qui est le signe du chef d'œuvre.

Qu'importe l'uniforme

7 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 57 ans) - 16 septembre 2015

Qu'importe l'uniforme.

Publié en en 1952, ce livre raconte la vie de Rudolph Hoss (Lang dans le texte). Le style est froid pour un être glacé.
Il était commandant des camps de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, le plus vaste complexe du système concentrationnaire nazi.
Je suis soldat dira-t-il, qu'importe l'uniforme, un soldat zélé, obéissant et sans état d'âme.
Lors de son arrestation, après la guerre, il maintiendra n'avoir été qu'un exécutant. Il se compare à un aviateur qui largue ses bombes sur une ville, se concentrant uniquement sur sa tâche.

L'amour du travail bien fait

6 étoiles

Critique de Fanou03 (*, Inscrit le 13 mars 2011, 42 ans) - 25 août 2015

Des romans que j’ai lu de Robert Merle, j’ai l’impression que ce qui le caractérise c’est d’utiliser la littérature comme un espace d’expérience sociale ou historique. Avec La mort est mon métier il pousse le concept le plus loin possible en essayant de se mettre à la place d’un responsable d’un camp d’extermination nazi.

Est-il possible vraiment de parvenir à éprouver de l’empathie pour ce genre de personnage ? C’est là tout le défi de Robert Merle : tenter d’expliquer, sans justifier, les mécanismes qui peuvent amener un homme à mettre en place, sous les ordres de ses chefs, un véritable processus industriel de mort programmé. Dans une langue sobre, mais assez froide, comme pour faire écho au caractère glacial du narrateur, il nous livre l’esprit de ce bourreau, obsédé par la soumission aux ordres de ses chefs et à l’amour du travail bien fait.

La narration à la première personne est redoutablement efficace, et terrible, car elle pousse le lecteur, de fait, à faire corps et âme avec Rudolp Hoess, à partager les souffrances de sa vie mais aussi ses joies. Ainsi le pire passage du roman je pense est de devoir partager l’exaltation de Hoess et de ses collaborateurs au moment où ils réussissent à concevoir techniquement les « usines à tuer » de Auschwitz.

D’avoir pendant un temps mêlé mon regard à celui de Hoess, d’avoir même eu pour lui parfois des moments de compassion, je suis ressorti de ce roman relativement mal à l’aise. Robert Merle signe là une œuvre dérangeante, qui interroge sur les racines du mal.

Les racines du mal!

9 étoiles

Critique de Manu2793 (Voiron, Inscrit le 15 novembre 2010, 30 ans) - 30 juillet 2015

La solution finale!
Vous vous demandez comment des hommes ont put réaliser l'un des actes les plus ignobles de notre histoire. Ces hommes étaient-il juste fous? Comment ont-ils étaient éduqué? Qu'ont-ils vécu pendant et surtout après la première guerre pour perdre à ce point toute trace d'humanité. pour répondre à cette question ce roman nous livrera tous les détails de la vie Rodolf Hoess l'un des grands architectes de la mise en place des camps de concentration. Robert Merle signe là un chef d’œuvre. La vie de Rudolf nous est livrée en toute objectivité sans diabolisation.

La mission

7 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 52 ans) - 25 juin 2015

On ne plonge pas directement dans le vif du sujet et par le même fait dans le thème inscrit dans le titre. Cela n’arrive qu’aux deux-tiers du livre ; les épisodes précédents relatent l’adolescence et la jeunesse tourmentée du personnage principal sur fond du sentiment de revanche du peuple allemand et de la montée du national-socialisme. Ces années noires de l’Allemagne sont présentées comme beaucoup de jeunes allemands l’ont ressenti, soit une opportunité et la recherche de boucs émissaires après l’humiliation de la défaite en 1918.

Sans être trop didactique, l’auteur décrit assez justement la philosophie du corps SS auquel le personnage principal adhère, soit « Mon honneur, c’est ma fidélité », et le choix qui s’est porté sur lui pour être l’instrument de la solution finale.

Le personnage historique qu’a été R. Hoess est, d’après d’autres ouvrages, dont sa propre biographie, très bien décrite. Il s’agissait en effet d’un être vidé de toute humanité et obnubilé par le sens du devoir. A la fin du récit, l’officier américain lui demande s’il aurait été capable de tuer son propre fils s’il en avait reçu l’ordre, à ce quoi il élude la question sans pour autant rejeter cette possibilité.

Ayant récemment lu « Le choix de Sophie », j’estime qu’il n’y a pas photo, et que l’ouvrage de Merle est largement un cran en dessous tant sur le plan du style que de la construction du récit. J’ai aussi quelques difficultés avec des romans qui pour éviter des erreurs historiques donne à l’œuvre la qualité de roman alors qu’ici on est très proche de l’histoire ; l’auteur allant jusqu’à donner le nom d’emprunt que Hoess a lui-même porté lors de sa brève fuite avant son procès.

Tout de même un ouvrage de référence, sans être un grand roman.

Ca fait froid dans le dos

9 étoiles

Critique de Pierraf (Lyon, Inscrit le 14 août 2012, 60 ans) - 6 juillet 2014

Incroyable roman, d'autant plus étonnant qu'il a été écrit seulement 5 ans après la fin de la seconde guerre mondiale.
L'auteur dissèque avec précision et froideur le parcours de cet allemand depuis son enfance jusqu'à sa participation on ne peut plus active à la solution finale.
Il montre comment l'engrenage se met en place, basé sur l'honneur de la patrie, les frustrations liées à la première guerre mondiale, le respect scrupuleux du chef et des ordres, et l'absence totale d'humanité.
A lire absolument, pour comprendre comment cela a pu arriver et malheureusement que cela pourra se reproduire.
A noter que l'écriture est simple, claire et efficace, sans fioriture et tout à fait adaptée au sujet traité.

La mort industrialisée

10 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 42 ans) - 28 juin 2013

Comment appelle-t-on un homme qui fait du massacre en masse ? Un bourreau ? Un tyran ? Un "génocidaire" ? La réponse de Robert Merle donne son titre à l'ouvrage : il s'agit d'un homme dont "La mort est le métier". Sur la base des rapports de psychiatrie de Rudolf Hess et des rapports du procès de Nuremberg, Merle nous livre la vie, l'histoire et les pensées de Rudolf Hoss, commandant du camp d'extermination d' Auschwitz-Birkenau.
Au premier abord, on est pris de sympathie pour l'enfance du futur nazi, auprès d'un père chrétien intégriste qui le voue à la carrière religieuse et d'une mère et de sœurs transparentes. On suit avec soulagement son adolescence et son entrée dans le régiment des dragons. Puis l'on devient inquiet lorsque, las du chômage et de la misère qu'il connait lors de son retour en Allemagne, il sympathise avec un groupe politique qui commence à prendre de l'importance, le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (ou parti nazi). Car après un séjour en prison et une période de calme, Rudolf est ravi de déposer sa vie, son obéissance et son honneur aux pieds de ses supérieurs, eux qui ont une vue stratégique de l'ensemble des actions demandées à leurs subalternes, eux dont les décisions, quelles qu'elles soient, sont justes et eux qui, enfin, légitiment toutes les conséquences des actions qu'ils auront demandées. Y compris lorsqu’il s’agit de rendre opérationnel et de faire un modèle de rendement du futur camp d’extermination d’Auschwitz.

Robert Merle est un conteur, lui qui mêle dans ce livre, sur le même ton et avec la même précision clinique, des morceaux de vie de famille et d'horreur. Cet ouvrage fait partie des livres qui ne se lâchent pas, que l'on dévore, qui nous obsèdent tant qu'ils ne sont pas finis, et bien après encore. Merle ne nous épargne aucune image, ni la misère des camps, ni les fumées asphyxiantes de la graisse versée sur les corps pour brûler les os, ni les stratégies pour convaincre les juifs d'entrer en bon ordre dans les chambres à gaz. Parce qu'au final, le problème "de la solution finale", c'est l'optimisation du rendement des camps comme celui d'Auschwitz : ce n'est pas de tuer en masse qui est compliqué, mais de savoir quoi faire des corps de façon à tuer encore plus encore plus vite.
Et que tout ce qui est décrit est réel, a eu lieu, dans un passé dont des rescapés nous parlent encore.

Au final, je ne sais pas si je suis convaincue par la thèse de Merle sur la naissance d'un bourreau. Pour moi, l'énigme demeure sur le déroulement qui amène un homme, au choix : à tuer, à torturer ses semblables, à massacrer, à ignorer sa part d'humanité pour mieux nier celle de l'autre. Je ne peux pas croire que tous les nazis étaient des « fous ». Alors, comment se peut-il… ? Ce roman de Merle m'a marquée, en décrivant un parcours possible. Et s'il me laisse toujours aussi démunie face à la folie de certains hommes, il permet au moins d'informer et de faire se poser quelques bonnes questions.

Un grand roman très dérangeant...

10 étoiles

Critique de JEANLEBLEU (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 49 ans) - 18 avril 2013

La grande force de ce roman est de nous immerger dans la vie quotidienne (depuis l'enfance) de ce personnage qui a commis des crimes aussi abjects : le premier commandant du camp de concentration d'Auschwitz. Robert Merle nous force à regarder cette homme dans son quotidien et à voir sa part d'humanité derrière le crime contre cette même humanité. Cet homme avait une vie que l'on pourrait comparer à celle d'un directeur d'usine de nos jours (la différence majeure étant qu'il ne produisait pas des yaourts mais qu'il mettait en oeuvre la "solution finale";..) : un métier stressant, des résultats difficiles à atteindre avec une hiérarchie exigeante. Par ailleurs, cet homme avait une famille, des loisirs, des passions (les chevaux notamment).
Les leçons à tirer de ce livre sont :
Au premier degré qu'il faut conserver son libre arbitre et son jugement, même face à la pression d'une hiérarchie que l'on pense légitime.
Au second degré, que l'adhésion à tout extrémisme (religieux, politique ou nationaliste) est dangereux puisqu'il conduit à abolir justement tout sens critique.
Bien évidemment, il est "facile" de faire ce genre d'analyse quand on a le recul de l'histoire et que l'on est confortablement installé dans une existence sans grosse difficulté matérielle ou psychologique...

L’industrie productiviste au service de la mort

9 étoiles

Critique de Salocin (, Inscrit le 12 décembre 2012, 36 ans) - 10 avril 2013

Beaucoup de choses fort justes et intéressantes ont déjà été dites ici même sur ce forum. Je reste moi aussi marqué par l’horreur de cette terrifiante entreprise scientifique de destruction de l’homme par l’homme.

Terrifiante car Höss cherche toujours à améliorer ses capacités, non de pas de production mais de destruction. La seule chose qui l’effraie est de ne pas pouvoir supporter le rythme des arrivages et des gazages. Alors, il rationalise et innove toujours plus pour tuer en plus grand nombre, dans le respect catégorique des objectifs fixés par Himmler.

L’industrie est là au service de l’anéantissement de l’homme, ce qui rend cette idée et son exécution d’une froideur terrifiante mais aussi d’une absurdité totale : tout est calculé, pensé, amélioré pour anéantir l’homme, qui, et si l’on se place seulement d’un point de vue économique (perspective toute aussi terrifiante en l’occurrence) est l’outil de production sans lequel l’industrie n’est rien.

Robert Merle produit là un livre glaçant. C’est une période encore proche et donc bien connue de tous, enseignée à l’école et qui regorge de lieux et d’événements mémoriels. Mais je dois reconnaître que jamais jusqu’à présent je n’avais pris à ce point conscience de la folie et la déshumanisation qui ont permis à certaines personnes de se mettre au service de cette entreprise d’une monstruosité inqualifiable.

Le style de Robert Merle y est pour beaucoup : une écriture extrêmement sobre et simple, presque intuitive et non réfléchie, dépourvue de tout jugement personnel, à l’image de Rudolf Höss, personnage déshumanisé, sans conscience et exécutant avec une froideur totale les ordres de sa hiérarchie.

Il y aurait beaucoup à dire mais je m’attarderai seulement sur un seul passage du livre qui illustre à merveille la thématique du rapport à l’autorité, idée présente tout au long du livre (la seule défense de Höss est de dire qu’il ne fait qu’exécuter les ordres). Il s’agit de la 2ème rencontre de Rudolf Höss avec Himmler : ce dernier lui pose les mêmes questions que lors de leur premier entretien, laissant ainsi penser à Höss qu’Himmler ne se souvient pas de lui. Höss en est extrêmement déçu. La conversation continue et d’un coup Himmler, qui a fait semblant de ne pas se souvenir, demande à Höss s’il a réellement pensé qu’il l’avait oublié. Höss le reconnaît et culpabilise d’avoir oser douter, ne serait-ce qu’une seconde de son chef, et Himmler de répéter : en toutes circonstances, jamais, ne jamais douter de son chef.

Je ne souhaite pas atténuer la responsabilité d’Höss qui a commis les pires atrocités, mais je reste persuadé qu’un homme comme lui aurait pu avoir un comportement différent s’il avait vécu avec des personnes différentes ou à une autre époque. Tout le drame a été la capacité et l’efficacité du régime nazi à « trouver » et à se reposer sur ces échelons intermédiaires, sur ces exécutants, intérieurement faibles dépourvus de psychologie et de conscience propre ou même d’esprit critique, la faute pour Höss à une éducation rigide et autoritaire qui a contrarié à l’évidence, le livre le montre bien, le développement d’une personnalité équilibrée.

Rudolf Höss, pas Hess ! (glaçant...)

10 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 8 octobre 2012

On ne peut être que captivé par cet ouvrage, pour peu que l’on soit désireux de comprendre (d’essayer tout au moins) par quel cheminement un homme peut arriver à être le serviteur zélé d’un pouvoir planifiant le génocide d’une population, sous prétexte de son appartenance religieuse. Robert Merle fait usage d’une écriture simple et fluide pour un personnage primaire et sans états d’âme. Le livre, écrit à la première personne, est un peu le « journal intime » de Höss, ce qui non seulement permet au lecteur de rentrer dans la tête du nazi, mais confère une certaine objectivité au récit. Même si on peut ainsi arriver à mieux comprendre comment on devient un monstre au service d’une politique criminelle de grande ampleur, comment ne pas être interloqué par une telle absence de compassion pour autrui, dût-elle être liée à une éducation extrêmement stricte et au dégoût pour la religion qui s’en est suivi ? Comment ne pas ressentir l’effroi face à ses descriptions froides d’une horreur sans nom, où il est question d’améliorer le rendement pour pouvoir anéantir atrocement un maximum d’humains, qui deviennent alors des unités sans nom et sans visage.

C’est seulement vers la fin que Höss rencontrera pour la première fois des objections, alors que depuis le début de sa nomination à Auschwitz, il ne semble pas réaliser la gravité de ses actes qu’il assume avec un détachement ahurissant. Tout d’abord en la personne de sa femme, horrifiée, qui découvre par hasard la cause de l’horrible puanteur imprégnant le camp, puis de ses interrogateurs américains, juste avant le procès de Nüremberg. Comme eux, le lecteur a besoin de savoir pourquoi il a agi ainsi. Et à chaque fois, la même réponse tenace : « J’ai obéi aux ordres » A Höss qui considère cela comme une fierté et un devoir patriotique, sa femme en fait un simple lâche en lui rétorquant implacablement « Ainsi, voilà la raison qui t’a fait obéir : tu savais que si les choses tournaient mal, tu ne serais pas puni. »

Aux enquêteurs qui lui demandent pourquoi il a agi ainsi, il invoquera les ordres, les ordres, toujours les ordres… Cette mission lui plaisait-elle ? Non évidemment, mais, seulement parce que c’était « ennuyeux »… Höss le dit lui-même, il n’éprouvait rien de particulier pour ses victimes. « Vous êtes complètement déshumanisé » conclut l’américain avec un mélange de pitié et de d’horreur. La question qui s’impose d’elle-même au lecteur une fois refermé le livre : doit-on suivre aveuglément les ordres d’une hiérarchie en abandonnant tout sentiment, tout esprit critique, et quelle en est la limite ? Tout individu sain d’esprit devrait logiquement conclure que oui, désobéir est un devoir quand l’ordre est injuste…

Incontestablement ce livre est un de ceux qui m’ont le plus marqué sur cette période qui continue à nous hanter et le fera pour longtemps encore. Une place largement méritée dans le TOP 20 de CL.

Une théorie sur la naissance du Mal absolu...

10 étoiles

Critique de Opalescente (, Inscrite le 8 novembre 2005, 35 ans) - 8 septembre 2012

... ou comment un allemand modeste qui rêvait de s'établir dans une ferme avec sa famille pour y élever des chevaux se retrouve à organiser un camp d'extermination.

Certes Höß/Lang n'est pas un homme tout à fait ordinaire et il a vécu dans une époque calamiteuse où l'Allemagne humiliée peinait à se relever de sa défaite, certes son père autoritaire et religieux extrémiste aura laissé une empreinte indélébile sur l'esprit du jeune homme, certes Lang aura toujours eu un besoin absolu d'ordre et l'armée lui offrait une "famille" dont jamais il n'aurait remis l'autorité du père/chef en question... Mais cela explique-t-il l'horreur?

On ressort de ce livre avec une multitude de questions dont la plus dérangeante pourrait être sommes-nous tous des monstres en sommeil qu'une période difficile suffirait à réveiller?

Ce livre est un témoignage incroyable et courageux que je recommande à tous.

déshumanisation

10 étoiles

Critique de Kaokao (, Inscrit le 16 juin 2011, 39 ans) - 6 novembre 2011

Le héros du livre se prend pour un manager des temps modernes où seule la productivité compte. Il est complètement déshumanisé par son enfance et son parcours de jeune adulte....

Comment devient-on commandant du camp d’Auschwitz ?

7 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 44 ans) - 16 octobre 2011

R Merle a tenté en 1952, soit très peu de temps après la deuxième guerre mondiale, de répondre à cette question à travers une biographique imaginaire de Rudolf Hess, se basant sur les confessions et témoignages recueillis lors du procès de Nuremberg.
L’ouvrage commence avec l’enfance de R Hess, ce qui donne quelques relents psychanalytiques au roman et se poursuit avec sa carrière, son ascension dans l’appareil SS, son obéissance détachée, son souci maniaque du détail et de l’efficacité. Par étapes, l’inhumanité grignote l’officier jusqu’à en faire le symbole de la barbarie.

R Merle a choisi une écriture froide, analytique, pour rendre la psychologie de son personnage ce qui donne un style un peu pauvre par rapport à ses autres romans.

Si le livre a fait date et a dérangé à l’époque, d’autres ont éclairé depuis la banalité du mal, l’horreur des camps, le basculement du militaire au tortionnaire. Le lecteur de V Grossman, E Wiesel ou P Levi ne fait pas une découverte mais la lecture de La mort est mon métier est une nécessité pour les autres, en particulier les plus jeunes

L'Obéissance avec un grand O

7 étoiles

Critique de Mithrowen (La Chaux-de-Fonds, Inscrite le 23 août 2011, 28 ans) - 30 septembre 2011

Ce livre est très utile pour comprendre les horreurs du régime nazi et montre de façon effrayante comment l'Allemagne post-Première Guerre Mondiale a conditionné les tortionnaires de la 2ème. Effrayant !
Le seul bémol du livre c'est son écriture qui n'est pas vraiment des plus fluides et agréables, c'est pour cela que je lui mets seulement 3.5.

Une histoire allemande

9 étoiles

Critique de Radetsky (Massieu, Inscrit le 13 août 2009, 74 ans) - 6 septembre 2011

Pour qui a vu le film de Michael Hanneke "le ruban blanc" (Das weisse Band), l'enfance du personnage principal telle que la décrit Robert Merle s'éclaire singulièrement. La déshumanisation dans le respect de la discipline, la maîtrise des instincts, la répression des désirs, l’annihilation de l'esprit critique, produit des monstres ordinaires. Merle a été sobre et précis dans son analyse et d'autant plus convaincant.

Un Allemand ordinaire?

8 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 40 ans) - 6 septembre 2011

Le livre n'est pas très épais, il n'est pas non plus extrêmement bien écrit, ce n'est pas un chef d'oeuvre de littérature mais, malgré tout, on sent qu'il est remarquable dans le paysage littéraire contemporain.

Bien évidemment Les Bienveillantes est passé par là, et le livre souffre de la comparaison. Cela n'empêche pas que le point de vue subjectif du narrateur dans ce contexte est 1) une innovation remarquable 2) demeure pertinente et, reste très pertinente: on s'approche de la compréhension (ou d'une illusion de compréhension?) , même si bien évidemment les ressorts de la machine exterminatrice restent largement inimaginables pour nous lecteurs du XXIeme siècle.

Une enfance malheureuse, une éducation rigoriste et conditionnée par l'obéissance, la misère et l'influence d'hommes charismatiques et le narrateur n'est plus qu'une machine à organiser l'un des plus grands meurtres de tous les temps...

Ce qui est troublant, c'est que toute une génération d'hommes se trouvera dans ce cas.

un livre marquant

10 étoiles

Critique de Oliivia (, Inscrite le 5 mai 2010, 31 ans) - 17 août 2011

Je viens de tourner la dernière page de ce livre et je pense pouvoir dire qu'il restera parmi les meilleurs livres traitant du nazisme et des camps que j'ai lu. L'écriture est simple et fluide, la découverte de la construction de la personnalité de Lang instructive. On a l'impression d'être dans sa tête, de chercher le cheminement de ses pensées. On essaye de comprendre comment un individu peut être si "déshumanisé"....et on ne peut que se questionner sur ce "devoir", cette obéissance aux ordres, sans aucune trace de conscience...

bien mieux que les Bienveillantes!

10 étoiles

Critique de Anicroche88 (, Inscrite le 1 juin 2011, 49 ans) - 1 juin 2011

"La mort est mon métier" est un chef d'oeuvre à conseiller à tous les lecteurs... Ce roman de Robert Merle est déjà "ancien" mais l'idée d'utiliser la vie d'un nazi vue de l'intérieur se révèle extrêmement efficace et l'on est plus habitué aux témoignages des rescapés qu'au récit des bourreaux... A l'époque de sa parution, le livre fit même scandale et on l'oublia un peu vite...
Ecrit bien avant le best seller de J Littell, on peut se demander si cet auteur n'a pas trouvé là des idées... Qu'importe!
Dans ce roman qui s'appuie sur des témoignages directs, l'auteur nous décrit un "monstre nazi" ...mais pour comprendre comment il en est arrivé là, on remonte à son enfance, la crise de 1929... et ses débuts dans le parti, avant de voir le zèle avec lequel il conçoit la "solution finale"...
Cet excellent roman permet d'approcher au plus près la barbarie nazie et la bureaucratie extrême de ce régime qui ne laissait rien au hasard, même pas le décompte des "unités" exterminées...
Loin de lui chercher des excuses R. Merle parvient à nous faire comprendre comment on peut arriver à produire de tels hommes...
Un livre pour tous ceux qui pensent qu'il fallait être fou, inhumain, abject, pour sombrer dans une telle idéologie meurtrière... pour découvrir cet autre que l'on rejette et juge sans comprendre...
et le lecteur s'interroge alors aussi sur d'autres criminels de guerre plus récents...

"Vous êtes complètement déshumanisé"

10 étoiles

Critique de John (, Inscrit le 2 novembre 2010, 27 ans) - 8 novembre 2010

Conseillé comme un livre remarquable , ce livre est fascinant du début à la fin .
On cherche à comprendre comment un Allemand "normal" a pu devenir un monstre , perdant petit à petit toute forme d'humanité pour seulement chercher à répondre aux ordres de ses supérieurs , noyant ainsi toute réflexion individuelle qui aurait pu remettre en question ses actions et son devoir de grandeur et d'obéissance à la Nation allemande !
C'est vraiment un excellent livre !

A lire

10 étoiles

Critique de Pkoipas (, Inscrit le 5 juillet 2010, 43 ans) - 5 juillet 2010

Un témoignage à lire absolument.
S'il doit y avoir deux livres inscrits au programme du collège:
La mort est mon métier (Robert Merle)
Si c'est un homme (Primo Levi)
Tout y sera dit, plutôt que de survoler ce sujet que la mémoire collective se doit de garder pour qu'un jour ceci ne se reproduise plus.

Revenons au livre et en particulier à ce personnage Höss:

N'oublions pas Josef Mengele (l'ange de la mort), ce docteur fou, pourquoi n'en entendons-nous pas parler dans ce livre ?
Loin de moi l'idée de critiquer Robert Merle qui nous livre une oeuvre primordiale. Il s'est basé sur les comptes rendus du procès de Nuremberg ainsi que des notes prises par les psychologues, les déclaration d'un seul homme, Rudolf Höss. Ce démon a déclaré ce qu'il voulait bien déclarer, il s'est fait passer pour un innocent décérébré. Pensait-il échapper à la peine de mort lors de son procès en se faisant passer pour une victime de cette médiocre vie qu'il a eu ?
Höss a simplement joué la carte de l'innocent manipulé à cause d'une terrible enfance, juste pour échapper à une fin inévitable, évitant des sujets qui l'auraient encore plus enfoncé. Ne pas citer les atrocités dont il était forcément tenu informé a été sa ligne de défense. Je ne pourrai jamais croire qu'il ignorait ce qui se passait dans le camp qu'il a créé lui même, toute cette machiavélique machine à tuer.
Höss savait tout et n'a rien dit, c'est incontestable.

Une superbe œuvre !!!

9 étoiles

Critique de Florian Bouillon (, Inscrit le 30 juin 2010, 25 ans) - 1 juillet 2010

Voici un roman très intéressant.
En effet, dans cette œuvre on voit la vie du personnage principal défiler devant nos yeux. "La mort est mon métier" est une biographie romancée de Rudolf Höß (renommé Rudolf Lang dans l'ouvrage). Elle a été écrite par Robert Merle et elle est parue en 1952. Rudolf Höß a était le commandant du camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz durant la Seconde Guerre Mondiale.
Ce roman est superbe. L'auteur nous décrit des choses incroyables. Une fois l'œuvre commencée, nous n'avons qu'une envie c'est de la continuer pour savoir ce qui va ce passer. C'est ce que ça m'a fait en tout cas...
Les reproches que je ferais à cette œuvre, c'est le fait que parfois on ne comprend pas quelques phrases, quelques mots. D'ailleurs, on a beau les relire plusieurs fois, ça ne change rien. Puis, il y a aussi la chose qui m'a le plus énervé, il s'agit des répétitions "Ja, Herr Sturmbannführer", ou d'autres "Herr", on les trouve parfois dix fois de suite ! Non, ça c'est vraiment très enquiquinant. Mais à part cela rien de spécial.
Je conseille cette œuvre aux troisièmes (en collège) car dans leur programme d'Histoire, ils voient la Seconde Guerre Mondiale et cette biographie romancée peut les aider à voir plus clair.

Impossible de rester indifférent

8 étoiles

Critique de Lalie2548 (, Inscrite le 7 avril 2010, 32 ans) - 7 mai 2010

Quelle horreur!! Ce livre m'a complètement sidérée. J'aime le fait que l'auteur explique l'histoire d'un personnage bien précis. Ca permet de voir à quel point cet homme est obnubilé par les ordres et a l'air de ne plus penser du tout à ce qu'il fait. Ca met la chair de poule. Certains passages détaillent ses actions et ça rend malade. Livre interpellant!!!

Déçu ... le livre a vieilli

6 étoiles

Critique de NQuint (Charbonnieres les Bains, Inscrit le 8 septembre 2009, 45 ans) - 6 novembre 2009

Bien entendu, je n'irai pas dire qu'il s'agit d'un mauvais livre. C'est une gifle, une plongée dans les ressorts de la "Banalité du Mal" telle que l'a théorisée Hannah Arendt.
Mais deux choses m'ont bloqué :
- d'abord, le passé du futur Commandant du Läger. Il fut un enfant terrorisé par un père psycho-rigide (pour ne pas dire pire), élevé dans des conditions terribles. Dès lors, cela ouvre une faille béante dans la "Banalité du Mal". Tous les hommes peuvent-ils verser dans l'horreur ... ou seuls ceux ayant subi un traitement préalable (enfance terrible, misère, ...) ? Et cela change beaucoup de choses !
- Ensuite, J. Littell est passé par là avec les "Bienveillantes". Et si le livre de Merle est une gifle, celui de Littell est une "grande claque dans la gueule". Et il démonte de façon beaucoup plus fouillée la machine SS et la solution finale.
Un bémol quand même : le livre a été écrit en 1952, seulement 7 ans après la guerre et à une période où personne ne voulait plus entendre parler de ces histoires ... chapeau bas quand même, Monsieur Merle

différent

10 étoiles

Critique de Jiminy (Lyon (ou presque), Inscrite le 14 octobre 2009, 23 ans) - 1 novembre 2009

...De tous les livres sur la seconde guerre mondiale, et comme c'est le programme de troisième, j'ai pu en lire, mais celui-là est sûrement mon préféré. La fin de "l'histoire", lors du procès de Hoess, nous montre particulièrement bien l'état d'esprit dans lequel il était:
Mais pourquoi mes chefs ne viennent-ils pas me sauver et assumer ces actes ?
Superbe !

Dans la tête d'un nazi

8 étoiles

Critique de El grillo (val d'oise, Inscrit le 4 mai 2008, 43 ans) - 9 octobre 2009

Un roman dérangeant sur les camps, voilà ce qu'il me fallait pour passer un bon week end pluvieux en Normandie. Youhou, ça sent la fête à plein nez. Ben j'ai pas été déçu...
Dans la tête d'un nazi, encore que, on n'a pas tous les détails. Une seule chose y règne: les ordres. Pas moyen d'y déroger, de toutes façons, si on s'en éloigne, c'est bibi qui trinque. Pour les sentiments, on repassera. Résultat, on monte des camps et on obéit en essayant d'avoir des idées pour que tout fonctionne au mieux. Les détails ne nous sont pas épargnés, on y apprend des choses, horribles évidemment... Tout ça est fait cliniquement, sans tergiversation, on extermine, on verra après, pour l'instant on obéit aux ordres, seuls ceux-ci comptent. Seul l'obéissance permet d'expliquer l'inexplicable, Robert Merle le fait très bien.

Je voulais une bonne claque, je l'ai eu. J'ai beaucoup aimé ce livre même si j'ai besoin de légèreté maintenant, vite, la fenêtre...

Bien avant les "Bienveillantes" de Littell...

9 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans) - 4 mars 2009

Robert Merle a écrit un roman historique, le personnage principal, même si l'auteur change son nom de famille, a bien existé et il (l'auteur) s'est basé sur les rapports des psychiatres et les pièces du procès de Nuremberg, plutôt que sur l'autobiographie de Hoess. Le personnage est présenté dès le début comme "un exécutant", il ne conteste pas les ordres, que ce soit ceux de son père (il faut qu'il meure pour que Rudolf ait le courage de vivre sa propre vie) ceux de l'armée, de l'usine (il refuse de faire semblant de travailler pour que son collègue puisse suivre la cadence, au risque de se mettre tous les ouvriers à dos) de même il organisera l'extermination des juifs, car c'était les ordres.

Ce roman, comme "Les Bienveillantes" (que j'ai presque terminé, mais ça ne m'empêche pas d'avoir trouvé des points communs) les deux personnages ont la même ligne de défense et les deux romans ont vocation de présenter la seconde guerre mondiale du côté "des bourreaux", d'ailleurs Hoess apparait dans le roman de Littell. Disons que "Mort est mon métier" est peut-être un plus accessible que les "Bienveillantes", plus court et moins dur, par contre les deux romans se complètent, Merle se concentre sur Hoess, Littell, lui, décrit les horreurs des Nazis dans leur ensemble (je reviendrai quand j'aurai terminé le roman). A lire.

Logiques de la déshumanisation

8 étoiles

Critique de PPG (Strasbourg, Inscrit le 14 septembre 2008, 41 ans) - 22 novembre 2008

Nous suivons la vie de Rodolf Hoess (Rudolf Lang dans le roman), entre 1900 et 1946 (date de son exécution par pendaison) : jeune homme au père autoritaire, éduqué dans le respect strict de la religion (qu’il reniera ensuite), engagé dans l’armée allemande afin de partir au front (1916), devenu fermier pour le compte d’un propriétaire terrien, devenu mari et père de 4 enfants, membre du parti nazi où il sera un “excellent” instructeur, puis choisi pour ses qualités d’”organisation” et de “conscience” pour la mise en place d’un programme d’extermination massive de juifs, en tant que commandant du camp d’Auschwitz.

Plus que des commentaires, voici quelques passages clés lesquels, à mon sens, permettent de comprendre l’articulation de la vie de Rodolf Hoess. Rétrospectivement, les paroles prononcées donnent le vertige :

A propos de sa découverte de l’armée, dans laquelle il s’est engagé à 16 ans (1916) : “A la caserne, la règle était vraiment parfaite. Le maniement d’armes, surtout m’enchantait. J’aurais voulu que toute la vie pût se décomposer ainsi, acte par acte." (page 73, Gallimard, Collection Folio, Manchecourt, mars 1996).

Lors de son engagement dans la SA (Sturm Abteilung : Sections d’Assaut) en 1922 : “Heil Hitler ! Leurs voix résonnèrent puissamment dans ma poitrine. J’éprouvai un profond sentiment de paix. J’avais trouvé ma route. Elle s’étendait devant moi, droite et claire. Le devoir, à chaque minute de ma vie m’attendait." (page 173).

A sa sortie de prison, après avoir purgé 5 années pour assassinat (vers 1928) : “... je pensais : “je suis libre”... Mes mains vides pendaient à mes côtés, les minutes coulèrent une à une, il n’y avait plus personne pour me dire ce qu’il fallait faire, je m’ennuyais... Au bout d’un moment, je pensai au Parti, et je me sentis heureux.” (page 187).

Lors de son procès (1946), alors qu’il est interrogé par le juge quant à ses crimes (extermination de juifs) : “On m’a choisi à cause de mon talent d’organisateur”. Mais, il n’est plus autant convaincu de ce qu’il a fait car son chef, Himmler, s’est suicidé : “Cela prouve qu’il n’était pas un vrai chef, et s’il n’était pas un vrai chef, il a pu très bien me mentir en me présentant l’extermination des juifs comme nécessaire”... Mais, “je le referais, si on m’en donnait l’ordre”... je n’ai pas à m’occuper de ce que je pense (la question du juge portait sur sa conscience quant à ses crimes). Mon devoir est d’obéir... Je n’ai pas à avoir de remords. L’extermination était peut-être une erreur. Mais ce n’est pas moi qui l’ai ordonnée." (pages 362/363/364).

Quant à ses ressentis : “C’est difficile à expliquer. Au début, j’éprouvais une impression pénible. Puis peu à peu, j’ai perdu toute sensibilité. Je crois que c’était nécessaire : Sans cela, je n’aurais pu continuer. Vous comprenez, je pensais aux juifs en termes d’unités, jamais en termes d’êtres humains. Je me concentrais sur le côté technique de ma tâche... un peu comme un aviateur qui lâche des bombes sur un ville” (le juge argue du fait qu’un aviateur n’a jamais anéanti tout un peuple), et Rudolf Lang répond : “il le ferait, si c’était possible, et si on lui en donnait l’ordre." (pages 362/363/364).

A propos du verdict de son jugement, qui ne le surprend pas : “Il me semblait que ma propre mort ne me concernait pas". (page 370)

Sur la même thématique, à lire : "Les Bienveillantes" de Jonathan Littell

bizarre

8 étoiles

Critique de Aurélie165 (namur, Inscrite le 19 août 2007, 26 ans) - 19 août 2007

Ce livre m'a vraiment ... choquée, pas par la façon d'écrire mais je pense que ce n'est vraiment pas un livre à lire pour les jeunes de mon âge, mon prof nous a proposé de le lire en 3ème alors que d'habitude on abordait ce livre en rhéto ... Evidemment j'ai adoré la façon dont il était écrit mais certains détails étaient horribles à lire, si j'avais eu le choix, je n'aurais certainement pas choisi ce livre mais cela permet de connaître un peu la vie de cette homme et le quotidien des personnes à Auschwitz mais je le relirai sûrement quand je serai plus âgée car il est vraiment intéressant

Un de mes livres préférés

10 étoiles

Critique de Mane (Bordeaux, Inscrite le 5 février 2007, 30 ans) - 9 février 2007

J'étais en 3ème quand je l'ai lu et il m'a profondément marquée. C'était la première fois - la seule d'ailleurs, quand j'y repense - que je lisais un livre sur la Seconde Guerre Mondiale, vue du côté allemand.

On assiste à la transformation d'un Allemand lambda en monstre SS qui, dénué de tout sens critique, ne se rend pas compte de ce qu'il fait. Il fait "juste" son boulot. Que dire de plus? C'est le comble de l'horreur. Le titre est d'ailleurs très bien choisi.

A 14 ans, j'ai pris conscience que les SS n'étaient que des pantins, que le IIIème Reich avait élevé des monstres sans état d'âme. Je reprends ce qu'a dit été un peu plus haut : si nous avions reçu la même éducation qu'eux, que saurions-nous devenus? Certainement la même personne que Hoess. Et, pour moi, c'est ce qui est le plus dur dans ce luvre.

J'avais eu 20/20 à mon devoir.

Poignant

9 étoiles

Critique de Féline (Binche, Inscrite le 27 juin 2002, 39 ans) - 16 janvier 2007

J'ai trouvé ce livre poignant et en même temps horrible. Horrible car il montre comment n'importe qui peut devenir un bourreau et exécuter des hommes de manière clinique, sans émotion.
Ce qui m'a frappé, c'est à quel point le narrateur (Hoess) a perdu tout sens critique. Pour lui, un bon soldat doit obéir et ne pas réfléchir aux tenants et aux aboutissants des ordres qui lui sont donnés. Un ordre est un ordre et un soldat n'a pas à discuter les ordres d'un supérieur, ni même à réfléchir s'ils sont justes. D'ailleurs, il ne le fera jamais ... il exécutera les ordres ... A un tel point qu'il ne comprendra pas sa responsabilité dans ce massacre. C'est cette obéissance aveugle qui m'a fait le plus froid dans le dos.

Un excellent livre qui permet de réfléchir et qui devrait être lu par le plus grand nombre.

Immuable

10 étoiles

Critique de Ketchupy (Bourges, Inscrit le 29 avril 2006, 37 ans) - 25 septembre 2006

Ce livre m’a été conseillé par un professeur d’histoire et je souhaite le conseiller à mon tour tant je considère qu’il fait partie des œuvres les plus marquantes que j’ai lues.
Je trouve que Leura l’a bien présentée mais concernant sa dernière phrase, je tiens à préciser que, c’est vrai qu’il date de 1952, mais je pense que le fait qu’il ait été écrit juste après la guerre lui donne encore plus de force. J’espère qu’on ne va pas considérer que c’est un roman qui a vieilli tant il doit demeurer immuable de par son sujet.
De plus, comme d’autres lecteurs l’ont précisé, il est très bien écrit et le titre me semble très bien choisi.

Bouleversant

10 étoiles

Critique de Petronie (, Inscrite le 6 mars 2006, 60 ans) - 18 septembre 2006

En lisant ce livre, j'ai été bouleversée de plusieurs façons
D'abord, en lisant l'histoire, et puis moi même je me trouvais presque à réfléchir avec le héros à comment bien faire le "travail" A la limite, je comprenais ses problèmes.

C'est un livre fort bien écrit.

Une histoire ignoble, mais bien écrite.

Quel horreur ...

10 étoiles

Critique de Ald_bzh (Brest, Inscrite le 11 janvier 2005, 39 ans) - 25 juillet 2006

Quel horreur de découvrir comment un homme ordinaire peut devenir le bourreau de million d'hommes, femmes et enfants. Enfance malheureuse, esprit tourmenté qui a besoin de routine et d'ordre pour être au calme, coeur ni mauvais ni bon. Banal !!! Au début du livre, je me suis ennuyée, je ne voyais pas où ce personnage insipide pouvait me conduire puis au fil des pages, dans une logique implacable s'est dessiné l'insoutenable. J'ai en fait eu pitié de ce personnage, de sa famille, de cette Allemagne à genoux mais par contre d'autres sont des monstres et rien ne pourra enlever cette impression de malaise qui reste lorsque l'on referme ce livre.

A l’heure des choix.

9 étoiles

Critique de Monito (, Inscrit le 22 juin 2004, 45 ans) - 24 octobre 2005


Que ferions-nous, qu’aurions-nous fait, que ferons-nous si demain, des ordres, une discipline nous amenaient à commettre l’irréparable, l’insoutenable, l’inconcevable ?

R. Merle nous pose la question. Avec ce roman, nous sommes du côté des bourreaux, c’est assez rare pour être souligné, c’est assez rare pour être salué. Il y a un piège : toute la première et longue partie où pas à pas sont posées les conditions quasi analytiques de ce qui de l’adolescent Rudolf fera le bourreau Lang.

Cet enfant, élevé à la dure, porte le poids des péchés et des échecs de son père qui les lui fait payer. Destiné à la prêtrise, il manque d’amour, comme tout son foyer, mais est formaté à l’obéissance absolue, à la règle, à l’oppression. On a détruit chez lui le ressort de la rébellion, celui de la conscience des actes, de la conscience tout court, de la mise en perspective et c’est avec cela qu’il grandit : la peur, la haine, l’obéissance, l’Allemagne, la force…

Il deviendra, par un chemin tortueux et tellement pré-destiné, cet organisateur des camps de concentration, des camps de la mort et du plus célèbre d’entre eux : Auschwitz Birkenau. Pour qui a visité ces camps, comme c’est mon cas, et depuis ma lecture, cette visite me revient, cette horreur aujourd’hui aseptisée en Pologne, prend toute sa forme, toute sa force.

Les ordres…les dernières pages sont plus effrayantes encore que la description du dispositif de destruction industrielle d’enfants, de femmes et d’hommes, de juifs que furent les camps. Il nous arrive parfois même de juger cette organisation comme obligée, innovante…et c’est là l’horreur !

Mais de cette vision psychanalytique de bas étage qui au prie conduirait à l’indulgence au mieux au doute, c’est véritablement la question du choix qui est posé : et nous ?

chérie, mon chef m'a dit qu'il était content de mon travail !

10 étoiles

Critique de Julius (, Inscrit le 24 novembre 2004, 44 ans) - 21 septembre 2005

ce livre m'a retourné ! c'est clair qu'une éducation religieuse intégriste ne fera jamais, oh grand jamais du bien, dieu protège nous de toi ! mais insidieusement dans ce livre, qu'est ce qu'on ressent ? un homme pas plus méchant qu'un autre, qui dans un certain contexte, dans la spirale de "je dois montrer aux autres que je suis capable" ou "j'ai ma place si je fais du bon taff, faut que je me donne à fond", un homme est complètement détaché de la réalité et ne réalise plus rien, il regarde vers le haut, sa hiérarchie (dieu ?), non décidément c'est pas bon de regarder en haut, on rêve en regardant autour de soi pas en haut alors quoi ? il s'en occupe bien de son camps, du bon taff comme diraient la plupart de nos patrons en nous tapant amicalement dans le dos : "ouais on compte sur toi, tu nous fais ça bien" "oui chef !"
excusable, non, pas plus que nous qui ne réalisons même plus où on va et pourquoi on y va ... bon c'est pas tout ça mais j'ai du taff. A+

surprenant!

9 étoiles

Critique de Sanshü (Strasbourg, Inscrite le 5 janvier 2005, 34 ans) - 21 septembre 2005

C'est la première fois que je lis un livre sur ce sujet. Il m'a fait réfléchir. J'ai trouvé presque normal que le commandant en arrive à ce point là. On se rend compte que l'éducation fait beaucoup, et on comprend le cheminement qui a fait qu'il devienne nazi! J'ai également eu un peu de pitié pour cet homme, cependant c'est un méchant, un nazi, il a commi des crimes contre l'humanité!!
Ce livre est vraiment hors du commun, bravo à Robert Merle!

Entsetzen

10 étoiles

Critique de Qubitchek (, Inscrite le 11 septembre 2005, 27 ans) - 11 septembre 2005

Je viens de finir ce livre captivant et j'ai découvert avec horreur que j'avais eu pitié pour cet homme!
C'est la première fois que je lis un livre où la shoah est montrée du côté allemand... c'est bouleversant.
Lang (Hoess) n'est qu'un "rouage" comme il le dit, et Merle le montre comme un rouage écervelé, on en est amené à se dire que dans une situation telle, notre réaction n'aurait peut-être pas été différente, dans cet idéal d'ordre et d'obéissance qu'était le III Reich.
C'est une véritable auto-analyse qui suit ce livre.

Dans le même domaine, je peux conseiller un livre de Albert Speer "Au coeur du troisième Reich", l'autobiographie de l'architecte personnel de Hitler.

un livre qui fait réfléchir

8 étoiles

Critique de Sughrue (, Inscrite le 31 janvier 2005, 36 ans) - 31 janvier 2005

j'ai trouvé ce livre très intéressant comme éclairage de la mentalité d'un haut dignitaire SS du IIIe Reich.
Merle semble réellement faire l'effort de se baser uniquement sur les faits établis comme ayant réellement eu lieu au cours de la vie d'Hermann Hoess.
ce côté anecdotique et "haché" en épisodes nuit à la 1ère partie du livre même si elle revêt un grand intérêt. l'info est partielle reste a savoir si l'autobiographie de Hoess est plus informative sur sa vie.
la 2ème partie (Hoess travaillant en camp de concentration) est la plus passionnante et la plongée dans la mentalité nazie d'un réel intérêt historique.
c'est un très bon livre qui fait réfléchir.

Leçon à retenir

9 étoiles

Critique de Galadriel78 (, Inscrite le 14 août 2004, 30 ans) - 14 août 2004

homme qui est à l'initiative de l'utilisation des chambres à gaz et des fosses et également des fours crématoires pour en rajouter à son CV. tout ça "grâce" à cet homme traumatisé depuis son enfance par son père!En le lisant je voulais comprendre comment on peut en arriver là et je l'ai bien compris maintenant. Et je sais aussi que n'importe qui peut finir ainsi !Lisez ce livre et vous comprendrez une bonne partie de notre histoire, pas seulement la seconde guerre mondiale!!!!!!!!!!!!!

marquant

10 étoiles

Critique de Kim (Limay, Inscrite le 16 juin 2004, 32 ans) - 29 juillet 2004

j'ai lu ce livre il y a deux ou trois ans et c'est lui qui m'a donné envie de lire tout les autres.
Il m'a profondément marquée parce que je n'acceptais pas de pouvoir comprendre ce bourreau .
Pour moi un tortionnaire nazi était un monstre incompréhensible .
or là j'ai compris que l'éducation que reçoit un homme est cruciale pour son avenir.
un livre splendide

un livre...............

6 étoiles

Critique de Lalaith (, Inscrite le 18 juillet 2004, 31 ans) - 18 juillet 2004

inqualifiable! j'ai éprouvé divers sentiments en lisant ce livre. d'abord de l'horreur puis de l'incompréhension. et après j'ai compris que l'homme peut devenir un instrument servant à la torture. Je pense que j'aurais essayé de trouver des excuses à l'homme qui est devenu soldat nazi mais le fait de prétendre qu'il aurait été capable de refaire ces crimes si il revivait cette période en fait un coupable impardonnable.
sinon, c'est un livre très touchant et intéressant par le fait qu'il est rare de lire un livre du côté nazi et non du côté déporté. c'est une vision qui permet de mieux"comprendre"cette guerre.

Et si c'était nous?

8 étoiles

Critique de Nutella (Rhode-Saint-Genèse, Inscrite le 31 décembre 2000, 37 ans) - 11 janvier 2004

J'ai lu ce livre il y a déja 3 ou 4 ans mais il m'a profondément marquée. Ce livre remet en question l'image que l'on a du "méchant" nasi et nous pousse à nous demander: Qui aurions-nous été s'il avait fallu choisir?

De l'horreur à la compréhension!

8 étoiles

Critique de Ondatra (Tours, Inscrite le 8 juillet 2002, 36 ans) - 21 juillet 2002

Cette biographie de cet officier SS allemand montre à quel point depuis sa naissance il a été conditionné pour devenir finalement un exécuteur des ordres du IIIème Reich!!!

!!!!!!

10 étoiles

Critique de Anonyme (, Inscrit(e) le ??? (date inconnue), - ans) - 2 juin 2002

Bouleversant... Une oeuvre qui montre à quel point l'Homme bascule de victime à bourreau.. Avec simplicité, Robert Merle nous expose des faits d'une atrocité ineffable, un ancrage dans la réalité nous poussant dans le sens de la remise en question concernant l'Homme et sa conscience.

impressionnant

10 étoiles

Critique de Patman (, Inscrit(e) le 5 septembre 2001, 55 ans) - 22 octobre 2001

Ce livre, que j'ai lu il y longtemps déjà, m'a marqué au fer rouge. Quelques semaines plus tard, je visitais Auschwitz...en revenant de Gdansk en pleine révolution (c'était dans les années 80). Robert Merle est pour moi un "énaurme" écrivain! Je m'apprête justement à relire Malevil, faudra que j'en fasse une critique!

Homme sans âme... homme sans coeur...

10 étoiles

Critique de R_daniella (Grace Hollogne, Inscrite le 14 octobre 2001, 38 ans) - 16 octobre 2001

Ce livre de Robert Merle est une oeuvre fabuleuse... Avec des mots simples, il décrit des faits bouleversants... On en arrive presque à comprendre les actes du fondateur du camp d'"Auschwitz" (Oswiecim, en polonais)... Car c'est lui, c'est son histoire qu'on décrit ici... Et cette manière d'aborder les choses glace le sang de par la véracité qui en découle...
Car quoi. dans sa position, bon nombre d'entre nous aurait fait pareille.
Vous ne me croyez pas ? Lisez donc ce livre, et réfléchissez y… C'est dur à croire avec nos connaissances actuelles. et pourtant…

Forums: La mort est mon métier

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La mort est mon métier".