Cycle de Fondation (Le), tome 03 : Fondation de Isaac Asimov

Cycle de Fondation (Le), tome 03 : Fondation de Isaac Asimov
(Foundation)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Johnny feelgood, le 14 mars 2001 (Bruxelles, Inscrit le 7 mars 2001, 45 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 37 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (151ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 9 474  (depuis Novembre 2007)

Au Début de la SF il y avait ... la Fondation

J'ai toujours eu quelque difficulté à apprécier les récits de science-fiction datant d'avant les années 70, tant le " futur " qui est présenté paraît improbable à la lumière des technologies actuelles.
Asimov fait largement exception à cette règle. Dans " Fondation " et " Fondation et Empire ", Asimov relate une véritable histoire à suspens dans un futur à la fois réaliste et original. Ce n'est pas pour rien qu'il est considéré comme un maître à penser en la matière. Sa vision est terriblement intelligente (la théorie de la psycho-histoire est fascinante), et puise son énergie à la source de la raison humaine : prospérer, progresser, dominer, organiser... tous ces éternels objectifs y sont illustrés à l'extrême.
Le monde de la Fondation est vertigineusement grand et complexe, et pourtant on y retrouve les sentiments humains les plus basiques, les plus élémentaires, et l'on comprend que, quelles que soient les technologies dont nous nous entourons, ce sont toujours nos instincts fondamentaux qui nous dirigent.
Mmmh je m'emporte... Que cela ne vous fasse pas oublier que, en plus d'être clairvoyant, les deux premiers tomes du cycle de Fondation constituent un excellent divertissement. Par ailleurs, ils peuvent être lus indépendamment des autres ouvrages du cycle.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Fondation [Texte imprimé] Isaac Asimov trad. de l'américain par Jean Rosenthal
    de Asimov, Isaac Rosenthal, Jean (Autre)
    Gallimard / Folio. Science-fiction.
    ISBN : 9782070415700 ; EUR 5,70 ; 11/10/2000 ; 251 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

super prenant

9 étoiles

Critique de Glad01 (, Inscrit le 28 mars 2015, 39 ans) - 31 mars 2015

Si vous aimez lire plusieurs romans qui se suivent, alors jetez un oeil au "cycle de fondation". L'idée de base est la suivante : un homme à la fois scientifique et historien découvre le moyen de prévoir l'avenir social et politique de toute la galaxie ( nous sommes ici dans le futur, où une multitudes de planètes sont habitées ). Il nomme sa méthode d'investigation : la "psycho-histoire". Selon ses prédictions, l'avenir des peuples est sombre. Mais ces propos dérangent les autorités publiques, et celles-ci tentent de lui "clouer le bec" en l'accusant de trahison à l'Empire instauré. Mais l'homme exceptionnellement intelligent a déjà tout prévu, et commencé en secret à préparer un plan de sauvetage de l'humanité et de ses connaissances acquises au fil des siècles dans tous les domaines.
Nous sommes à ce stade du récit au tout début du premier roman, qui en comptera quatre suivant.
Le voyage est intersidéral, bienvenue dans l'espace infiniment grand !

Fascination de la psychohistoire

8 étoiles

Critique de MAGGUIL (, Inscrite le 22 février 2008, 39 ans) - 7 mars 2015

Voilà plusieurs années qu'on me parle de ce Isaac Asimov et de son cycle Fondation. Récemment, une amie a eu la bonne idée de m'offrir les 5 tomes du cycle.
Après lecture de ce premier tome, je me suis dirigées tout naturellement sur CL et je m'aperçois qu'il existe deux tomes avant celui que j'ai lu. Décidément, il faut connaître une partie de la biographie de Isaac Asimov pour s'y retrouver. Et cela, pour ma part, rend encore plus fascinant cette fondation.
Fascinant est le mot juste pour définir cette lecture, la psychohistoire de Hari Seldon est la clef de ce succès. J'ai tout de même eu quelques difficultés pour me retrouver dans tous ces personnages. Il n'est pas tout à fait facile de se les mémoriser ni de s'y attacher car ils manquent un peu de profondeur. On sent que Isaac Asimov voue une parfaite passion pour la fondation et son avenir mais a un petit peu boudé la psychologie des ces personnages.
Néanmoins, la fondation est une lecture précieuse, on la savoure et on sent qu'on possède entre les mains un livre de haute qualité.

Les débuts d'un classique.

8 étoiles

Critique de Sotelo (Sèvres, Inscrit le 25 mars 2013, 36 ans) - 28 novembre 2014

Classique absolu de la SF, "Fondation" est un space-opéra colossal, d'une ambition démesurée. Un premier livre écrit de manière simple, ultra efficace, et qui met en lumière les multiples défauts des civilisations humaines, défauts intemporels qui ne disparaîtront sûrement jamais. La science-fiction n'est jamais aussi belle que lorsqu'elle met en évidence notre propre univers réel. Un superbe premier volume pour ce grand classique.

Un classique extraordinaire

10 étoiles

Critique de JEANLEBLEU (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 51 ans) - 27 juillet 2014

Je viens de relire "Fondation", plus de 25 ans après ma première lecture lorsque j'étais étudiant. Et j'ai autant aimé que la première fois ! Je pense avoir été plus sensible cette fois-ci à l'aspect "fresque globale" ainsi qu'aux dimensions sociologiques et politiques au-delà de l'intrigue (bien que celle-ci, ou plutôt celles-ci, m'aient beaucoup plu).
Asimov était vraiment quelqu'un d'exceptionnel pour arriver à concilier des intrigues passionnantes (et sans incohérences, ce qui n'est pas le cas de beaucoup d'autres écrivains de SF) et un fil conducteur global (une histoire de l'humanité "galactique) qui lie toute son oeuvre.
Fabuleux.

Anthologique !!!

10 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 36 ans) - 20 avril 2014

Bon, alors, comment dire ? Cette saga est immense (en tant que trilogie, avant qu'Asimov n'écrive les tomes 4 et 5, donc, elle fut élue 'meilleure saga de toute l'histoire de la SF' et récoltera un Prix Hugo d'honneur à ce titre), et tout fan de SF se doit, A TOUT PRIX, de la lire au moins une fois.
Ce tome inaugural est une vraie réussite : Hari Seldon, sa Fondation, la psychohistoire, Trantor, l'Empire, on ne saurait suffisamment dire à quel point "Fondation" est une date dans l'histoire du genre. Une intrigue politique et futuriste absolument dantesque, il faut un peu s'accrocher parfois (et encore !), mais on ne regrette pas le voyage. La remarque de la précédente chronique complémentaire est juste, ceci dit : peu de femmes, quasiment aucune, dans ce premier roman ; mais Asimov se rattrapera par la suite !

Où sont les femmes ?

4 étoiles

Critique de Ravenbac (Reims, Inscrit le 12 novembre 2010, 53 ans) - 15 février 2014

Le premier tome du cycle de Fondation est composé de 5 nouvelles formant un tout à part entière. 22000 ans dans le futur l’homme a colonisé la Galaxie. Le scientifique Hari Seldon prédit la chute de l’Empire Galactique grâce à une nouvelle science statistique : la psychohistoire. Il propose la création d’une Fondation dont le rôle sera de sauver la civilisation en rassemblant le savoir de toute l’humanité dans une Encyclopédie.
Pour s’affranchir des distances sidérales (la Voie lactée ne fait pas moins de 60000 années-lumière de long) Asimov invente l’hyperespace capable de faire voyager l’homme plus vite que la lumière. « […] Il était possible de parcourir la Galaxie d’un bout à l’autre en une fraction de seconde à peine. » Pour y parvenir l’homme a atteint un très haut niveau de connaissance. Mais alors pourquoi utilise-t-on encore l’énergie nucléaire, le pétrole et le charbon ? Et pourquoi l’espérance de vie des hommes ne dépasse pas 80 ans ?
Le roman est une suite d’intrigues politiques répétitives dont l’enjeu est le pouvoir. Peu d’action, peu de rebondissements, peu de suspense. Asimov ne fait jamais durer une situation. Finalement le roman d’Asimov pourrait se dérouler aujourd’hui ou il y a 2000 ans. La femme est la grande absente de ce tome 1. Aucun personnage secondaire féminin, et même aucune référence à la gent féminine autre qu’à la page 202.
Pour Star Wars George Lucas s’était inspiré de Fondation sur le plan politique et technologique, en y ajoutant des ingrédients indispensables : passions humaines, amour, bagarres, humour...
L’écriture est rapide, précise et claire mais, à l’image du roman, elle manque cruellement de lyrisme et de passion.

Splendide

10 étoiles

Critique de Ace64 (Arcangues (près de biarritz), Inscrit le 4 août 2012, 21 ans) - 4 août 2012

Résumé: En ce début de treizième millénaire, l'Empire n'a jamais été aussi puissant, aussi étendu à travers toute la Galaxie. C'est dans sa capitale, Trantor, que l'éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l'avenir. Grâce à elle, Seldon prévoit l'effondrement de l'Empire d'ici cinq siècles, suivi d'une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines. Une entreprise visionnaire qui rencontre de nombreux et puissants détracteurs...

Ma critique:Que vous aimiez la science-fiction ou pas, lisez cette série. Elle est simplement splendide. Mélange d’enquête policière, quête fantastique .Asimov a écrit ici une série captivante.
Le livre Fondation, — du cycle de Fondation 1 — comporte les cinq écrits originaux d'Asimov sur la genèse et les premières interventions de cette organisation. La première partie de cinquante six pages est proprement sublime, par les promesses qu'elle suscite. Intitulée les psychohistoriens, elle dévoile la théorie de Seldon et amorce le début de la Fondation sur Trantor, capitale d'Empire.
Plus ou moins inculpé, par un tribunal tout dévoué aux séides de l'Empereur, notre savant sauvera sa Fondation en acceptant l'exil de tous ses disciples sur Terminus, la planète la plus éloignée de la capitale.
Quelques siècles plus tard, après avoir dominé l'Empire la même Fondation en suivra les mêmes détestables chemins. Fort heureusement, une seconde Fondation, créée aussi par Seldon interviendra pour éviter la catastrophe.

(On a fait cette critique à plusieurs. il n'y a pas de copier coller!!!)

Politique...

8 étoiles

Critique de Martin1 (Chavagnes-en-Paillers (Vendée), Inscrit le 2 mars 2011, - ans) - 29 mars 2012

Fondation, c'est un bon livre. Et même un très bon livre.
Mais il me semble que j'arrive à dessiner l'auteur rien qu'en le lisant. Je peux me tromper bien sûr, parce que je n'ai lu que deux de ses livres, mais il me semble que :

- il n'est pas très fort pour les descriptions. A aucun moment on décrit un personnage.
- il n'est pas très à l'aise avec les femmes. Je dis ça pour m'amuser, je n'en sais rien en fait, mais je ne peux m'empêcher de penser que dans ce livre, il n'y a aucun personnage féminin (sinon la femme du Commodore qu'on ne voit que très brièvement), et ça manque beaucoup.
- Ses personnages ne sont pas du tout attachants. Mais quand même, leur fonctionnement psychologique n'est pas dénué d'intérêt. Cependant ils se ressemblent entre eux. Ils sont tous très intelligents. Dans ce monde, même les dindons ont des capacités cérébrales hors-normes.
- il n'est pas très fort pour faire durer le suspense. En effet, on ne peut pas éprouver de suspense, parce que tout va très vite... Asimov ne fait jamais durer une situation, il passe tout de suite au vif du sujet, à la clé des problèmes.
ça manque, je trouve, de longueur. En fait, à chaque chapitre on saute un demi-siècle, d'accord. C'est un choix de l'auteur. A chaque sous-chapitre, on passe directement à un évènement ou une discussion-clé. Asimov ne nous laisse pas le temps de suivre l'action, parce qu'aussitôt qu'on apprend que quelque chose va se faire, cette chose est déjà faite... C'est un choix de l'auteur aussi. Il ne veut pas qu'on s'ennuie. D'accord. Mais ce type de récit est difficile à suivre et un peu de description et de suspense nous ferait respirer un peu, ça ne pourrait être que bénéfique... En fait, ça m'empêche de savourer l'histoire comme j'ai savouré Harry Potter, ou Les Piliers de la Terre par exemple (ce dernier livre parle aussi beaucoup de politique, mais d'une façon plus aérée)

En fait, Asimov, on le comprend, son truc, c'est la politique, la géopolitique, et la psychohistoire. Tout ça en condensé. Ce livre est un livre d'histoire. Compact, complet, qui ne s'attarde sur rien, comme un manuel d'histoire. Son truc, c'est les relations entre deux états, leur dégradation ou leur renforcement. Son truc, c'est décrire la façon dont les personnages puissants se font des pieds-de-nez entre eux.

Alors, maintenant que j'ai fini pour les défauts, passons aux qualités. Parce que cette œuvre, souvent considérée comme la numéro 1 pour tout amateur de science-fiction, en possède une foule. D'abord, l'intelligence. Tout ce qui est écrit est très intelligent et on y voit plus clair sur les tensions géopolitiques de notre propre monde après ça. Ensuite, l'originalité. Je n'aurai jamais pensé à un scénario pareil. Ensuite, le dynamisme du récit. On ne s'ennuie pas. Sauf peut-être si on n'aime pas la politique (là c'est sûr, ce bouquin devient un assommoir). Enfin, l'humour ("pour lui, le meilleure moyen de casser une noix, c'est de tirer un coup de fusil atomique dessus, vous comprenez..." chapitre 3, II ).

Bon, un bon livre pour garçons, avec un style original et une histoire très lucide.

Une époque, c'est tout !

8 étoiles

Critique de Micheleff (, Inscrit le 19 août 2010, 76 ans) - 4 février 2012

Une série (fondation et les deux suivants: faisons abstraction des autres!) qu'il faut avoir lu en sortie d'adolescence...
Et qu'il ne faut pas relire = pourquoi abîmer ses souvenirs ?

En outre je soupçonne ce cycle magistral d'avoir mal vieilli et de ne plus éveiller ces merveilleuses impressions qu'il m'a procuré et que je ne saurais pas verbaliser à mon petit fils...

Célèbre mais très surestimé

3 étoiles

Critique de Eric Eliès (, Inscrit le 22 décembre 2011, 45 ans) - 22 décembre 2011

Le cycle de Fondation m'avait captivé quand j'étais jeune aolescent mais il n'a aucun intérêt pour un lecteur adulte. Les personnages, y compris Hari Sheldon, n'ont aucune épaisseur psychologique et le récit et l'idéologie d'Asimov sont finalement assez simplistes, voire même puérils quand on les compare avec la profondeur des oeuvres de Stanislas Lem ou de Philippe K.Dick. Je crains que le cycle de Fondation ne connaisse le même destin que beaucoup de livres de "philosophie romancée" du XVIIIème siècle (ex ceux de Swift et Voltaire) et ne devienne une simple oeuvre de la littérature de jeunesse.

L'Alpha

8 étoiles

Critique de Shintracteur (, Inscrit le 14 mars 2011, 36 ans) - 28 mars 2011

Première pièce maîtresse du premier vrai cycle de Fondation. Le parrain de la SF, comme le nomment les aficionados du genre, nous propulse dans un avenir lointain, trop lointain. Mais tellement probable...

Scénario ingénieux, tortueux mais qui, paradoxalement nous pousse à vouloir en savoir toujours plus, on se plait à découvrir un univers sous toutes ses coutures à travers le temps. Un voyage qui inspirera de nombreux auteurs, réalisateurs et scénaristes, devançant d'une année lumière les Star Trek et autres Starwars. Mais le meilleur se trouve au tome 2.

Un peu trop mou

7 étoiles

Critique de Loic3544 (Liffré (35), Inscrit le 1 décembre 2007, 40 ans) - 14 juin 2010

Cette critique est écrite après une deuxièmes lecture cette oeuvre, qui prend place dans une relecture globale de l'oeuvre d'Asimov dans l'ordre chronologique des événements (et pas dans l'ordre d'écriture).
Bon, je fus malheureusement "gêné" dans ma lecture par quelques anachronismes avec le roman précédent (l'aube de Fondation, qu'il est préférable de lire après quand on lit ces livres pour la première fois).
De plus, j'avoue que cet histoire par saut historique m'a un peu lassé sur la fin, alors que j'en gardais un très bon souvenir (sûrement à cause des romans suivants). Mais l'ensemble est très bien construit et suivre l'Histoire de la Fondation est vraiment intéressant. Il est clair que pour Asimov, le personnage principal de ce roman est la Fondation, qui va vivre des événements plus ou moins tragiques, guidés par certains préceptes de Seldon. Les personnages ne sont que des instruments au service de la Fondation. La méthode narrative est donc parfaitement logique, mais pas facile de s'y attaché tout de même.
L'ensemble reste malgré tout très cohérent et le style d'Asimov, très fluide, y est pour beaucoup.

Le firmament de la SF

9 étoiles

Critique de Belial (Anvers, Inscrit le 25 août 2005, 39 ans) - 5 juin 2010

Que dire sur Asimov et son cycle de Fondation qui n’ait déjà été dit au cours des soixante années qui nous séparent de sa parution ? Sans doute pas grand-chose. Fondation est sans doute une sinon la plus célèbre œuvre littéraire de la SF du siècle dernier.
Malgré les évolutions majeures sur les domaines politiques, sociaux et économiques survenues depuis, Fondation reste un coup de poing dans le ventre littéraire brutal pour le lecteur. Fondation décrit la chute d’un Empire et la vision d’un scientifique qui prédit une ère barbare grâce à la « psychohistoire », une science sociale mathématisée qui permet de faire des projections sur l’avenir de l’humanité. Ce grand homme a comme projet la « Fondation » dont le but est de conserver le savoir humain et de survivre à l’effondrement de la civilisation.
L’ambition de Fondation est démesurée : résumer en quelques pages les causes de l’essor et de la chute d’empires ainsi que les facteurs permettant de survivre et s’adapter aux grands changements sociaux d’une époque. Outre les réflexions pertinentes que suggère Fondation sur le rôle du commerce, de la technologie et du religieux dans l’édification de la domination d’une civilisation sur une autre, Asimov met formidablement bien en lumière la problématique du choix individuel par rapport aux déterminismes sociaux.
L’écriture peut paraître aride, mais on peut faire la même remarque sur une bonne partie d’œuvres de l’époque (le fameux âge d’or de la SF). Fondation oscille entre le roman et le conte philosophique et ce côté épuré convient à mon avis merveilleusement bien au genre. On n’a pas fini de parler de Fondation, et encore moins de le lire.

Par delà l'individu

10 étoiles

Critique de Requiem (Brest, Inscrit le 27 août 2009, 30 ans) - 16 janvier 2010

Fondation est à la fois l'un des titres les plus "classiques" de la science-fiction et en même temps l'un des plus à part.
Car ici, pas de héros valeureux dont nous suivons les péripéties. Le personnage principal est en fait la Fondation, organisation à la fois politique et économique, dont nous suivons l'évolution. C'est parfois l'un des reproches que l'on fait à ce livre ("Il n'y a pas de héros auquel s'attacher"), mais c'est également ce qui fait toute son originalité.
Pour peu que l'on parvienne à prendre un peu de recul pour être capable de nous intéresser non pas à un individu isolé, mais à une collectivité (avec tout ce que cela implique, comme une échelle de temps étendue), ce roman s'avère des plus passionnant. Les stratégies de l'évolution de cette société, présentées par les choix d'individus capables - de façon éphémère - d'incarner le groupe, s'avère d'une ingéniosité incroyable, et l'on se plait à parcourir le roman tout en se demandant "Mais comment vont-ils s'en sortir?".
En conclusion, Fondation est un titre majeur de la science-fiction, même si l'aspect un peu abstrait de ses évènements (l'histoire d'une société plutôt que d'un individu) peut en rebuter certains. Les amateurs d'Histoire ou de politique, eux, seront aux anges!

Excellent

9 étoiles

Critique de Lubra9222 (Paris, Inscrit le 11 avril 2009, 28 ans) - 13 avril 2009

Ce livre est un pur bonheur. Pour ceux qui aiment la Science Fiction il faut absolument le lire.

Asimov est vraiment l'un des meilleurs. L'histoire est vraiment passionnante et il devient vraiment très dur de s'arrêter de lire ce livre tellement on a envie de connaitre la suite.

Seul petit bémol comme dit précédemment c'est le saut des générations mais après la première partie on s'y retrouve parfaitement.

Fondation terminus.

2 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 48 ans) - 11 mars 2009

Au regard des élogieuses critiques je me faire flinguer à cause d' icelle. Outre le fait que je n'ai pu terminer le livre, et pour cause, impossible de s'attacher aux héros, à l'histoire. On saute une génération à chaque chapitre, les protagonistes ne sont pas attirants, et ne concentrent pas le récit. Outre les aspects dépassés de la technologie, le livre fut écrit il y a près de cinquante ans. Mais l'auteur est assez intelligent pour ne pas mettre trop de technologie, en tout cas cela ne gène pas la lecture. L'empire galactique est indéfinissable, les intérêts politiques sont basiques, un peu de machiavélisme, d'esprit retors et opportuniste. Je m'attendais à du vraiment passionnant et j'ai dû prématurément mettre un terme à cette lecture en rien interressante. Adieu fondation.

Ce qui se fait de mieux

10 étoiles

Critique de Jumpyjump (, Inscrit le 4 septembre 2008, 44 ans) - 4 septembre 2008

Le cycle Fondation d'Azimov est un chef d'oeuvre de la SF.

Très bon début

7 étoiles

Critique de Endymion (lille, Inscrit le 11 mai 2005, 39 ans) - 22 mai 2008

Ce livre nous fait découvrir les périples des premiers membres de la Fondation établis sur la petite planète Terminus, située aux confins de l'Empire. L'histoire est très bonne tant par sa diversité que par le traitement du sujet.

Le concept de la psychohistoire est très original, il faut lire les livres suivants pour vraiment devenir accro.

Un livre d'Asimov très bon, nécessaire à la compréhension des volumes qui le suivent.

Regard lucide sur l'évolution humaine

7 étoiles

Critique de Calepin (Québec, Inscrit le 11 décembre 2006, 38 ans) - 6 mars 2008

L'histoire prend racine dans la capitale d'un empire galactique qui amorce un lent déclin, à son insu. Hari Seldon, un professeur de plus en plus mis en marge par l'élite gouvernementale, prédit la chute de l'empire grâce aux calculs d'une science particulière : la psychohistoire. Il sera exilé sur la planète Terminus d'où débutera un grand projet pour la sauvegarde du savoir et la reconstruction future d'un second empire : la fondation.

En toute honnêteté, je suis dans mes premières armes en science-fiction (terme utilisé dans le sens d'une projection dans le futur), surtout datant de cette époque. Pour moi, Isaac Asimov était ma clé d'entrée pour ce type d'univers et dans l'ensemble, je n'ai pas été déçu. Malgré l'âge avancé du roman, je l'ai trouvé étrangement d'actualité, mais ce qui m'a davantage fasciné, c'est de constater avec quelle acuité Asimov décortique l'évolution "logique" de la race humaine et de sa société. Bien que j'ai trouvé l'intégration d'une religion scientifique un peu facile, le tout se tient à merveille : les raisonnements, l'évolution générale, les gestes politiques aussi complexes que retords et l'omniprésence des prévisions de la psychohistoire. La partie plus intellectuelle m'apparaît plutôt irréprochable. C'est sur le plan de l'écriture qu'il y a certaines faiblesses.

Isaac Asimov est probablement un scientifique avant d'être un écrivain. Ce n'est pas un mal en soit, mais l'écriture éprouve certaines lacunes. Ce n'est pas le choix de changer de personnages à chaque partie du livre (une partie couvre une certaine période de l'histoire, plus ou moins longue) qui m'a dérangé. C'est plutôt le peaufinage de ses personnages : peu développés, stéréotypés et plutôt semblables les uns des autres. Ce problème fait en sorte que les personnages principaux se ressemblent trop intellectuellement (comme c'est la partie la plus forte de Asimov, c'est également celle la plus présente) et donne l'impression qu'ils ne forment qu'un seul personnage.

Pour ce qui est de l'écriture, il y a peu de descriptions en général, surtout à propos de la technologie utilisée, hormis le fait que la majorité des choses fonctionne à l'énergie atomique. J'aurais aimé que son univers soit plus imagé, plus matériel, mais la place est plutôt prise par les dialogues et les réflexions des personnages. Est-ce par manque d'imagination ou la science-fiction de cette époque n'allait pas plus loin ? Ici, malheureusement, mon ignorance joue contre moi. Par contre, je dois dire que le style d'Asimov a réussi à attiser mon intérêt une grande partie du livre.

Somme toute, j'ai aimé le dépaysement que m'a procuré cette lecture et mon expérience est assez bonne pour me donner l'envie de récidiver !

Titanesque.

10 étoiles

Critique de Iamlolive (, Inscrit le 22 janvier 2008, 49 ans) - 22 janvier 2008

La série a connu 2 périodes.
Les 3 premiers tomes datent de la première période (années 50), et les 2 derniers tomes ont été écrits bien après (années 80, d'après wikipedia).

C'est clairement la première période qu'il faut privilégier.
Et c'est EX-CEL-LENT !!!

(note: je n'ai pas lu le prequel, cad "prélude à fondation" et "l'aube de fondation" qui datent également des années 80).

À lire absolument

10 étoiles

Critique de RatDeBibliothèque (, Inscrit le 22 janvier 2008, 34 ans) - 22 janvier 2008

Je suis amateur de SF et franchement ce livre (et la série au complet) est tout simplement génial. Vous attendrez avec impatience les apparitions de Hari Seldon.

Absolument culte

10 étoiles

Critique de Roi Lear (, Inscrit le 17 août 2007, 35 ans) - 18 août 2007

Je serai bref, puisque du même avis que les autres critiques : ce roman est tout simplement excellent.

Asimov est un pur génie. Ses personnages sont très crédibles avec à chaque fois une seule page de descriptions. A la lecture on ressent la beauté et la gravité du temps qui passe. Le tout est soutenu par une suite d'intrigues béton, s'inscrivant elles-mêmes dans une idée principale géniale.

C'est unique.

Monumental

10 étoiles

Critique de Gramsci (, Inscrit le 26 juillet 2007, 33 ans) - 27 juillet 2007

Fondation est la meilleure série de tous les temps, selon le prix Hugo 1966... Je ne suis pas loin de penser la même chose toute proportions gardées. Asimov est le père de la S F moderne, c'est lui qui a permis à ce genre cantonné aux pulps et aux écrivains de seconde zone d'entrer de plain pied dans la littérature. Avec Fondation il pose, à la manière de son personnage Hari Seldon et de la psychohistoire, les jalons d'un space opera intelligent et profondément idéologique.

Je résume l'histoire rapidement: un Empire Galactique déclinant, à tel point qu'il ne s'en est pas rendu compte, un mathématicien découvre que les mathématiques peuvent aussi servir à dresser des courbes statistiques prédisant l'évolution des mouvements sociaux et donc l'effondrement programmé de l'Empire, il baptis cette branche des mathématiques : psychohistoire. Naturellement, puisque la psychohistoire est une science statisque, la mise en place de certains facteurs permet au courbes de suivre un chemin particulier. La science a prévu 30 000 de chaos après l'écroulement de l'Empire, en mettant en place certains facteurs déterminants, cette période peut-être réduite à 1 000 ans tout au plus.

Hari Seldon, établit donc deux Fondations l'une à chaque extrémité de la Galaxie, pour que son plan se mette en oeuvre...

Fondation est une oeuvre profonde et humaniste, elle fait appel à ce qu'il ya de plus beau chez l'homme son esprit dans toutes ses formes, et la mise au service de cet esprit pour la construction d'un idéal. J'ai parlé de livre idéologique plus haut, l'idéologie est là, l'esprit au service de l'homme, l'Histoire est une science au service de l'Humanité, plutôt progressiste, non?

Alors bien sûr tout n'est pas parfait dans Fondation, on peut regretter l'absence totale de femmes dans le premier opus... Le style (beaucoup de dialogues, peu pour ainsi dire pas d'action) pourra rebuter les adeptes d'une lecture facile. Les personnages aussi ne sont souvent qu'esquissés pour laisser plus de place à l'intrigue et aux mécaniques qu'elle induit, néanmoins il s'agit bien de choix stylistiques, et ils peuvent se révéler interessant.

Cela dit les aspects philosophiques de cette oeuvre attirreront je l'espèer une catégorie de lecteurs peu habitués au genre, car peut voir dans la série des Fondation une application dans un univers fictif de la dialectique historique au moins selon Hegel, sinon selon Marx, pour les moins frileux d'entre vous.

à lire ABSOLUMENT

Remarquable

9 étoiles

Critique de Fa (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 43 ans) - 3 juillet 2007

Quelle imagination ! Quelle vision ! Et quelle description des jeux politiques !

Ce roman m'a étonné ; je suis soufflé qu'il ait déjà 55 ans !

C'est le premier Asimov que je lis et j'avoue que cela me donne envie d'en découvrir bien d'autres...

Seul petit bémol : quand le schéma narratif s'étale sur des centaines d'années, difficile de d'intégrer des personnages dont l'espérance de vie n'excède pas un chapitre. Asimov pallie cette lacune par le commentaire de l'Encyclopaedia Galactica. La fin de ce premier tome en est une excellente illustration.

Riche et fluide

9 étoiles

Critique de Milouse (, Inscrit le 26 décembre 2006, 31 ans) - 29 décembre 2006

C'est le premier livre que je lis d'Asimov et je dois dire que je ne le regrette pas. Ce livre nous plonge dans les tribulations d'un groupe de scientifiques paumés sur une planète nommée Terminus aux confins de la périphérie galactique. Pourquoi sont-ils là ? Quelle est leur mission ? Cet auteur qui possède un style d'écriture d'une fluidité incroyable nous plonge au coeur de l'intrigue et je n'ai pas lâché le premier tome avant de l'avoir fini.

Sans entrer dans les détails lisez ce cycle si vous aimez la SF c'est un incontournable.

Ambitieux oui, bien maîtrisé oui...mais...

7 étoiles

Critique de FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 36 ans) - 7 mai 2006

Je n'en suis qu'au premier tome. La technique narrative d'Asimov, déjà, me jette par terre. Quel talent, quelle poigne de fer pour diriger un récit. Son texte est méthodiquement bâti de façon a être léger, fluide et intelligible malgré la grande charge intellectuelle et réflexive de son oeuvre.

Un reproche? M'ouais...je n'ai pas été capable de m'attacher, de m'identifier a une problématique quelconque soulevée par Asimov. J'irai probablement lire les tomes subséquents de l'auteur. Ma curiosité est assez piquée pour le faire...

Bien mais pas top!

7 étoiles

Critique de Virgile (Spy, Inscrit le 12 février 2001, 39 ans) - 14 juin 2005

C'est vrai que, comme le dit Morrigan, dans le premier tome il ne faut pas espérer avoir le temps de s'attacher à l'un ou l'autre personnage mais les "sauts générationnels" sont moins fréquents dans les deux tomes suivants.
A part ça j'ai trouvé cette lecture agréable, de bonnes idées, des rebondissements amusants... mais pas grand chose de plus!
Ce ne serait pas une oeuvre que je citerais d'emblée si on me demandait un chef-d'oeuvre de la SF mais je la conseille quand même aux accrocs du genre.

Top

10 étoiles

Critique de Leto (seclin, Inscrit le 10 août 2004, 41 ans) - 5 juin 2005

Un vrai chef d'oeuvre!!!

Incontournable

10 étoiles

Critique de Sufull (Quevy-le-petit, Inscrit le 29 mai 2005, 42 ans) - 29 mai 2005

Un cycle parfait qui tient encore parfaitement la route à notre époque.
L'oeuvre d'Asimov est passionnante à lire, mais Fondation est un MUST.

Avis contraire!

1 étoiles

Critique de Palmyre (, Inscrite le 15 avril 2004, 57 ans) - 11 novembre 2004

Au risque de passer pour une iconoclaste, je ne suis pas du tout de l'avis général. J' ai lu le premier tome de la sèrie et franchement il a fallu que je me force à le lire en entier!L' idée de départ me plaisait bien mais tout ce dont on parle dans ce livre c'est de politique! De plus d'une page à l'autre on saute trente ou cinquante ans, les personnages changent sans arrêt, comment dans ce cas s'attacher à l'histoire d'un personnage ou d'un groupe d'individus?Décidément la littérature de science fiction ce n'est pas mon truc c'est encore un essai qui n'est pas concluant...

Ambitieux

8 étoiles

Critique de Arkady (, Inscrit le 29 mai 2004, 36 ans) - 9 juin 2004

Isaac Asimov a écrit ici un très grand livre. L'histoire: 10 000 ans après Jesus-Christ, l'empire règne sur l'univers. Hari Seldon, le psychohistorien, prédit la chute de l'empire, ainsi qu'une période de chaos qui durera des milliers d'années. Hari Seldon décide de créer la Fondation, où seront précieusement conservées toutes les connaissances de l'humanité.

La planète Trantor, la fondation, les psychohistoriens... Isaac Asimov a crée un univers riche et fascinant. A la fois anticipation et réfléxion politique, Fondation est une oeuvre à double tranchant.

Fondation c'est un livre magnifique, une oeuvre, un récit fantastique, une histoire pour voyager très loin dans le futur. Une histoire pour découvrir des planètes, des peuples et des régimes politiques.

Fondation c'est aussi une réfléxion sur l'avenir de l'humanité, sur la technologie, sur le pouvoir. Que fait l'homme quand il a le pouvoir de dominer d'autres hommes ? Ce côté là est d'ailleurs plus développé dans les autres livres du cycle, notamment "Fondation et empire" ainsi que "Seconde fondation".

Un très grand roman de science-fiction, ambitieux et passionnant.

Une oeuvre fondamentale

10 étoiles

Critique de Candyman (Paris, Inscrit le 25 mai 2004, 36 ans) - 26 mai 2004

Isaac Asimov, un des maîtres de la science fiction, a créé une oeuvre extraordinaire, l'histoire de la fondation. Ce récit s'étend plusieurs tomes et sur des milliers d'années.

L'empire galactique est à l'apogée de sa puissance. Mais Hari Seldon, un scientifique, a créé une nouvelle discipline: la psychohistoire. Grâce à des calculs, il peut prédire l'avenir.
Il prophétise la chute de l'empire galactique, inévitable, qui sera suivie d'un retour de l'humanité à la barbarie.

Pour que l'âge barbare ne soit pas infini, Hari Seldon décide de créer une fondation, où seront répertoriées toutes les connaissances de l'humanité. Cette fondation sera l'enjeu de luttes et de guerres.

Dans cette oeuvre fondamentale de la science fiction, tout y est: commerce, diplomatie, guerre...
Isaac Asimov a crée un monde où se côtoient des scientifiques, des marchands, des guerriers.


Au delà des batailles gigantesques, des complots, du voyage interstellaire auquel Isaac Asimov nous convie, c'est une vraie réflexion sur l'enjeu que peut représenter la science pour des nations.

Fondation est une oeuvre extraordinaire, un pilier de la science-fiction.

Monument

10 étoiles

Critique de Elric (Boussu, Inscrit le 15 mai 2001, 44 ans) - 7 septembre 2001

Tout simplement un indétronable monument de la SF. Une de ces oeuvres historiques qui transcendent le genre dans lequel elles sont écrites pour s'imposer, tout simplement, comme un monument de la littérature. Lisez le cycle en entier, vous ne le regretterez pas !

Le cycle de SF

9 étoiles

Critique de Neurone (Liège, Inscrit le 1 juillet 2001, 49 ans) - 1 juillet 2001

La première trilogie du cycle Fondation (Fondation, Fondation et Empire, Second Fondaion) est à mon sens une oeuvre majeure de la Science-Fiction. Issac Asimov y déploie son talent dans le genre. Il imagine le futur de l'homme dans une Galaxie conquise par lui et maintenant en péril par lui. Il nous fait vivre une formidable aventure aux périls multiples et aux retournements déroutants. Il décrit ce futur de façon si convaincante qu'il arrive à imaginer un monde auquel on croit. Et c'est là sans doute une des plus belles qualités de cet auteur maintenant disparu

Pour les sceptiques

10 étoiles

Critique de Elise (ll, Inscrit le 12 septembre 2000, 40 ans) - 17 avril 2001

Beaucoup considèrent la SF comme de la littérature de bas étage pour des ados boutonneux. Pour ceux-là, je leur conseille Isaac Asimov et plus particulièrement "Fondation". Ce bouquin est magique, grandiose... Le monde ou plutôt les mondes vus par Asimov sont surprenants. Quand on lit ce livre, on se rend compte de l'immensité de l'univers.
On s'envole...

Génial

10 étoiles

Critique de Alertinfo (Paris, Inscrit le 11 avril 2001, 45 ans) - 12 avril 2001

En général, je n'aime pas trop la science fiction et je trouve que c'est du temps perdu mais devant un tel chef d'oeuvre, on ne peut être qu'en admiration.
L'intrigue est passionnante et on devient prisonnier du livre très rapidement. On percoit aussi la philosophie à peine cachée qui s'applique à toutes les époques.
La socio-histoire est une sorte de discipline qui réunit toutes les sciences humaines. Les idées qui ressortent ont finalement peu à voir avec le futur.
Pour nous tenir en haleine, l'auteur utilise des rebondissements à presque toutes les phrases et c'est vraiment très agréable.
Merci Isaac

Forums: Cycle de Fondation (Le), tome 03 : Fondation

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  le cycle 6 Bristlecone 30 mars 2012 @ 19:34

Autres discussion autour de Cycle de Fondation (Le), tome 03 : Fondation »