La jeunesse de Tex, tome 2: Justice à Corpus Christi
de Mauro Boselli (Scénario), Corrado Mastantuono (Dessin)

critiqué par Septularisen, le 14 septembre 2021
(Luxembourg - 53 ans)


La note:  étoiles
LA VENGEANCE DE TEX WILLER!
Au début de l’histoire nous sommes aux alentours des années 1860 près de Rocks Springs dans la vallée du fleuve Rio Nueces (Texas du Sud). Tex n’est alors qu’un jeune cow-boy qui ne pense qu’à venger l’assassinat de son père. Après être allé jusqu’au Mexique pour poursuivre les assassins (1), Tex est de retour au Texas, mais notre héros découvre qu’il est recherché par la justice : compromis par ses ennemis, la Loi l’accuse de vols de bétail et sa tête a été mise à prix.

En venant à l’aide a la jeune veuve Harris, dont le ranch était attaqué par des pilleurs de bétails, Tex capture vivant Luis, l’un des pillards. Il ne peut malheureusement pas le ramener à Corpus Christ, le Shérif de cette ville étant corrompu… Il compte donc le ramener chez le Ranger Callahan, - qui l’a déjà aidé par le passé -, afin de témoigner en sa faveur et se faire disculper…

Mais, très vite Tex et son prisonnier sont pris en chasse et traqués par une bande de pistoleros, bien décidés à avoir sa peau…

On ne présente plus le personnage de «Tex Willer» qui, s’il ne s’est jamais imposé en France et au Belux, est une icône des fameux «fumetti» en Italie! Des chiffres de vente qui font rêver! Pensez-vous, chacune de ses aventures mensuelles se vend à plus de 250.000 exemplaires, et au jour d’aujourd’hui il en a déjà connu plus de.. 800! C’est d’ailleurs la BD la plus vendue en Italie! On retrouve ici les italiens Mauro BOSELLI (*1953) scénariste attitré des nouvelles aventures de Tex Willer, et Corrado MASTANTUOMO (*1962), au dessin... Qui ont la lourde tâche de succéder dans un album grand format au mythique duo de créateurs du personnage: Giovanni Luigi BONELLI (1908 – 2001) au scénario, et Galep (de son vrai nom Aurelio GALEPPINI 1917 – 1994), au dessin, qui sont les pères des personnages originaux de cette BD, parue pour la première fois en1948!

Le scénario de M. BOSELLI est solide et se tient bien. Comme souvent, on devine la fin de l’histoire bien avant qu’elle n’arrive, mais disons qu’en règle générale il n’y a pas trop d’accrocs. Si Tex dégaine toujours aussi vite, et a toujours la gâchette aussi facile, les fans seront surpris de voir que dans sa jeunesse, Tex ne fumait pas et ne buvait pas! C’est plutôt réussi, car il n’est sans doute pas facile d’imaginer les aventures du célèbre Ranger, quand il n’était qu’un hors la loi de la frontière mexicaine. Comme dans tous les bons Western on retrouvera les ingrédients classiques du genre, coups de poings, pétarades, violence, humour, justice expéditive, retournements surprise de l’histoire, etc, etc…

Les dessins de M. MASTANTUOMO, - qui, il faut le dire, a la lourde tâche de dessiner Tex jeune -, ne sont pas à la hauteur de ce que l’on pourrait en attendre! Ils ne sont ni bons, ni vraiment mauvais… Disons qu’ils sont… ce qu’ils sont!
Les scènes d'actions sont très dynamiques et les mouvements bien rendus, par contre dès que les scènes deviennent statiques, le dessin est moins bon. Passons aussi sur les visages, qui sur les vues lointaines ne ressemblent plus à rien, ou alors sont à peine esquissés (Pg 7/8/9 p. ex.), pour nous arrêter un instant sur le visage de Tex. Je comprends que M. MASTANTUOMO doit réinterpréter le visage de Tex avec son propre style de dessins. Mais, de là à dessiner Tex avec un visage qui ne ressemble à rien, qui a rajeuni par rapport au premier volume de cette histoire, qui semble perfide et méchant sur une page (Pg. 12), pour devenir quasiment «efféminé» et nonchalant, tout de suite après (Pg. 13)… Là, franchement je n’y comprends vraiment plus rien!

Maigre consolation, les vêtements des cow-boys sont vraiment très bien rendus, chapeaux et ceinturons sont vraiment très bien dessinés. On se croirait vraiment revenus au Far-West! Mention spéciale aux découpages, tout y passe, toutes les formes et toutes les tailles. Je remarque plus spécialement des petites cases, sans bordures qui viennent comme se « glisser », entre les autres, comme pour donner des explications supplémentaires à ce qui se passe dans l’histoire. On voit notamment ces cases Pg. 21/25/27… Je me dois aussi de dire un mot des couleurs de M. Matteo VATTINI qui sont vraiment très belles, et qui "rattrapent" un peu le tout. Mention spéciale à l’éternelle chemise jaune, foulard noir et au jean bleu délavé de Tex, les couleurs sont toujours aussi fortes (parfois trop il faut aussi le dire…) et vivantes.

Rien à dire de plus sur cette BD, qui si elle n’est pas vraiment l’idéal pour partir à la découverte de l’univers de «Tex Willer», - du fait que cet épisode se déroule avant que Tex rejoigne les Rangers, il manque les autres personnages secondaires, très importants dans la série Kit Carson (son acolyte Ranger), Kit Willer (le fils de Tex) et Tiger Jack (le frère de sang indien de la tribu des Navajos) -, permet en tous les cas au profane de découvrir cette série mythique et aux connaisseurs de découvrir la jeunesse du héros!

(1) : Cf. ici sur CL : https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/59291