La Grande Histoire des premiers hommes européens
de Henry de Lumley

critiqué par Colen8, le 24 mai 2021
( - 80 ans)


La note:  étoiles
Entre 2 millions et 350 000 ans avant notre ère
Un assèchement du climat de l’Est africain il y a 2 millions d’années a fait remonter des groupes du genre Homo erectus le long du Rift vers le Nord à raison de quelques km par génération. En suivant les migrations animales le long du Jourdain puis en traversant l’Anatolie sont-ils ainsi arrivés dans le Caucase au confluent de l’Eurasie. Là ont été découverts dans une couche de cendres volcaniques leurs plus anciens vestiges datés d’un peu plus de 1,8 million d’années accumulés pendant environ 60 000 ans. Ce genre encore charognard plus que chasseur désigné par le terme Homo georgicus vivait dans un environnement de savane arborée.
Vers 1,4 million d’années des traces humaines apparaissent sur le pourtour méditerranéen en Italie du Sud et quelque 200 000 ans plus tard dans l’Espagne andalouse, en Catalogne et en Castille. Leurs successeurs vers 800 000 ans qui se répandent sur les rives de l’Adriatique, dans la région des lacs puis le Latium toujours en Italie seront les Homo heidelbergensis ante-néandertaliens dont on ne connait pas encore assez bien l’évolution morphologique. Plus au Nord on trouve des traces d’occupation vers le Massif central, le Roussillon, la vallée de la Somme, en Angleterre, dans les grandes plaines d’Europe centrale et orientale.
La période comprise entre 600 000 et 400 000 ans est surtout matérialisée par le riche site de Tautavel sur lequel on a identifié les ossements appartenant à une vingtaine d’individus robustes musclés mesurant environ 1,65m dotés d’un volume cérébral évalué à 1100cm3. Vers 400 000 ans et jusqu’en 350 000 avant notre ère qui marque la fin de cette histoire la maîtrise du feu permettant la cuisson des aliments et les veillées nocturnes de groupes propices aux échanges sociaux accélèrent encore l’encéphalisation croissante de cette population dont la durée de vie dépasse rarement 25-30 ans en moyenne.
Chaque site répertorié livre en plus de pléthore d’information sur le climat, la flore et la faune, une infinité de détails sur les industries lithiques pratiquées sur place permettant de suivre l’évolution culturelle de ces européens archaïques qui adoptent bien qu’avec retard les réalisations oldowayennes et acheuléennes. On leur attribue l’expression d’un sens esthétique dans le choix des matériaux, par la symétrie latérale et faciale des bifaces, d’une pensée symbolique par le cannibalisme rituel, d’une conscience identifiée comme telle dans des lieux de types funéraires. Beaucoup plus tard viendront les Neandertal croisant temporairement les Sapiens avant de disparaître en leur ayant transmis quelques gènes au passage.
Il existe sans doute des ouvrages plus récents sur les premiers peuplements européens. Pour en savoir plus et connaître les derniers ouvrages de l’auteur : https://hominides.com/html/biographies/…