Le dernier coyote de Michael Connelly

Le dernier coyote de Michael Connelly
( The last coyote)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Heyrike, le 29 août 2004 (Eure, Inscrit le 19 septembre 2002, 51 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 11 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 682ème position).
Visites : 5 588  (depuis Novembre 2007)

La part d'ombre (HB – part 4)

Suite à une vive altercation avec son capitaine - il a balancé celui-ci à travers la vitre de son bureau - Harry se retrouve sous le coup d'une mise à pied, doublée d'une obligation de suivre un traitement auprès d'une psy. Au début très récalcitrant à l'idée de se confier à une parfaite inconnue, il finit par collaborer avec elle, surtout que sa réintégration dans ses fonctions dépend du rapport définitif de celle-ci.

Lorsque la psy lui demande de bien réfléchir aux raisons qui l'ont poussé à entrer dans la police et pourquoi il persiste à vouloir toujours mener ses enquêtes en solitaire et le plus souvent en entrant en conflit avec ses supérieurs, Harry comprend pour la première fois ce que signifie son engagement dans la lutte contre le crime et son attachement profond à la justice pour tous. "Car tout le monde compte ou personne ne compte". Comme ce fût malheureusement le cas pour sa mère 35 ans plutôt, sa mort n'avait à l'époque intéressé personne, après tout ce n'était qu'une pute.

Contraint au repos forcé, il se décide enfin à élucider la mort de sa mère (qu'il sait avoir depuis trop longtemps mis de côté, peut être pour ne pas avoir à en souffrir). Reprenant tous les témoignages remontant à l'époque des faits, il va remonter la piste qui le conduira jusqu'au meurtrier. Son périple sera semé d'embûches et de morts.

Les références au livre d'Ellroy "Le Dahlia Noir" sont évidentes, mais Connelly a su éviter le piège du déjà lu. Une intrigue très prenante durant laquelle Harry va enfin pouvoir se débarrasser de sa part d'ombre.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Le passé ressurgit

8 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 39 ans) - 28 août 2014

Cet épisode d’Harry Bosch fait partie de ceux qui sont importants pour les fidèles de l’auteur. En effet si l’on suit ses aventures dans l’ordre depuis le début, « Le dernier coyote » apporte des informations primordiales sur notre très cher inspecteur. En menant l’enquête sur son passé et en le passant entre les mains d’une psychologue, Michaël Connelly rajoute des facettes à son personnage principal, qui nous permettent de nous attacher encore plus à lui. Le destin de sa mère était un élément récurrent dans la pensée de Bosch et cet opus permet de remplir les trous de son histoire.
La plume de l’auteur est toujours aussi efficace, cette histoire est une nouvelle fois bien ficelée, et je continue avec plaisir la découverte de ce héros des temps modernes. L’atmosphère et le scénario de ce roman font un peu penser au Dahlia Noir de James Ellroy, mais Michaël Connelly y apporte sa touche personnelle pour en faire une pierre essentielle de son édifice littéraire. Je donne donc rendez-vous à Harry Bosch pour la prochaine étape…

toujours intéressant

7 étoiles

Critique de Martell (, Inscrit le 27 février 2004, 65 ans) - 15 août 2010

Dans cette histoire, Harry Bosch se découvre et j'ai bien aimé ça, même si côté suspense Connelly a déjà fait mieux.

De meilleur en meilleur

9 étoiles

Critique de Patsy80 (, Inscrite le 20 août 2009, 43 ans) - 12 août 2010

Je lis les Connelly dans l'ordre et à chaque fois que j'en ouvre un nouveau, je me prépare à être déçue par une redondance de style et de scénario. Eh bien, encore une fois, j'ai été bluffée. L'histoire sous-jacente de la mère de Bosh arrive sur le devant de la scène, on apprend enfin à mieux connaitre le flic et l'affaire est de nouveau très différente de tout ce que l'on a pu voir depuis le début.
Absolument génial bien que je ne sois pas sûre que l'on trouve ce livre aussi bien si on le lit de façon isolée, sans connaître les histoires précédentes.

Quatrième épisode série Bosch

9 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 63 ans) - 2 juillet 2010

Rappelons en préalable qu’Harry Bosch est un inspecteur du LAPD, la police de Los Angeles, plutôt atypique, et plutôt efficace aussi. Il est le héros récurrent de Michael Connelly. Et Michael Connelly se livre là à une « explication de textes » quant au passé lointain de Harry Bosch. Un passé souvent évoqué, effleuré ; l’enfance de Bosch et notamment l’assassinat de sa mère, prostituée de son état, et le drame de sa séparation d’avec elle pour être confié à une institution avant même la mort de sa mère.
Il faut dire que présentement Harry Bosch a du temps. On apprend au début du roman qu’il est suspendu, avec obligation de visites régulières auprès de Carmen Hinojos, psychologue, jusqu’à ce que celle-ci puisse le déclarer à nouveau apte au service.

« - Vous avez un problème, inspecteur Bosch. Et cela va bien au-delà de l’incident qui a eu pour conséquence de vous envoyer en congé. Voilà quel est le but de ces séances. Vous comprenez ? Cet incident n’est pas isolé. Vous avez déjà eu des problèmes auparavant. Ce que j’essaie de faire, ce que je dois réussir à faire, avant de pouvoir vous autoriser à reprendre vos fonctions, c’est vous inciter à vous regarder en face. Que faites-vous ? Que cherchez-vous ? Pourquoi rencontrez-vous ce genre de problèmes ? Je veux que ces séances soient un dialogue ouvert où je vous pose des questions et où vous me dites tout ce que vous avez sur le cœur, mais de manière constructive. Pas pour nous critiquer, moi ou ma profession, ni les responsables de ce département. Pour parler de vous, inspecteur. C’est de vous qu’il s’agit, et de personne d’autre. »

Et pourquoi me direz-vous Harry Bosch est-il en « congé obligatoire » ? He bien, il a ni plus ni moins balancé son chef détesté et méprisé à travers une cloison de verre de son bureau. C’est vrai qu’Harvey Pounds, le chef en question, tel qu’il nous est présenté ne remporte pas tous les suffrages !
Toujours est-il qu’entre interrogations métaphysiques sur son envie et sa capacité à poursuivre sa carrière, et la décision de se pencher pour la première fois, à titre personnel, sur le meurtre de sa mère, le cœur d’Harry Bosch n’a pas trop le temps de balancer, et les lecteurs non plus.
C’est très introspectif, très « pédagogique » sur ce qu’est Harry Bosch et surtout pourquoi il est Harry Bosch, et puis dangereux aussi. Dangereux pour tous ceux qui ont connu sa mère ou qui ont été mêlés à sa mort. Ca va descendre de tous les côtés, beaucoup de « méchants », je vous rassure.
Côté cœur, Harry Bosch qui entamait une liaison avec Sylvia dans l’épisode précédent s’est retrouvé largué et voilà-t-y pas qu’une Jasmine apparait.
Un excellent épisode de cette série. Un de plus.

L'introspection d'Harry Bosch

9 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 46 ans) - 4 mai 2009

Il est clair que c'est un des romans les plus psychologiques de la série. Harry Bosch est en plein doute par rapport à son métier de policier. Il a à peine conscience de dépasser les limites, mais c'est aussi cela qui fait sa force et qui le pousse à aller toujours plus loin pour résoudre ses enquêtes. Il ne regrette rien hormis de ne pas avoir pris le temps de s'investir dans la recherche de l'assassin de sa mère 33 ans auparavant. L'occasion lui est donnée de s'y plonger pleinement lors d'une mise à pied temporaire suite à l'agression sur son supérieur hiérarchique direct, Harvey Pounds. Bien décidé à retrouver le meurtrier, afin de purger son esprit et de réclamer justice vis à vis de sa propre mère, Bosch explore minutieusement les différentes pistes en utilisant, s'il le juge nécessaire, des moyens illégaux.
Obligé dans le même temps de suivre une psychothérapie au sein de même de la police, celle-ci lui permettra de mettre à jour la souffrance d'avoir trop tôt perdu un être cher, et d'expliquer en partie son comportement parfois "borderline".

Une fois de plus, et c'est devenu une habitude avec cet auteur, j'ai dévoré chapitre après chapitre pour finalement aboutir à une conclusion peu originale le concernant : excellent !

Bonne enquête mais moins bon enquêteur

5 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 40 ans) - 23 janvier 2006

Je suis un peu perplexe face à ce roman-policier.

Tout d'abord concernant Harry Bosch, le héros, je le trouve assez antipathique... evidemment il a des circonstances atténuantes, evidemment dans son entourage il n'y a presque que des "salopards",... mais lui, il est agressif, impossible à vivre,... et même si ce caractère évolue quelque peu à travers les pages, je ne l'aime pas. Et dieu sait que c'est important pour moi d'aimer mes héros...

Par contre, concernant l'enquête, j'ai souvent un a-priori négatif sur ces enquêtes reprises au sujet de crimes non élucidés et qui se sont déroulés plusieurs dizaines d'années plus tôt. Elles sont souvent trop lentes, personne ne sait jamais rien... Eh bien là, je reconnais que, après une mise en situation longuette, l'action est bien présente dans l'enquête, aussi bien dans le passé que dans le présent.

Donc voilà, je ne sais pas très bien quoi penser de ce roman. Pas mal mais nullement transcendant pour moi!

Stupeur et hurlements

8 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 50 ans) - 23 juin 2005

Un autre roman charnière dans la carrière de Connelly puisqu’il aborde l’assassinat de la mère de Bosch. On apprend plus de choses sur la personnalité de l’inspecteur, mais l’enquête est lente et moins soutenue que d’habitude alors que les rebondissements se retrouvent à la fin. Néanmoins, un titre fort dans la série.

Trop de psychologie

7 étoiles

Critique de Bud (Lille, Inscrit le 7 janvier 2005, 38 ans) - 7 janvier 2005

L'enquête est intéressante et nous permet de découvrir beaucoup de choses sur l'enfance de Bosch. Malheureusement les scènes chez la psychologue ne sont pas des plus palpitantes et cassent le rythme d'habitude si éffréné chez Michael Connelly.

Le livre est bon, les rebondissements sont présents, mais je lui préfére L'oiseau des Ténèbres, le Poète ou encore les Egouts de Los Angeles.

Bon polar...

6 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 63 ans) - 15 septembre 2004

J'ai lu ce livre car je voulais découvrir l'auteur dont j'avais beaucoup entendu parler... Bien sûr, un polar est un polar. Le vocabulaire est restreint, l'ambiance plutôt ordinaire, les personnages pas trop développés mais ce qui accroche dans ce livre, c'est l'intrigue. J'ai poursuivi la lecture car je voulais connaître le fin mot de l'histoire... et pour cela, je dirais que le livre atteint son but : un bon divertissement. Beaucoup de clichés par contre, Connelly complique son histoire à la limite du supportable vers la fin. J'ai déjà lu de meilleurs polars...

Ellroy et Connelly

8 étoiles

Critique de Tophiv (Reignier (Fr), Inscrit le 13 juillet 2001, 43 ans) - 30 août 2004

Connelly a avoué effectivement s'être inspiré d'Ellroy pour créer Harry Bosch. c'est peut être dans ce roman que Connelly nous en apprend le plus sur le passé de son personnage.

Un peu moins de suspense et un peu plus de psychologie que dans les autres livres de la série.

Forums: Le dernier coyote

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le dernier coyote".