La planète des singes de Pierre Boulle

La planète des singes de Pierre Boulle

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Bluewitch, le 5 mars 2001 (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 38 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 24 avis)
Cote pondérée : 9 étoiles (37ème position).
Visites : 11 343  (depuis Novembre 2007)

Bien loin des clichés commerciaux du film !

Je ne pense pas que j'aurais lu spontanément ce livre si je n'avais eu à le faire pour un cours de français, il y a bientôt 6 ans.
Franchement, c’était loin de m’attirer ! La planète des singes… J'avais entrevu le film qui ne m’avait pas plu du tout. Alors allais-je aimer le livre ? Non, voilà quelle fut ma première pensée. Mais je me trompais…
Voilà un livre bien inquiétant. Imaginez que la technologie soit enfin suffisamment poussée pour que nous soyons capables de parcourir l'espace et y chercher d’autres traces de vie. Et que la première planète " habitée " que nous trouvions soit un endroit où tous les rôles sont inversés… Le singe, un être pensant, l’homme, une bête sauvage. Comment prouver son humanité à des créatures se livrant sur vous à des expériences dignes de Pavlov ? Que s'est-il donc passé sur cette planète où tout semble si superficiel, si stéréotypé ? Et qui descend de qui ? ?
Le héros de cette expédition se nomme Ulysse Mérou et il est accompagné du professeur Antelle et de son second, Levain. Des trois, il sera le seul à supporter cette réalité qui les dépasse… et à s’en échapper. Enfin, qui sait.
Ce livre est admirablement bien fait. Subtile et fine, la plume de Pierre Boulle nous captive dès les premières pages. Après tout, voilà bien une question qui nous concerne tous : l'homme parviendra-t-il toujours à tout contrôler ? ? Datant de 1963, cette histoire est bien loin d’être pour autant obsolète, au contraire !
Croyez-moi, vous ne perdrez pas votre temps si vous décidez de lire ce roman !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La planète des singes

10 étoiles

Critique de Windigo (Amos, Inscrit le 11 octobre 2012, 35 ans) - 4 juin 2016

Ce roman est génial. Il est impossible de rester indifférent suite à cette lecture.

En l'an 2500, trois humains se rendent dans la constellation de Beetlejeuce, et découvrent une planète où ce sont les singes qui dominent, et où les humains ne sont que des animaux.

Le film de 1968, le seul de la saga que j'ai vu, est bien différent du roman, même à la fin.

Classique

9 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 35 ans) - 31 mars 2014

Pour une fois, je préfère l'adaptation cinéma (la première, de Franklin J. Schaffner, pas les autres) au roman original, qui m'a moins marqué sur la durée. Mais sans ce roman, pas de films (la saga de 5 films, plus le remake et sa suite, je ne préfère pas parler de ce remake et de cette suite, merci ; il y à eu aussi une série TV dans les années 70/80, je crois), et ce roman, français qui plus est (cocorico !), est loin d'être inintéressant. Je dirais même qu'il est vraiment remarquable.

Difficile, aujourd'hui, de le lire sans penser au film avec Charlton Heston, à sa fin grandiose ; pourtant, "La Planète Des Singes", le roman de Boulle, est totalement différent, aussi bien dans sa fin que dans ses personnages (on retrouve Cornelius et Zira, OK, mais les Terriens qui débarquent malgré eux sur la Planète Des Singes sont Français, ce qui est logique vu la nationalité du roman et de son auteur, aussi auteur du roman "Le Pont De La Rivière Kwaï" qu'Hollywood adaptera au cinéma). Commercialisé généralement dans une collection pour la jeunesse, ce qui peut donner une fausse impression du roman (qui n'est pas spécialement destiné aux jeunes, un adulte peut et doit le lire sans souci), ce roman très court est très réussi, un classique de la SF, un des meilleurs romans de SF français. Mais, comme je l'ai dit en intro, si j'avais à choisir entre ce roman et le film de 1968, c'est le film que je prend, pour une fois (désolé), bien qu'il n'adapte pas fidèlement le roman.
Je ne me vois pas donner moins que 4,5/5 ceci étant, dont acte.

Grand roman de science-fiction

9 étoiles

Critique de Marcel11 (Paris, Inscrit le 23 juin 2011, 19 ans) - 6 octobre 2013

L'homme restera-t-il le seul être vivant doué d'une intelligence ? Une autre espèce prendra-t-elle sa place ? Si la réponse est oui, il est très probable que ce soit le singe pour la simple raison qu'il a été notre point de départ dans l'évolution. Le professeur Antelle, son second Arthur Levain et le journaliste Ulysse Mérou découvrirent, à l'occasion d'un voyage spatial en 2500, une planète presque semblable à la Terre habitée par des singes et où l'espèce humaine est considérée comme une espèce animale. La civilisation simiesque de cette planète n'est pas meilleure que la nôtre parce qu'ils possèdent les mêmes défauts tels le plaisir de dominer ou la crainte de l'inconnu. Ce roman étudie les rapports qu'entretiennent les espèces intelligentes avec les animaux. Cette fabuleuse histoire écrite dans un style simple et claire m'a passionné. A lire absolument.

Une superbe réussite

10 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 45 ans) - 21 août 2013

Même si l'histoire est connue depuis longtemps, notamment grâce aux adaptations cinématographiques plus ou moins réussies, ce roman d'anticipation est une merveille d'originalité.

L'auteur nous entraîne dès les premières lignes dans cette histoire fantastique, bien construite et au suspense haletant (même si la fin est connue). De plus le style de l'auteur soigné et abordable magnifie ce scénario légitimement reconnu de tous.
Certes il s'agit d'une fiction, mais les interrogations quant à la nature profonde de l'homme et à ses agissements sur la seule planète capable de l'accueillir pour le moment sont plus que jamais d'actualité. Quelle vision du monde nous propose Pierre Boulle ! C'est tout simplement extraordinaire.

Une chose est certaine, et cela fait froid dans le dos, la nature reprendra ses droits quelles que soient les activités humaines. Qu'avons-nous fait depuis tout ce temps pour modifier un tant soit peu notre comportement, et ce malgré les multiples alertes lancées par les spécialistes et les avertissements de la planète elle-même ?

L'adaptation cinématographique de 1968 (celle avec Charlton Heston) s'inspire du roman dans les grandes lignes, mais parait totalement désuète de nos jours. Et que dire du jeu des acteurs! Tout autant dépassé. A contrario, l'œuvre de Pierre Boulle n'a pas pris une ride.

Tellement explicite

10 étoiles

Critique de Antihuman (Paris, Inscrit le 5 octobre 2011, 34 ans) - 20 novembre 2012

Bien entendu cette histoire originale réfute d'emblée toute idée de supériorité raciale (et ne parlons pas de ces régimes et dictatures bien lointains évoqués à laquelle la planète des singes est souvent comparée...) puisque ainsi que le stipule l'auteur de prime abord; de façon d'ailleurs plus ou moins directe et selon des concepts scientifiques en s'inspirant de travaux anthropologiques, "Singes et hommes sont des rameaux différents, qui ont évolués, à partir d'un certain point, dans des directions divergentes, les premiers se haussant peu à peu jusqu'à la conscience, les autres stagnant dans leur animalité." On remarquera que le singe, lui, refuse d'évoluer. Il a toujours raison parcequ'il est soit plus fort, soit plus nombreux, c'est tout. Quand il découvre une statue qui contredit ses belles thèses, il la brise et cela est normal comme il se prend à peu de choses près pour dieu.

Car le peuple humain est stigmatisé, infantilisé, déraciné tout en étant rompu au plus bas que terre par des singes de toute façon sans cesse à l'affût du moindre faux pas - du moins quand certains sont dignes d'un éveil quelconque, et d'autant plus aisément que tout sur Soror se base sur le matérialisme. Le singe est partisan. Le singe ne bouge pas ailleurs que chez lui. Le singe est consanguin. Le singe a le droit d'insulter. Le singe se croit homme et encore davantage. Le singe refuse toute action véritable ou dynamique individuelle qui ont pourtant déterminés le cours de l'histoire, sauf si c'est de peu d'importance ou pour faire comme tout un chacun - et pour cause cela causera au final sa perte. Le singe se croit désiré, il pense également que l'astronaute est très amoureux de sa guenon et qu'il ira jusqu'au mariage si tout va bien. L'homme rêve de la fabuleuse guenon. Le singe est travailleur. Le singe s'estime assez malin pour parler au nom de toute sa tribu. Le singe est juste égocentrique et hyper-narcissique. L'art primitif du singe est le meilleur. Le singe passe dans l'allée en osant toiser l'homme. Le singe espionne l'homme. Le singe surveille l'homme. Le singe imite l'homme. Le singe se sert de codes masqués ainsi que simiesques entre ses congénères pour définir l'homme. Le singe se croit le centre du monde; il est comme ces gens de l'Inquisition naguère sinon bien pire. Le singe est jaloux. Le singe veut tout et aussi l'argent du beurre. Le singe est brutal. En fait, le singe n'aime rien de plus que faire la leçon aux autres. Le singe est semblable à Tartuffe dans sa morale primaire. Le singe est mégalomane. Le singe croit que la sérénité des riches fait la justice de la société. Le singe vit en tribu. Le singe est soigneux. Mais l'homme, lui, ne peut pas penser par lui-même en définitive, et même en diable à la limite. De fait, les singes sont juste plus hypocrites, se drapant dans de splendides idées et diverses philosophies généreuses nées du néant... J'adore enfin certains passages plus que parlants: Comme ils ont peur de l'humain et encore davantage de l'astronaute, ils lui refusent entre autre le savon dans sa cage, puis s'étonnent ensuite qu'il soit sale !! A l'aide donc d'une hiérarchie toute-puissante contenant des sbires comme des penseurs, les singes sont des pervers qui ont placés tout le monde en esclavage et ce dés le jeune âge, et qui ne tolèrent ni disgression ni contradiction dans leur discours. Puisque la majorité des humains sont aveugles sinon affamés tant au point de vue que l'âme que du corps, pourquoi pas ?

Plus que jamais, cette oeuvre mythique est donc actuelle en dehors de ses aspects fort comiques, à ceci près qu'il faudra noter que ce sont les gorilles la plupart du temps le plus proche de l'homme (et non les chimpanzés, en fait plus méchants et beaucoup moins malins que l'on croit en définitive.)

Un livre qui donne à réfléchir !

10 étoiles

Critique de Naoki70 (, Inscrit le 13 septembre 2011, 39 ans) - 9 octobre 2012

En lisant ce bouquin , c'est obligé de se poser des questions sur l'évolution de l'humanité , et sur celle des singes aussi .
L'auteur nous plonge dans le miroir de nos sociétés . Les singes nous montrent de quoi l'homme est capable de réaliser : chasse à l'homme , lobotomie , expériences sur les animaux .....
Les pratiques nazies , les expériences des japonais sur les chinois , la chaise électrique , des atrocités ,hélas , commises par l'homme , voilà ce à quoi m'a fait penser ce livre.
Essayons , à notre échelle , de rendre ce monde meilleur , utopie quand tu nous tiens !
J'ai trouvé que les rapports entre Zira et Ulysse avaient quelque chose de très sensuel , qui donne une teinte d'humour , j'ai même senti une pointe de jalousie naitre chez Cornélius .
Super bouquin , avec une fin génialissime !

La planète des singes

6 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 38 ans) - 3 septembre 2012

J'ai bien aimé les vieux films mais je n'ai pas du tout accroché sur le livre. Je l'ai trouvé long et un peu ennuyant. Le problème doit être que je m'en étais fait une idée avant de commencer. Je ne sais pas si mon opinion changerait si je le lisais maintenant. Les goûts changent parfois avec l'âge et on voit les choses différemment. Une relecture est envisageable mais seulement dans plusieurs années.

Pierre Boulle réussit à nous faire réfléchir sur la place de l'Homme

9 étoiles

Critique de Buck (Rennes, Inscrit le 20 juin 2010, 29 ans) - 6 octobre 2011

Rares sont les livres qui réussissent à me marquer plus de 2 semaines après les avoir lus. « La planète des singes » est un fantastique livre qui introduit une réflexion sur la relation Homme/Animaux et au sens large Homme/Environnement, le tout en seulement 150 pages. Un condensé de bonne lecture.


Le scénario aussi est aussi bien organisé. Les scènes « d’ actions » et les moments où les paradoxes font émerger certaines questions aux lecteurs s’alternent bien, donnant du rythme au livre où j’ai été pris dedans toute de suite.


Comme je l’ai dit précédemment, le livre ne tient qu’en 150 pages. Certains verront dans cet argument une vision limitée de la lecture, mais ce petit format permet à ce livre d’être abordable par un grand nombre de lecteurs (ou pas) potentiels.


Enfin, je tiens aussi à féliciter Mister Pierre Boulle pour avoir écrit enfin une fin surprenante (je parle de la toute dernière page, dans le vaisseau spatial). Le détail sur la nature des personnages m’a fait dire que l’auteur ne nous a pas pris pour des billes et qu’il a essayé de nous surprendre jusqu’à la fin. C’est un argument personnel mais qui m’a fait tourner la quatrième de couverture en me disant « wahouuu ! »


Allez, je ne veux pas caricaturer mais je retiendrai comme seul arguments négatif certains passages un peu longs (et encore) comme la captivité de Mérou en cage par exemple. Mais tout livre a ces passages un peu longs... Alors je passe.
Un livre à mettre entre toute les mains et tous les cerveaux (humains...)

Cultissime !

10 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 52 ans) - 30 avril 2010

Ce roman de Pierre BOULLE a été mis en images ( films , séries , ........... ) sans jamais égaler le roman .
Oeuvre majeure de la SF " humaine " !

Simien sapiens

8 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 46 ans) - 10 juin 2009

De la sororité des planètes à la gémellité des individus, Boulle nous fait perdre notre latin. Sous couvert d'un texte assez simple, il nous pousse dans des réflexions assez lointaines. De la bestialité des rapports sexuels, ceux entre un homme et une femme-animal, et les rapports sentimentaux entre un animal-femme et l'homme. A ce sujet les rapports entre Zira et Mérou sont paradoxalement teintés de plus de dimension que ceux avec Nova pourtant de la même race. Les hiérarchies sociales, la répétition par imitation. Tout un canevas d'idées trouve ici sa place pour nous permettre de continuer après la lecture de réfléchir à l'humanité que nous pouvons et devons voir dans le regard de l'autre dans sa différence. J'avais abordé ce livre en dilettante, pensant me divertir, au final un bon moment de lecture à l'instar d'un " petit prince " qui dans son apparente simplicité oblige à réfléchir, à regarder derrière la ligne d'horizon.

Voyage au bout de l'espace

9 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 62 ans) - 5 mai 2006

J'ai lu ce livre par simple curiosité, connaissant l'histoire par le biais du film et de ses suites. Mais, il reste toujours intéressant de lire le livre à l'origine d'un film. On peut observer les changements qui ont été faits pour que ça passe mieux à l'écran. Mais, l'inconvénient, c'est qu'en lisant, on ne peut se faire de nouvelles images mentales. Les images du film envahissent notre conscience, on ne peut s'en empêcher, faussant notre perception du livre. J'aurais aimé l'avoir lu avant que le film soit sorti mais enfin...
Quoi qu'il en soit, c'est un bon livre de SF qui se lit vite car assez court. Malgré sa brièveté, le récit n'en demeure pas moins intense. La suprématie du singe sur l'homme est un véritable cauchemar pour nos trois explorateurs qui débarquent sur la planète Soror (soeur), nommée ainsi par eux en raison des nombreuses similitudes avec la planète terre. Les singes y sont la race intelligente et les hommes sont traités comme de vulgaires animaux, ce qu'ils sont en réalité compte tenu de leur cerveau assez peu développé. Mais les singes sont-ils si intelligents ? N'ont-ils pas plutôt imité une race d'humains d'une intelligence supérieure, ayant habité sur la planète plusieurs milliers d'années auparavant. Toute leur technologie et leur science ne seraient-elles qu'une simple imitation et non le résultat de leur propres recherches et découvertes ?
Le début est imaginatif, la fin également.
Une histoire passionnante à lire qui réserve de nombreuses surprises et rebondissements au lecteur et nous fait apprécier le fait que nous sommes les maîtres de notre planète...

Cocorico !

9 étoiles

Critique de Sinon (Paris, Inscrit le 17 mars 2006, 42 ans) - 27 mars 2006

Un grand classique du roman d'anticipation, que d'aucuns appelleraient S-F. Ecrit par un Français de surcroît !
Tout a déjà été dit et redit... L'ellipse du départ - qui s'explique dans les dernières pages - est un modèle du genre.
Le film avec Charlton Eston est peut-être l'adaptation la plus fidèle, mais je pense qu'il n'y a eu aucune adaptation cinématographique réellement à la hauteur du roman de Pierre Boulle.

Science-fiction caustique

10 étoiles

Critique de Ritsuko (, Inscrite le 16 décembre 2004, 41 ans) - 26 juin 2005

Cela fait longtemps que j'ai lu ce roman mais il est resté très vivace dans ma mémoire, peut-être parce qu'en ce qui me concerne, il est vite devenu autre chose qu'un roman de SF...
Pour moi, la science-fiction n'est qu'un prétexte pour P. Boulle. C'est un "décor" extrêmement pratique quoique subtil pour se lancer dans une diatribe féroce contre l'espèce humaine et pour lui donner une leçon d'écologie et de respect bien sentie.
Comme La Fontaine qui se servait des animaux pour fustiger les travers humains, c'est par le prisme de la société simienne que l'auteur s'attaque à l'humanité. Elle, et son petit orgueil qui lui fait se sentir soi-disant supérieure à tout être et chose, elle qui inflige la douleur et qui détruit tout ce qui l'entoure sous les prétextes les plus fallacieux, y compris ceux de la Science (la science, un "effet" de notre fatuité ?), elle qui refuse de voir ce qui est pourtant sous son nez parce qu'elle se croit hors de toute atteinte, sur son piédestal...
Je suis venue au roman par les films, mais à partir du moment où je me suis plongée dans le livre, je n'ai plus voulu regarder ces adaptations tant elles ne pouvaient, à mes yeux, soutenir la comparaison avec l'original... Connaissant T. Burton, j'espérais une satire à la mesure du livre... Et j'ai été déçue... Seules les toutes dernières minutes rendent justice au roman...

Le futur, la combinaison des possibles...

10 étoiles

Critique de FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 35 ans) - 23 juin 2005

J'ai découvert que le film "La planète des singes" était inspiré d'un livre en bouquinant sans vraiment d'attentes dans la section science-fiction de ma librairie favorite.

Pierre Boulle a compris ce qu'était l'essence de la science-fiction. La combinaison de possibles intrinsèques au futur rapproché ou distant, créant une alternative singulière au roman historique ou contemporain. Ce qui en fait un roman de science-fiction d'élite et aussi passionnant à mon avis, c'est que Boulle profite de cette représentation de ce qui n'est pas encore pour soulever des questions philosophiques par rapport à nos certitudes acquises.

Nietzsche a dit:"Ce n'est pas le doute, mais la certitude qui tue"

C'est le moteur derrière la réflexion de Boulle et celle d'Ulysse Mérou, son personnage principal. Qu'est-ce qu'est "l'humain"... qu'est-ce qu'est l'action de "singer". Est-ce si différent? Toutes ces théories bien pensantes scientifiques sur la supériorité de l'homme... à long terme, seraient-elles de la foutaise??

Nos certitudes tiennent à pas grand chose... on le réalise en découvrant cette planète des singes...

Singulier. Brrrr

10 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 36 ans) - 14 octobre 2003

Je l'ai lu, sauf erreur l'année dernière, pas plus tôt car j'avais des préjugés (comme avec Dumas et autres auteurs que j'ai commencé à apprécier plus tard)car je croyais à de la SF vraiment sérieuse, ce qui est quand même un peu le cas, mais aussi ennuyeuse. Alors dès que j'ai terminé le livre, j'ai ressenti quelque chose, car c'est tellement réaliste, ce qui est le comble pour la SF, que ça risque bien de nous tomber sur la tête quand on voit ces scientifiques qui apprennent tout aux singes pour communiquer avec eux, l'Homme a quand même dominé toutes les espèces et pourquoi ne se ferait-il pas dominer lui. Dans Terminator c'est par les machines, dans independence day et autres Stargate c'est par des Aliens et pourquoi pas par des singes. Brrrrrr

Très loin de l'action des films du Grand Ecran...

8 étoiles

Critique de Olorin (HobbitTown, Inscrit le 29 août 2002, 114 ans) - 17 septembre 2002



J'ai vu les deux films concernant ce livre, celui avec Charlton Heston et le récent qui date de 2001. J'ai bien aimé les deux films, beaucoup d'action et d'effets spéciaux (surtout celui de Tim Burton) mais le constat s'arrête là.
Je pense que je n'aurais jamais lu le livre si mon amie ne me l'avait pas conseillé en me faisant remarquer qu'il était fort différent des films. Il a suffi de ce détail pour éveiller ma curiosité et me mettre à le lire.

Pour résumer grossièrement, deux personnes ont attrapé dans l'espace une bouteille qui contient une histoire. Cette histoire est celle de trois astronautes qui sont pris dans un vide spatial. Après un voyage de plusieurs centaines d'années, ils atterrissent en catastrophe sur une planète où les singes dominent les hommes...

Dès le début de l'oeuvre on est plongé dans ce fabuleux récit, on se pose constamment des questions sur l'environnement qui les entoure, sur le pourquoi du comment...

Boulle s'est posé (encore une fois) en tant que philosophe sur son livre : il soulève la question sur le règne autoritaire de l'homme, sur sa façon de se comporter avec les autres espèces animales. Si un jour, l’homme ne se trouvait plus en haut de la chaîne alimentaire, que se passerait t'il ? .C'est sans doute pour répondre à cette question type que Pierre Boulle a écrit ce roman. On lit avec ferveur et on adore.

Une bonne histoire, de la réflexion, du suspense, ce livre a tout pour plaire. Je le conseille vivement.

Et moi qui pensais être la seule...

9 étoiles

Critique de Thémis (Ligny, Inscrite le 17 avril 2001, 47 ans) - 2 mai 2002

A ne pas avoir apprécié la nouvelle version ! C'est pourtant le cas et pour exactement les mêmes raisons que toi, Pendragon. Mais où était donc passé "beaux yeux", humain exceptionnel doté de la parole? Bref, j’ai été franchement déçue, à la limite, je me demande même si il n’y aurait pas plus une régression qu’une réelle évolution par rapport à l'histoire originale... ? Heureusement, il y a le livre qui lui est excellent !

ça y est... je reviens...

8 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 47 ans) - 24 avril 2002

... et je contredis d'emblée Rosemblum Petit, que j'adore pourtant ;-) Je n'ai pas du tout, mais alors là pas du tout aimé la version de Tim Burton et cela pour deux raisons : la première, purement esthétique, est que je ne trouve pas que ses maquillages soient supérieurs à ceux réalisés dans la version avec Charlton Heston et la deuxième, primordiale, est que dans sa version, bon sang de bon sang, les humains parlent !!!! Ce qui ôte toute vraisemblance quant au côté singe = être intelligent et humain = animal !!!!! Et cela m'a dérangé tout au long du film... à suivre ?
PS : les étoiles, c'est pour le livre, qui est un chef-d'oeuvre !

Littérature versus Cinéma...

9 étoiles

Critique de Rosenblum Petit (Marcinelle, Inscrite le 22 novembre 2001, 43 ans) - 24 avril 2002

Ce livre est très surprenant. Surtout quand, comme moi, vous avez adoré les deux versions cinématographiques réalisées (hélas) par nos "amis" les amerloques... Vous l'aviez sans doutes déjà remarqué mais je suis avant tout une fan de cinéma et de séries télévisées en tous genres. Je trouve vos critiques très justes au niveau du livre. Il est effectivement splendide. Mais... En ce qui concerne les deux films qui ont été tirés de ce livre (pas les suites ou la série télévisée), je ne suis pas d'accord mais alors pas du tout!
Remettons-nous en mémoire que le premier film intitulé "La Planète des Singes" a été réalisé par Franklin J. Schaffner en 1968. A l'époque (je n'étais pas encore née), on avait souligné le travail exceptionnel des maquilleurs pour rendre "humain" un visage simien. Il fallait quand même le faire! Nous sommes maintenant blasés par les effets spéciaux et autres trucages cinématographiques. Mon fils qui va avoir deux ans serait capable de reconnaître un décor qui défile d'une véritable chaîne de montagne. Le réalisateur avait même pris soin de respecter l'histoire de P. Boulle. Il ajoute une note personnelle en changeant légèrement la fin! Sans révéler la fin du livre, réfléchissez à la seule différence entre ce film et le livre: une distance, celle qui sépare notre Voie Lactée de la galaxie d'Orion, à peine quelques années-lumière... Et de nos jours qu'est-ce donc qu'une année-lumière?... Quant au second film, je ne dois pas être très objective en écrivant ce qui va suivre puisque je suis avec attention la carrière de Tim Burton, réalisateur en 2001 de cette nouvelle version de "La Planète des Singes". Je vous rappelle au passage que mon ami Tim est aussi le réalisateur de nombreux chefs-d'oeuvre -ce qui ne signife rien OK- tels que "Beetlejuice", "Edward aux Mains d'Argent," "L'Etrange Noël de Monsieur Jack" ou "Mars Attacks" pour ne citer que ceux-là. Ce "remake" n'en est en fait pas un. Vous remarquerez que les seules similitudes entre le livre et la "Planète Burton" sont : dans une autre galaxie les singes sont LES êtres réfléchis et la fin qui cette fois est identique à celle de Pierre Boulle. Ce film n'en reste pas moins un petit bijou que je vous conseille autant que le livre... Pour les amateurs du genre bien entendu!

Un vrai livre par un vrai auteur

8 étoiles

Critique de Marco (Seraing, Inscrit le 19 février 2001, 43 ans) - 6 novembre 2001

Il est regrettable que l'évocation du titre amène invariablement à penser au film (peu importe la version, et pour note, les suites innommables "Retour sur...", "Les Evadés de..." ou encore "La Conquête de..." ne sont absolument pas tirées de livres du même auteur!) et que la lecture du livre ne soit pas systématiquement prévue dans le programme scolaire, car autant le fond que la forme le rendent incontournable. C'est bien sûr beaucoup plus qu'un livre de SF classique (et tous les critiqueurs ont remarquablement cerné le propos humaniste) mais c'est avant tout la marque d'un grand auteur, d'un écrivain accompli qui sait raconter des histoires qui sonnent juste (pour rappel: il a également écrit "Le Pont de la Rivière Kwaï" d'après son expérience personnelle pendant la guerre... difficile de le classer comme un auteur de SF après ça!) en s'aidant non pas de grands effets spéciaux comme au cinéma mais de quelques mots judicieusement choisis. Bref, un nouvel exemple d'un excellent livre qui ne pouvait pas faire un excellent film.

Fabuleux

9 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 52 ans) - 1 octobre 2001

Le scénario est absolument génial, tout le monde le connait à cause du film, et pourtant ce livre garde toute sa magie; il est passionnant. Et la fin ne vous décevra pas (contrairement à celle du film).

La condition animale

10 étoiles

Critique de Tophiv (Reignier (Fr), Inscrit le 13 juillet 2001, 42 ans) - 19 juillet 2001

Et si l'homme n'était pas le plus fort ! Le thème majeur du livre est à mon avis le comportement de l'homme vis à vis de l'animal. ici les rôles sont inversés et les hommes se rendent compte de la façon dont ils traitaient les animaux quand ils étaient les maîtres.
C'est aussi la théorie de l'évolution, une espèce prend le pas sur une autre...
Au delà de ces thèmes, l'histoire est formidable et fait maintenant partie de l'imaginaire collectif. Même si on connait par coeur l'intrigue ,cela vaut la peine de lire ce roman classique de la SF.

Anthropocentrisme et singeries.

7 étoiles

Critique de Mauro (Bruxelles, Inscrit le 20 février 2001, 54 ans) - 9 mars 2001

Dans un homme, il y a du singe et dans un singe il y a de l'humain. Dans les années ’70, on tirait de ce livre une série de productions américaines qui avaient pour fond la guerre froide et limitaient donc forcément l'argument du texte. Bien des années plus tard, les films ont quelque chose d'éculé et de décoloré tandis que le texte conserve toute sa pertinence. C’est que le monde appartient à ceux qui y vivent, bougent et s’interrogent, non à ceux qui se le disputent et le déchirent.

Forums: La planète des singes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La planète des singes".