De cape et de larmes de Nina Nikolaevna Berberova

De cape et de larmes de Nina Nikolaevna Berberova

Catégorie(s) : Littérature => Russe

Critiqué par Sahkti, le 28 août 2004 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 46 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (23 699ème position).
Visites : 3 016  (depuis Novembre 2007)

Déchirure et indifférence

Où il est question d'une cape, trouée, composée en vers par un jeune homme qui vole le coeur d'une soeur adorée. Provoquant des larmes. Le déssèchement d'un coeur, la solitude d'un père, la tristesse d'une famille vivant dans la misère et rêvant d'un monde meilleur. Ariane et Sacha sont soeurs, elles s'adorent, jusqu'au jour où Ariane tombe amoureuse de Samoïlov et part avec lui. Séparation brutale dont sa soeur ne se remettra qu'en voilant son âme de la plus cruelle indifférence qui soit. Sacha et son père partent à Paris, la vie n'y est guère meilleure mais au moins on y est libres. La seconde guerre éclate, le père meurt, Sacha fait face à la vie. Avec la même froideur, les mêmes désillusions.

Court récit de Nina Berberova qui raconte les difficultés de vivre d'une famille russe, le chagrin d'une soeur quittée par son double sanguin. Une écriture violente, ne cédant rien à la sensiblerie ou au pathétisme bon marché. La vie peut être dure, Berberova le raconte et malgré l'espoir que l'on peut placer au bout du fusil, celui-ci n'est pas toujours au rendez-vous. C'est dense, triste et révoltant, comme si il était désormais devenu impossible d'admettre que la vie peut être aussi misérable.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un peu court

7 étoiles

Critique de Nathafi (SAINT-SOUPLET, Inscrite le 20 avril 2011, 53 ans) - 10 mai 2014

Dommage que ce livre soit si court... Certes, la vie de Sacha n'a rien de passionnant, elle survit, semblant être un poisson manquant d'oxygène. Quand sa soeur les quitte, elle et son père, c'est, pour la petite fille, la fin du monde.
Et puis, sa tante les prie de la rejoindre à Paris. Ah ! Paris, ville de l'élégance, des plaisirs, de la fête ! Heureux présage, et puis, finalement, le désenchantement.

J'aurais toutefois aimé que cette histoire soit plus longue, je ressens comme un sentiment d'inachevé, ou alors c'est le fatalisme qui en a précipité la fin.

Une musique douce

7 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 81 ans) - 1 novembre 2011

La jeune héroïne Sacha avait 10 ans lorsque son père l'emmène en exil à Paris, au cours de l'année 1920. Sa mère est morte et elle va vivre assez misérablement avec sa tante, comme bon nombre d'émigrés russes. L'occupation allemande va la rattraper.

Est-ce là l'idéal pour une jeune fille ? L'arrivée de son beau-frère, échappé du goulag, qui lui annonce la mort de sa soeur aînée adorée, met un comble à la situation.

Ce livre, écrit en 1941, reflète manifestement la propre vie de Nina Berbérova.

Forums: De cape et de larmes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "De cape et de larmes".