L'Homme qui voulait boire la mer de Pan Bouyoucas

L'Homme qui voulait boire la mer de Pan Bouyoucas
(The man who wanted to dink up the sea)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Débézed, le 26 janvier 2021 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 73 ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 266 

Epopée onirique

A cinquante-huit ans Lukas, un Grec exilé à Montréal, tout comme l’auteur, où il a réussi dans la restauration, est visité dans ses rêves par la jeune fille dont il était amoureux depuis l’école primaire et qu’il a abandonnée sur une plage de Leros, leur île natale, un soir, alors qu’il avait dix-sept ans et elle douze. Il n’a pas eu le courage de résister à la volonté de ses parents souhaitant le voir rompre avec cette fille pas assez bien pour lui. Avant de quitter ce monde, il voudrait lui demander de lui accorder son pardon pour ce lâche abandon, un pardon sans lequel il croit qu’il ne pourrait pas trouver la paix dans l’autre monde.

Un soir, après avoir dérogé à son poker rituel, il rentre tard et reste dan sa voiture, après l’avoir remisée au garage, pour prendre un somnifère afin d’être certain de dormir pour que la jeune fille, Zéphira, lui rende visite et qu’il puisse lui demander son pardon. Mais, il a omis de couper le moteur de la voiture dégageant des fumées toxiques qui l’empoisonnent. Heureusement, la locataire du rez-de-chaussée, s’étonne de ce long séjour au garage et le découvre agonisant, son intervention permet l’évacuation de Lukas vers un hôpital où les médecins, le croyant perdu, voudraient lui prélever quelques organes encore sains mais son épouse résiste contre vent et marée.

Pendant son transfert à l’hôpital et les longues négociations entre les médecins et sa famille, Lukas accomplit un long périple héroïque, digne d’une odyssée mythologique, au sein d’un immense cimetière où il rencontre des gens qu’il a connus, des gens qui l’aiment, d’autres qui lui en veulent plus ou moins et, pour certains, même à mort, lui tendant les pires traquenards auxquels il échappe toujours grâce à l’intervention de Zéphira. Mais, à son grand dam, celle-ci s’esquive chaque fois avant qu’il puisse lui demander son pardon, il reste donc en équilibre entre le monde des vivants et celui des morts : espérant vivre encore mais avec le pardon de Zéphira.

Ainsi l’auteur entraîne le lecteur en une aventure onirique dans l’exploration de cet espace qui pourrait exister entre la vie et la mort, comme dans la mythologie grecque il existait des dieux dans l’autre monde, des vivants dans notre monde et des héros dans l’espace entre les deux. Lukas naviguerait dans cet entredeux, là où évoluaient les héros. Ce texte, puise son intrigue au cœur des légendes grecques et dans certaines croyances issues d’un syncrétisme entre les religions antiques et les religions monothéistes actuelles. Comme dans la mythologie on retrouve les mêmes symboles sexuels, chaque personnage à une aventure, un désir, un écart, ..., qu’il lui faudra bien avouer un jour. Ainsi, chaque personnage est confronté, à un moment donné, à sa culpabilité, surtout Lukas dont l’auteur fait de la sienne l’intrigue principale de ce livre.

« Je n’ai jamais dit qu’on pouvait se servir des rêves pour changer le passé, mon ange. On peut faire de petites visites en rêve à ceux qu’on aime, oui, mais refaire l’histoire ? Personne n’a ce pouvoir… »

Dans cette épopée, l’auteur évoque outre la culpabilité, le culte nécessaire qu’il faut rendre aux aïeux pour accéder au monde des morts et y être accueilli en paix, la recherche de la vérité qu’il faut transmettre à sa descendance et la quête de la sérénité éternelle qui semble inaccessible à ceux qui ne l’ont pas méritée.

« Je me suis lancé dans ce rêve pour redresser le tort que je lui avais fait et dire tout ce que je n’avais pas su lui dire par le passé, afin de m’en libérer et de vivre en paix, avec ma famille, les années qui me restaient… »

C’est avec grand plaisir que j’ai acquis ce livre dans une vente de livre d’occasion, j’ai lu plusieurs titres de cette maison et j’ai toujours été ravi par ma lecture. J’ai trouvé ce texte, parfois, un peu rocambolesque mais l’Odyssée, l’Iliade et de nombreuses légendes grecques ne le sont-ils pas ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'Homme qui voulait boire la mer

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'Homme qui voulait boire la mer".