L'ami arménien de Andreï Makine

L'ami arménien de Andreï Makine

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Pucksimberg, le 10 janvier 2021 (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 41 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 289 

Une amitié adolescente sur fond sibérien

Le nouveau roman d’Andreï Makine est touchant et empreint de nostalgie et nous plonge dans « le Royaume d’Arménie » évoqué d’une façon si vive que le lecteur en sort presque émerveillé malgré la dureté du contexte dépeint.

Le narrateur, double de l’écrivain comme le souligne la quatrième de couverture, se souvient d’une amitié construite lors de ses treize ans avec Vardan, un adolescent arménien. La vie en Sibérie est dure, par son climat certes, mais aussi par la pauvreté qui y règne, par la violence de certains jeunes dans les rues et par le contexte politique. Vardan, atteint de la « maladie de l’arménien » est plus fragile que les autres jeunes. Cette maladie suscite des problèmes respiratoires, développe des plaques rouges et rend l’adolescent fragile. Souvent persécuté, Vardan est défendu par le narrateur qui va découvrir cette population isolée arménienne dans le quartier le Bout du diable, où ces êtres déracinés se sont installés à côté d’êtres aimés emprisonnés.

Andreï Makine possède une façon de narrer unique. Il nous emporte dans des contrées lointaines qu’il connaît bien et parvient à insuffler la vie à ses personnages d’une façon incroyable. Dans ce court roman, le lecteur découvre cette communauté arménienne avec plaisir et émotion. Le narrateur se souvient de deux photos vues chez Vardan, de la figure maternelle qu’est Chamiram, de la belle Gulizar … Il découvre ce monde qui n’a plus la grandeur d’antan, mais qui reste fascinant sous la plume de l’écrivain. L’on aurait presque envie de découvrir des auteurs arméniens pour plonger dans cet univers. Certaines scènes sont très marquantes comme souvent chez cet écrivain tant elles sont animées avec force et justesse. De plus, il y a une sensibilité chez cet écrivain qui parvient à décrire des réactions difficilement dicibles et pourtant il y parvient à l’aide d’images saisissantes comme ce moment de bascule évoqué dans le roman. Certaines scènes restent gravées dans la mémoire, elles sont visuelles, voire cinématographiques. Je pense à celle concernant Gagarine par exemple, ou celle où un couple d’amoureux aurait pu être en danger …

En lisant ce roman, le lecteur prend déjà plaisir à découvrir cette amitié, mais la toile de fond est loin d’être secondaire et éclaire sur l’Histoire comme c’est le cas dans de nombreux romans de l’auteur. Cela n’est jamais fait de façon didactique, mais avec subtilité. Cela fournit un éclairage très intéressant. A cet ancrage historique, s’ajoute la réflexion finale qui laisse poindre le regard de l’écrivain sur notre monde moderne connecté souvent illusoire, voire déconnecté du réel, un beau paradoxe.

J’ai vraiment aimé ce roman et regrette de l’avoir déjà fini. Andreï Makine est vraiment un grand écrivain. Ses romans sont marquants et sensibles.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'ami arménien

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'ami arménien".