Le Visage émerveillé
de Anna de Noailles

critiqué par Maranatha, le 7 novembre 2020
( - 48 ans)


La note:  étoiles
Eblouissant !
J'aime bien découvrir des auteurs au gré de lectures diverses et variées.
C'est Marie-Noël la Fauvette auxerroise et l'Abbé Mugnier qui m'ont fait découvrir Anna de Noailles.
Dans leur correspondance ils évoquent cette princesse française d'origine roumaine.
Elle m'était totalement inconnue avant cette découverte.
C'est assez étrange car elle fut dit-on un précurseur de Proust, elle a été la première femme Commandeur de la légion d'honneur, étrange donc que sa notoriété ne soit pas plus importante.
Soit, c'est avant tout une poétesse qui a écrit trois romans.
La langue est sublime, le style envoûtant.
Il s'agit d'une histoire d'amour entre une soeur et un jeune homme qui vient admirer un tableau dans la chapelle.
S'ensuivent des visites nocturnes très pudiques mais aux échanges verbaux magnifiques.
Puis doit venir le moment de la décision, rester ou partir .
Suivre Julien et être aimée de lui ou rester fidèle au Seigneur ?
La décision est prise en âme et conscience, difficile, elle implique toute une vie et celle d'un autre.
Une grosse centaines de pages où tout est dit clairement. C'est le style qui m'a vraiment plu au-delà de l'histoire.
C'est une belle découverte pour moi et je ne vais pas en rester là, je vais assurément lire d'autres livres de cette princesse.