Le Crépuscule des dieux de la steppe - L'Hiver de la grande solitude - Le Concert
de Ismail Kadare

critiqué par Tanneguy, le 7 novembre 2020
(Paris - 81 ans)


La note:  étoiles
Belle initiative de la collection Bouquins
On trouvera dans ce volume trois romans plus ou moins autobiographiques de I. Kadaré, passionnants pour tous ceux qui aiment ce monument de la littérature actuelle, originaire d'un pays peu connu, l'Albanie.

Le crépuscule des dieux de la steppe raconte la vie d'un étudiant albanais poursuivant en URSS ses études littéraires (ce fut le cas pour l'auteur...)

Les deux autres romans forment une suite ; le premier est centré sur la rupture entre URSS et Albanie après la mort de Staline et le rapprochement de Khrouchtchev avec l'Occident. Le second raconte la scission brutale entre la Chine de Mao et l'Albanie qu'elle tenait à bout de bras économiquement. Le texte de Kadaré éclairera beaucoup d'entre nous sur ce pays qui a l'ambition de rejoindre l'union européenne (!). Mais il s'agit aussi de romans et l'auteur introduit de personnages typiques de l'Albanie de cette époque : communistes bien installés mais tremblants devant le maître Enver Hodja, dictateur sanguinaire ; et bâtit des intrigues multiples mais parfois embrouillées. L'auteur s'intéresse également à ces deux pays auxquels fut liée successivement l'Albanie ; on trouvera par exemple de longs développements sur la Mort de Lin Piao dans des conditions toujours mystérieuses.

On s'intéressera également aux conditions dans lesquelles travaillait Ismail Kadaré dont les œuvres furent scrutées, disséquées par le "Parti" avant d'être souvent interdites. Eric Faye explique cela très bien dans sa préface remarquable.

Bonne lecture confinée et un clin d'œil aux courageux CLiens qui vont entamer une lecture commune du "général de l'armée morte"