Vous n'aurez pas les enfants
de Valérie Portheret

critiqué par Nathavh, le 13 septembre 2020
( - 55 ans)


La note:  étoiles
Indispensable devoir de mémoire
C'est un essai, un livre devoir de mémoire préfacé par Serge Klarsfeld et Boris Cyrulnik que nous propose Valérie Portheret. C'est un travail de fourmi de plus de 20 ans concernant la plus grande entreprise de la Shoah.

Nous sommes en août 42, les 16 et 17 juillet, c'était la rafle du Vél d'Hiv , 13 000 personnes dont 3000 enfants. Nous sommes en France Libre à Lyon mais le gouvernement de Vichy avec l'appui de la police et gendarmerie française, a accepté de livrer 10 000 juifs étrangers en zone libre, et Laval a proposé de livrer les enfants nés en France; pour lui un juif étranger est un déchet...

Gilbert Lesage est le chef du service des étrangers mais il est aussi résistant. Il va transmettre l'information que la rafle se prépare mais aussi jouer sur des exemptions pour les enfants en omettant de transmettre un télégramme qui annule ces modalités.

Le 26 août 1942, 1016 juifs sont emmenés au camp de Vénissieux, le centre devient un centre de ciblage. L'administration de Vichy est très pointilleuse sur les formes et l'administration, c'est ce qui va permettre à Lesage et les équipes de l'Amitié Chrétienne de s'organiser et sauver 108 enfants, enfin presque car trois ont malheureusement été repris et envoyés à Auschwitz.

Ce qui rend ce livre bouleversant, c'est que Valérie Portheret par son travail de longue haleine a pu identifier et retrouver 90 des 108 enfants. On suit avec beaucoup d'émotions le parcours de Rachel et son violon, Justus, Lili et bien d'autres ainsi que celui de Jean Adam jeune médecin à l'époque qui a lui aussi contribué au sauvetage en rendant certain inaptes à se déplacer.


Elle met en avant la solidarité du peuple français, les liens créés avec les familles d'accueil, le travail remarquable de l'Amitié Chrétienne, de l'Abbé Glasberg, le prêtre Chaillet, George Garel, Jean-Marie Soutou, Joseph Weill, le cardinal Gerlier et tant d'autres.

C'est en signant un abandon de leur enfant à la tutelle de l'Amitié Chrétienne que ces enfants doivent leur salut.

Ce document est un devoir de mémoire contre l'oubli et la barbarie. N'oublions pas que 75 % des Juifs vivant en France échapperont à la Shoah grâce au courage et à la solidarité du peuple français.

Ma note : ♥♥♥♥♥

Les jolies phrases

La forme prend le pas sur tout et détache des considérations humaines.

Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n'est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et ces mères de famille. Ils font partie du genre humain ; ils sont nos frères comme tant d'autres. Un chrétien ne peut l'oublier.

Il faut décortiquer tous les cas d'exemption possibles, négocier, convaincre, ménager les caractères, interpréter les instructions successives des différentes circulaires...

Pour tous ces hommes qui ont connu l'arrivée des nazis au pouvoir dans leur pays d'origine, le choix est certes déchirant, mais représente un dernier espoir pour sauver leurs enfants : la France incarne encore le champ de tous les possibles.

Le courage de ces femmes est exemplaire. C'est un insoutenable don de soi. Consentir à laisser partir leurs petits, c'est aussi admettre qu'elles-mêmes sont perdues. Elle ont conscience qu'elles ne les reverront sûrement jamais.