La machine Ernetti de Roland Portiche

La machine Ernetti de Roland Portiche

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Nathavh, le 6 septembre 2020 (Inscrite le 22 novembre 2016, 55 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 486ème position).
Visites : 155 

Passionnant

Attention, ce roman s'inspire de faits réels et nous emmène dans les caves secrètes du Vatican où se trouvent les pièces d'une machine à voir dans le temps. Une machine créée en pleine guerre froide par le père Ernetti : le chronoviseur !

C'est sur cette base historique que se construit cette fiction passionnante digne de Dan Brown. Un roman ésotérique écrit comme un thriller que l'on ne lâche pas. Un véritable page turner.

Nous sommes en pleine guerre froide. L'Église éprouve quelques difficultés avec d'un côté un pape - Pie XII - très ferme, conservateur et de l'autre, des prêtres ouvriers réclamant un autre visage, une Église plus libre, c'est ce que défend l'évêque "rouge" - Monseigneur Carvalho - vivant au Brésil qui veut provoquer un schisme !

Le pape reçoit un courrier à la mort d'Ettore Majorana, un spécialiste de physique quantique reclus qui a travaillé toute sa vie sur une machine à voir dans le temps. Un travail sur les neutrinos, qui sont capables de traverser la matière et le temps.

Le père Léonardo et le jeune abbé Pellegrino Ernetti ont pour mission de reprendre en secret les travaux théoriques et de construire la machine à voir le passé : le chronoviseur, tout ceci sous l'égide de Montini, secrétaire du pape.

L'objectif : montrer une image du Christ afin de raviver la foi des croyants et réconcilier la foi et la science.

C'est passionnant, de courts chapitres donnent le rythme. On part au Brésil pour suivre les desseins de l'archevêque Carvalho mais aussi sur les traces de Natacha une archéologue israélienne qui travaille sur des manuscrits de la mer Morte et dans les grottes de Quram, elle est persuadée que Jésus était un Essénien vivant là bas deux siècles plus tôt.

Étant en pleine guerre froide, CIA, KGB et MOSSAD surveillent et ont de l'intérêt pour ce qui se passe au Vatican.

C'est super bien documenté, un thriller instructif qui nous parle de théologie, de science, d'archéologie. Et si l'Histoire était autre ? que nos croyances ? Un roman qui questionne, qui intrigue. Lorsque secret et religion se côtoient, un des nombreux secrets du Vatican.

Gros coup de coeur

Ma note : ♥♥♥♥♥


Les jolies phrases

Non qu'il eût tout vu, le monde recèle plus d'horreurs que l'imagination peut en concevoir ...

Il savait que l'Église, comme l'armée, n'avait rien d'une démocratie. Toutes les vérités, mêmes les plus fondées, n'y étaient pas bonnes à dire.

Non, Jésus, c'est autre chose. C'était pour moi l'assurance qu'il existait dans le monde une réserve d'amour comme seule une mère peut en donner. Jésus incarnait cela. L'idée que, quelque part, même si vous êtes abandonné de tous, il y a quelqu'un qui vous aime. Sans cela, la vie n'a pas de sens.

Toute l'histoire des peuples, mon fils, repose sur des mensonges partagés. Des légendes, des actes supposés héroïques, des victoires qui n'en sont pas. Dévoilez ces mensonges, comme vous le ferez peut-être avec votre machine, et on vous clouera au pilori.

Freud mettait les âmes à nu, mais il avait découvert que personne n'aime ça ! Les hommes réclament la vérité sur tout, mais quand ils sont devant, ils se détournent ou la censurent !

Le vieux curé de ma paroisse disait que la foi est comme une fleur qu'il faut arroser chaque jour. Sans quoi elle meurt.

Les faits, disait Léonardo, sont changés par la mémoire qu'on en a. Il en tirait cette conclusion : l'Histoire, qu'on le déplore ou non, est un mensonge partagé.

Parce que les hommes n'aiment pas la vérité, ils préfèrent vivre avec leurs illusions.

Nous sommes bien payés en Pologne communiste pour savoir que les illusions ne sont pas seulement des erreurs, mais qu'elles sont souvent de confortables mensonges. Quand on a révélé la vérité sur les crimes de Staline, des gens à Cracovie se sont suicidés, le bon père Staline faisait partie de leur vie.

La vérité est comme le soleil, Alberto, on ne la regarde pas en face.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

J'ai beaucoup aimé aussi !

9 étoiles

Critique de Shelton (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 64 ans) - 10 septembre 2020

J'avais parlé de ce roman dans ma chronique estivale, L'été c'est fait pour lire, car ce fut une de mes bonnes lectures du mois de juin dernier...

On va commencer par dire qu’il s’agit d’un roman, basé sur un petit fait véridique au départ. Mais c’est bien une fiction pure car très rapidement l’auteur prend ses libertés avec l’histoire. C’est un peu comme une uchronie, il y a du vrai mais pas que…

Deuxième élément important de ce roman, il est à la fois scientifique, archéologique et spirituel… Je m’explique. Scientifique car tout part de physique quantique. Certes, il ne faut pas être expert dans cette science pour apprécier le roman mais il ne faut quand même pas être allergique aux sciences physiques si vous ne voulez pas vous lasser au bout de quelques pages…

Archéologique aussi car une partie du roman va se dérouler du côté de Qumran, avec les restes d’un monastère essénien, les grottes des manuscrits de la Mer Morte et l’équipe de dominicains qui travaille à leur traduction… Il n’y aura pas que des dominicains car on aura aussi la jeune Natacha, israélienne et archéologue, très présente et active dans cette histoire et pas dominicaine pour un sou !

Enfin, spirituel car derrière toute la quête autour de la machine Ernetti, il y a l’existence de Dieu, la réalité de Jésus, le lien des humains avec le temps… Bref, il s’agit bien de la quête métaphysique et spirituelle même si chacun des personnages ne la conçoit pas de la même façon… Rien de commun entre le pape Pie XII, le père Ernetti, le cardinal d’Amérique du Sud, l’espion des Etats-Unis ou le responsable du Mossad… Mais chacun est dans sa recherche, dans son interrogation, dans sa quête…

Voilà, je vous ai tout dit mais peut-être pas tout quand même… La machine Ernetti est un chrono-viseur. C'est-à-dire une machine qui permet d’aller voir dans le passé… Ce n’est pas une machine à remonter le temps pour aller vivre dans le passé mais seulement d’aller voir ce qui s’est passé… reste à savoir ce que l’on peut voir et les conséquences que cela pourraient avoir sur la vie de l’Eglise, sur les sciences, sur la foi des êtres humains…

Voilà, je complèterai en précisant que la structure du roman est proche du feuilleton classique avec de très nombreux chapitres (99 chapitres, de très nombreux personnages, 445 pages), une fois que l’on est pris par l’histoire, on ne peut pas s’en défaire, c’est écrit correctement mais sans plus, un peu à la manière scénaristique et ce n’est pas surprenant puisque Roland Portiche est réalisateur et auteur de documentaires TV. Mais on n’est absolument pas surpris qu’un docteur en philosophie et licencié en lettres ait choisi un tel sujet pour son roman « La machine Ernetti » !

Forums: La machine Ernetti

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La machine Ernetti".