La Philosophie politique aujourd'hui. Idées, débats, enjeux
de Christian Delacampagne

critiqué par Falgo, le 23 août 2020
(Lentilly - 80 ans)


La note:  étoiles
Formidable parcours historique dans la philosophie politique
Le philosophe a un projet (p.13): "montrer en quoi les débats politiques d'aujourd'hui s'enracinent dans une longue histoire philosophique qui, en, retour, contribue à les clarifier".
Pour ce faire, il définit neuf débats qu'il éclaire au cours des 11 chapitres du livre autour des grands principes suivants: tolérance, séparation des pouvoirs, liberté, égalité, justice, réduction des inégalités, démocratie, capitalisme, Etat-Nation, nouvel ordre international, droit d'ingérence, cosmopolitisme, rôle de l'Etat et dépérissement de ce rôle.
Chacun de ces principes est présenté avec ses défenseurs et ses opposants. Ce qui permet à l'auteur de dresser un parcours historique partant de Platon et Aristote pour se prolonger par Bodin, Hobbes, Machiavel, Montesquieu, Foucault, Rawls et tant d'autres. Cet essai se conclut par une profonde réflexion sur le rôle de l'Etat-Nation, ses limites actuelles et les sources d'un nouvel ordre international. Pour celle-ci il fait appel à des philosophes peu cités sur ce point: Nietzsche, Kant, Cohen, Derrida, dont les pensées sont excellemment analysées.
Ce qui frappe le lecteur dans ce parcours, c'est que des mouvements actuels, présentés comme novateurs, ont des racines anciennes et ont parfois fait l'objet de longs débats . On voit par exemple que les positions des "gilets jaunes', sauf leur émergence présente, ont parfois suscité d'intenses débats par le passé. Le plus novateur porte sur l'avenir et l'émergence d'un nouvel ordre international. Hors Kant et le cosmopolitisme, Delacampage s'appuie sur les travaux des anthropologues en Amérique et en Afrique sur les sociétés régulées sans Etat central, en particulier sur ceux de Pierre Clastres. Or ils portent sur des groupes de quelques centaines d'individus, alors que notre avenir en concerne des milliards. C’est à mon sens la limite d'un travail par ailleurs si enrichissant.