La géographie, reine des batailles
de Philippe Boulanger

critiqué par Colen8, le 12 août 2020
( - 79 ans)


La note:  étoiles
La reine est à la traîne
La géographie militaire a été l’un des outils de la préparation des débarquements alliés en Provence (1943) et en Normandie (1944). Napoléon s’en était servi victorieusement à Ulm ainsi qu’à Austerlitz (1805). C’est façon d’en rappeler l’importance stratégique. N’ayant pas toujours été perçue à sa juste mesure elle s’enrichit de la multiplication des sources de données de terrain, les croise aux données socio-culturelles locales, bascule vers le tout électronique des médias, du numérique, des big data, de l’IA, de la 3D, échange grâce à l’interopérabilité entre systèmes.
A partir de là, de leur expérience cumulée depuis la guerre froide, les américains ont développé le concept global de « Geospatial Intelligence (Geoint)(1) » sur lequel s’alignent progressivement d’autres puissances à commencer par l’Allemagne, la Grande Bretagne, la France, suivies par l’Inde, la Russie, la Chine, le Japon, Israël, certains états du Commonwealth, certains états du Golfe. Comme les Etats-Unis toutes sont ou seront confrontées aux difficultés de leurs opérations asymétriques contre le terrorisme et les guérillas principalement en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique.
L’auteur a réalisé un travail colossal de collecte et d’analyse sur les besoins croissants de la géographie à tous les niveaux des opérations militaires sans omettre les technologies mises en œuvre et leur évolution. Faut-il s’en réjouir ou bien le regretter ? Les industries de défense mondiales faute de moyens en termes d’investissements et de ressources humaines sont largement dépassées par les géants civils des télécoms, du numérique et autres GAFAM en matière d’innovation et de performance technique !
(1) Geoint consiste à visionner de façon dynamique après fusion : le renseignement, les données géographiques physiques (géo-référencées, géo-localisées, multi-sources, multi-capteurs), les données humaines, l’imagerie géo-spatiale.