La lucarne de José Saramago

La lucarne de José Saramago
(Claraboia)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par SpaceCadet, le 6 août 2020 (Ici ou Là, Inscrit(e) le 16 novembre 2008, - ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 548 

Roman et regard d’un écrivain en herbe sur le Portugal des années 1950

Composé au cours des années 1940 ‘La lucarne’ serait, si l’on se fie à la bibliographie officielle, le second roman qu’ait écrit José Saramago. Une fois complété, refusé par l’éditeur à qui il fut proposé en 1953, il sombra dans l’oubli et lorsque l’on retrouva le manuscrit en 1989, son auteur qui en fut informé, refusa d’en autoriser la publication, ajoutant que tant qu’il serait en vie, ce livre ne verrait pas le jour.

Il fut donc publié à titre posthume.

Sachant cela, j’ai longuement hésité avant d’acquérir ce roman mais le hasard ayant voulu que j’en prenne connaissance au moment où je souhaitais lire une histoire se déroulant précisément dans un contexte tel que celui décrit dans ‘La lucarne’, je n’ai pas pu résister à la tentation d’acquérir le livre et bien sûr d’en faire la lecture.

Brièvement, ‘La lucarne’ nous emmène dans un quartier populaire de Lisbonne et nous introduit aux habitants d’un immeuble dont nous découvrons l’existence telle qu’elle est et telle qu’elle va se dérouler au cours du printemps de l’année 1952.

Composé de six logements, l’immeuble, situé dans un quartier populaire, abrite une variété de foyers (couples, célibataires, familles) dont les histoires, mises ensemble, constituent une sorte de mini portrait de société voire d’époque, à travers lequel l’auteur explore la notion de bonheur vis-à-vis notamment des choix que l’on fait et qui éventuellement définissent notre existence.

On sent, de par le point de vue idéologique qu’il adopte, l’esprit de l’époque et plus précisément celui qui animait José Saramago au moment où il travaillait sur ce roman.

Tout comme la narration, la structure est plutôt simple et c’est dans une alternance précautionneusement équilibrée qu’au fil des chapitres, le récit passe d’un foyer à l’autre, nous permettant ainsi de suivre l’évolution et la petite histoire de chacun des dix-huit personnages décrits.

Plutôt bien conçu, ça n’est cependant pas un roman d’une profondeur et d’une qualité exceptionnelle. Mais tenant compte du fait qu’il ait été écrit en début de carrière par un écrivain en devenir dont le regard posé sur le monde exhibait encore les caractéristiques de la jeunesse, il est tout à fait remarquable de constater chez lui, cette capacité déjà bien installée d’observer le monde qui l’entoure, puis de tracer le profil et les contours psychologiques d’autant de personnages typiques dont les pensées, les réactions et les actions sont tout de même assez bien tracés.

Cela étant, par rapport à l’ensemble de la production de l’auteur, ‘La lucarne’ reste une réalisation appartenant à celle d’un débutant. Son intérêt s’inscrit donc (à mon avis) plus dans le cadre d’une lecture complète ou d’une étude de l’œuvre que dans celui d’une lecture ponctuelle.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La lucarne

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La lucarne".