Liège au temps des sixties
de Jean Jour

critiqué par Catinus, le 30 juillet 2020
(Liège - 69 ans)


La note:  étoiles
Vintage
En deux tomes, le journaliste Jean Jour nous raconte les années soixante à Liège. Il commence par évoquer ses premiers mois au journal « La Wallonie » situé rue de la Régence, ses collègues, l‘ambiance au travail, de bureau d’abord, sur le terrain ensuite. Pas de cadeau, il faut faire ses preuves et bosser. Les deux ouvrages abordent plusieurs grands thèmes : les faits divers, la vie culturelle, artistique, les people, les reportages, les changements dans le traitement de l’information. Jean Jour a pu réaliser une nombre assez impressionnant d’interviews d’artistes dont Léo Ferré, Anne Sylvestre, Cloclo, Fernandel, Bécaud, Richard Anthony, Charles Aznavour, France Gall, Barbara, Nougaro, Jean Ferrat, Johnny Halliday, etc. De petits et grands moments de la vie de tous les jours (qui ont sacrément vieilli) mais chacun y trouvera à coup sûr l’une ou l’autre pépite.

Extraits :

- Georges Remy (Rem) est chef de la rubrique sportive. Connu pour son allure dégagée et sa manière altière de poser de côté son couvre-chef, c’est aussi un dramaturge dont la pièce «Il a pèté », écrite après les robots (V1 en 1945) a connu un succès fou. Chroniqueur à la plume poétique qui sait se faire acérée, il est, en outre président du conseil provincial où son sens de la répartie rend parfois les séances aussi délirantes qu’au théâtre.

- ( à propos de ses collègues) Je les retrouvai souvent attablés au Gai Village, le café en rotonde entre les rues Général Jacques, « la rue aux frites » et Sainte-Ursule, « la rue aux vieilles putes », à bavarder devant un demi ou à taper le carton.