Les prédictions de Nostrabérus
de San-Antonio

critiqué par Pierrot, le 2 avril 2020
(Villeurbanne - 68 ans)


La note:  étoiles
Le bousier.
Le boursier…
Résumé
En Suède, San-Antonio et Bérurier sont chargés de retrouver un tueur insaisissable détenteur d'un lourd secret. Comme ce dernier est amateur de sciences occultes, on lui tend en piège en faisant passer Bérurier pour un grand mage qui va au bout du compte révéler un véritable don pour la voyance !
Commentaire.
Après (Un os dans la noce), aux riches ricochets, mais peu réjouissants, j’ai persévéré en lisant « Les prédictions de Nostrabérus » Et bien m’en a pris, puisque dans cette quatre vingt troisième aventure de notre agent très spécial, San Antonio tombe sur plus libertin que lui.
Puisque l’entrée matière, si j’ose dire, est plutôt merdique mais d’une hilarité peu commune. Notre agent doit en effet faire face (sans défense) aux ‘morses’ d’un très marginal ‘bousier’ suédois dans ce qui est son amuse gueule favoris. J’ai pensé illico au renard et la cigogne…S’en suit plus tard, une partouze avec des voitures, particulièrement délirante, ou Béru assiste postérieurement lui, au camouflage intégral de l’emblème d’une Rolls-Royce.
Donc ici, tout se prête pour moi aux rires, et peut-être pour d’autres au pire.
Jubilatoire.