Honorine de Honoré de Balzac

Honorine de Honoré de Balzac

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Veneziano, le 24 mars 2020 (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 42 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (20 372ème position).
Visites : 712 

Des peines dramatiques d'amour

Maurice de l'Hostal a été le secrétaire du comte Octave, aristocrate génois, distingué, fort digne et respecté, par ailleurs fort pieux et sans ostentation. Il a fini par découvrir l'existence d'un drame personnel, qui tint à sa séparation avec sa femme, Honorine, partie vivre avec son amant. Il a tenté beaucoup de choses pour la faire revenir, sans succès pendant longtemps, Maurice a pris le relais. Puis, la belle a elle-même été victime de la séparation de son amant, et a fini par vouloir réparer son erreur initiale, sans que cela se passe au mieux, loin de là.
Cette courte nouvelle constitue un drame sentimental, teinté d'un amour fort et pur de la part de la victime première de la situation, Octave. Elle se lit d'une traite, ébranle, voire bouleverse. Si la trame reste classique, la narration et le style tiennent fortement en haleine.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le grand amour !

8 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 60 ans) - 14 octobre 2020

Pourquoi Honorine a-t-elle quitté Octave, quittant le confort d'une vie moelleuse ?
Au travers le récit de Maurice de l'HOSTAL, secrétaire et ami du Comte, l'histoire d'Honorine se découvrira lentement.
Comment vit-elle dans sa retraite où elle est protégée à son insu par son mari éploré ?
Le couple parviendra-t-il à se reconstruire ?

Un grand texte de pur romantisme, Balzac commence à associer la mort avec l'amour. Cette imparable recette qui donne une ampleur particulière et démesurée aux grandes histoires sentimentales.


CHRONOLOGIE : Comme souvent avec Balzac il faut calculer : une phrase "Au commencement de l'année 1826, le comte avait sans doute achevé de m'observer, et nous étions aussi liés que peuvent l'être deux hommes" signifie que l'histoire que raconte Octave de Bauvan précède cette date où il aurait aux environs de 45 ans.

PERSONNAGES

– Comtesse Honorine de BAUVAN : élevée par les parents d'Octave, elle a 16 ans quand il la rencontre. La nouvelle ne donne que son prénom emblématique. C'est depuis 1822 qu'elle habite rue Saint-Maur. Elle a 29 ans en 1827 et meurt en 1831. A la fois adultère et « grande âme » elle provoque l'étonnement de Camille Maupin

– Comte Octave de BAUVAN : il est seulement nommé le comte Octave dans la nouvelle. Ce « grave magistrat » (il est alors ministre d'Etat, et l'un des présidents de la Cour de cassation), plus âgé qu'Honorine (sept ans semble-t-il), comprend qu'il a été maladroit avec elle, mais il ne peut admettre que sa brève aventure voluptueuse avec un amant adoré soit pour elle une expérience inaliénable. Il survit à Honorine mais c'est « un vieillard de 45 ans » qui vient dire adieu à Maurice en 1836, cinq ans après. Sa passion pour elle est décrite comme une monomanie obsessionnelle.

– Maurice de l'HOSTAL : né en 1802, orphelin, neveu de l'abbé Loraux . Il semble un peu faible et malléable, mais il partage avec le comte Octave les valeurs de l'honneur, même s'il a besoin de toute sa lucidité pour accomplir sa mission sans faillir. Honorine plaisante sur sa ressemblance physique avec Byron. Mais fuir Honorine pour rencontrer Onorina (Pedrotti), serait-ce un signe du destin ? Autour d'eux, à la fin de la nouvelle :

- Léon de Lora

- Mlle des Touches (Camille Maupin)

- Claude Vignon

Forums: Honorine

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Honorine".