Protection Rapprochee de Lorenzo Cecchi

Protection Rapprochee de Lorenzo Cecchi

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Nouvelles

Critiqué par Débézed, le 17 mars 2020 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 72 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 178 

La vie au Pays noir

Avec ce recueil de nouvelles, Lorenzo Cecchi raconte son pays, le Pays Noir comme le charbon que ces ancêtres italiens, avec une cohorte de compatriotes, sont venus extraire du sous-sol de ce bout de Belgique. Ce minerai noir qui fit si longtemps la fortune de cette région avant que le filons se tarissent et que d’autres énergies plus riches, plus faciles à exploiter, plus rentables ne renvoient le charbon au fond de ses puits. Lorenzo évoque cette région après la fermeture des puits et de nombreuses usines, l’évaporation de la richesse, l’appauvrissement des populations surtout de ceux qui ont perdu leur travail au fond de la mine où dans les usines métallurgiques.

Il raconte, notamment, dans la nouvelle éponyme occupant près de la moitié du recueil, mais aussi dans de courtes nouvelles comme des petites tableaux, cette jeunesse qui ne cherche même plus de travail, de toute façon il n’y en a pas, s’ennuie, traîne dans les bars, s’alcoolise et se tape sur la tronche pour une fille qui drague des étrangers un peu plus riches qui peuvent les extraire de leur triste condition et les emmener vivre ailleurs plus près de la capitale et de ses attraits. C’est le portrait d’une région conquise par la misère qui a toujours connu une certaine pauvreté mais a perdu la dignité qu’elle affichait quand il y avait du travail et des ressources même maigres. Le cheminement d’une région où les fabricants ont souvent été ruinés ou rachetés par des multinationales et que les marchands essaient de conquérir.

Les populations sont devenues encore plus fragiles que la région, les marchands d’illusion y font fortune en vendant de la drogue qui déglingue toute une jeunesse déjà abîmée par l’alcool. Le travail, même si c’est un mal pour certains, ça reste, au moins, un mal nécessaire qui fait cruellement défaut quand il n’y en a plus. Les pauvres sont de plus en plus pauvres et les riches semblent encore plus riches en vendant leur générosité comme on vend une image de marque.

Dans ce paysage qui pourrait paraître encore plus noir que le charbon, il y a aussi beaucoup de tendresse et de l’empathie, ces gens-là, comme chantait Brel, aiment leur pays, et même si leurs efforts ne sont pas toujours récompensés ils font en sorte que la vie soit plus belle … ou moins triste, dans ce pays qui leur colle à la peau, la terre qui a accueilli leurs ancêtres. C’est toute l’histoire de leurs enfants et petits-enfants que Lorenzo Cecchi fait vivre dans ses nouvelles qui ne masquent aucune des misères qui ont poussé sur le terreau de la malédiction du charbon. J’ai eu un petit frisson quand l’auteur a inséré une nouvelle construite d’après une mésaventure qu’il a subie personnellement. A ce moment, j’ai bien senti son attachement au Pays noir comme je le ressens souvent en lisant les textes d’autres amis qui écrivent aussi sur les misères de leur pays et sur leur envie de le faire revivre, de lui redonner les couleurs que Michel Jasmin a utilisé pour joliment illustrer ce recueil. L’espoir est tenace au pays noir… !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Protection Rapprochee

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Protection Rapprochee ".