Mademoiselle Fifi de Guy de Maupassant

Mademoiselle Fifi de Guy de Maupassant

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Nouvelles

Critiqué par Lolita, le 16 juillet 2004 (Bormes les mimosas, Inscrite le 11 décembre 2001, 32 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (19 795ème position).
Visites : 6 718  (depuis Novembre 2007)

Mlle Fifi est un homme !

Dix huit nouvelles qui racontent des faits tantôt amusants tantôt tragiques. Ces petites histoires sont parfaites pour remplir les longues soirées d'hiver... Croustillantes elles laissent le lecteur en suspens, cependant le narrateur se contente souvent de conclure rondement son récit. Quelques commentaires sur la femme et l'amour, quelques allusions à la guerre franco-prussienne, et surtout des histoires d'hommes et de femmes qui se croisent...
La nouvelle Mademoiselle Fifi (titre éponyme du roman) est en réalité trompeur puisqu'il s'agit d'un officier prussien qui occupe la Normandie et maltraite une fille de joie...
On trouve aussi d'autres nouvelles savoureuses comme Une aventure parisienne ou Nuit de Noël entre autres. A déguster.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Excellent !

9 étoiles

Critique de Catinus (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 67 ans) - 31 décembre 2017

Dix-huit nouvelles de ce merveilleux écrivain. J’en épinglerai tout particulièrement treize.
1. Mademoiselle Fifi : durant la guerre franco-allemande de 1870, des militaires prussiens qui s’ennuient organisent une fête en compagnie de prostituées. Une d’entre elles, Rachel, poignarde mademoiselle Fifi, un capitaine prussien. ***
2. Madame batiste : la triste histoire d’une femme rejetée par la société ( viol).
3. La rouille : un chasseur impuissant.
4. La bûche : voilà pourquoi le narrateur ne s’est jamais marié. ***
5. Marroca : ciel, mon mari !
6. La relique : une (fausse) relique de Cologne.
7. Une ruse : un médecin bien ennuyé avec une de ses patientes et feu son amant. ***
8. A cheval : une promenade à cheval qui coûte cher à Hector. ***
9. Réveillon : drôle d’endroit pour le repos d’un mort. ***
10. Deux amis : deux amis fusillés par des militaires Prussiens en 1870. ***
11. Le voleur : trois pochards arrêtent un voleur et le titillent. ***
12. Nuit de Noël : une femme accouche chez le narrateur. ***
13. Le remplaçant : Madame veuve Bonderoi est une chaude polissonne. ***

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Extrait de « la bûche » :
L’homme et la femme sont toujours étrangers d’âme, d’intelligence ; ils restent deux belligérants ; ils sont d’une race différente ; il faut toujours qu’il y ait un dompteur et un dompté, un maître et un esclave ; tantôt l’un, tantôt l’autre. (…) Les sages, au lieu de se marier et de procréer, comme consolation pour les vieux jours, des enfants qui les abandonneront, devraient rechercher un bon et solide ami, et veiller avec lui dans cette communion de pensées qui ne peut exister qu’entre deux hommes.

°°°°°°°°°°°°°°°°°
Voici l’ouvrage en pdf :
https://beq.ebooksgratuits.com/vents/…

"Mademoiselle Fifi", la nouvelle de Maupassant

10 étoiles

Critique de Florian Bouillon (, Inscrit le 30 juin 2010, 25 ans) - 17 octobre 2010

Je viens de terminer la lecture de cette courte nouvelle du grand auteur qui est Maupassant. Cette nouvelle ressemble à "Boule de Suif", une autre nouvelle qui a rendu l'auteur célèbre.
Cette nouvelle se passe durant la guerre Franco-Allemande de 1870. Les Prussiens ont envahi la France. Un groupe s'est installé dans le château d'Uville, en Normandie. Dans ce château, il y a le baron de Kelweingstein, le lieutenant Otto de Grossling, Fritz Scheunaubourg et le marquis Wilhem d'Eyrik. Maupassant le définit comme «un tout petit blondin fier et brutal avec les hommes ». En raison de sa taille fine, de son visage pâle et de l'habitude qu'il a d'employer à tout moment les mots "fi, fi donc", ses camarades l'ont surnommé Mademoiselle Fifi. Et oui, Mlle Fifi est un homme !!! Ces soldats font venir au château des prostituées. Mlle Fifi insulte la France et maltraite Rachel, "sa fille de joie". Elle qui est patriote lui enfonce un couteau dans la gorge. Ensuite, elle se sauve. Dans les dernières lignes de cette nouvelles, on apprend qu'elle épousera un homme bon.
Personnellement, j'adore cette nouvelle. Le fait que Maupassant mette en place des ennemis de la France et des prostituées, dont une est patriote, c'est une chose formidable. Si vous avez une vingtaine de minutes, je vous propose de lire cette nouvelle. Un très bon divertissement pour tous !

8 nouvelles

6 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 62 ans) - 16 janvier 2008

Huit nouvelles dans mon édition, hélas, quand c’est dix-huit dans d’autres. Qu’importe ; la plus marquante est la nouvelle éponyme : Mademoiselle Fifi.
Dans cette nouvelle, Guy de Maupassant convoque des personnages qui lui sont chers : des officiers prussiens occupant la France (enfin, la Normandie !) et des prostituées, pas encore nommées ainsi par Guy de Maupassant mais plutôt filles de joie, filles de plaisir.
Cinq officiers prussiens s’embêtent à mourir à occuper un chateau normand et à simplement contempler la pluie qui mouille (la Normandie !). Le capitaine, second d’entre eux, a l’idée qui tue ; « Faisons une fête ! » Aussi dit, aussitôt fait, il envoie une voiture (à cheval la voiture !) chercher 5 filles de joie à Rouen. Et, pensez-vous naïvement, l’une d’elles est Fifi ? Et elle va être patriote, et …
Faux ! Fifi, c’est le surnom d’un des officiers prussiens, à la taille de guêpe, coquet et qui a pris l’habitude de ressortir à tout va : « Fi, fi donc ! Voilà pour Fifi et pour Mademoiselle. Pour autant ce n’est pas un cadeau puisqu’il est le plus vicieux, le plus méchant des cinq. Et ça va mal finir. Ca va mal finir ! Effectivement …
Dommage que la fin soit un peu plan-plan, politiquement correcte et moralisante à l’excès. Dommage car j’ai pris plaisir à lire Fifi.
D’autres des huit nouvelles sont moins réussies.
« Madame Baptiste », elle, est malheureusement réussie et nous montre une victime du politiquement correct. De l’époque !
« La bûche » présente aussi une belle originalité. N’empêche. On sentirait bien poindre chez Maupassant un brin de condescendance pour le sexe dit « faible » ! Un petit poil de mysoginie, comme si seules les filles de joie (au moins dans ses nouvelles) trouvaient grace à ses yeux. Non, ce n’est pas cela. Plutôt comme si seules les filles de joie pouvaient avoir un beau rôle.

Forums: Mademoiselle Fifi

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Mademoiselle Fifi".