Hartung Nouvelle Vague - De Resnais vers Rohmer
de Pauline Mari

critiqué par Veneziano, le 5 janvier 2020
(Paris - 42 ans)


La note:  étoiles
L'emprunte de Hartung sur le cinéma
Hans Hartung, artiste contemporain abstrait, né Allemand et engagé dans la Légion étrangère contre les Nazis, nous avait habitués à ses grandes toiles rayées ou tachées, sur un fond tantôt coloré tantôt gris. Or, l'impression de mouvement émanant de ses oeuvres a influencé les cinéastes d'après-guerre, d'autant plus que ces derniers s'inscrivent dans une volonté de rupture et la recherche d'une démarche nouvelle, créant ce qui est dénommé la Nouvelle vague. Ainsi, cette oeuvre vient les inspirer, tant pour des documentaires que pour des pans de décors de leurs longs-métrages. Ainsi, Alain Resnais, Henri-Georges Clouzot ou Eric Rohmer, particulièrement dans Ma nuit chez Maud, discussion nocturne sur Pascal, philosophe mathématicien, empruntent-ils des figures à l'artiste pour enrichir leurs présentations.
Le croisement des arts, surtout quand ils servent une volonté d'innovation, détient de quoi passionner. Ce livre assez court, bien illustré et documenté, permet de se rendre compte de la dynamique des démarches respectives, en considérant l'aspect relativement intellectuel des procédés croisés. Cela fait bien réfléchir.