Opus 77 de Alexis Ragougneau

Opus 77 de Alexis Ragougneau

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Nathavh, le 15 décembre 2019 (Inscrite le 22 novembre 2016, 55 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (21 087ème position).
Visites : 398 

opus 77

C'est la musique qui est l'héroïne de ce magnifique roman, plus précisément le concerto pour violon "Opus 77" de Chostakovitch. Le roman est rythmé par ce concerto, il comprend cinq parties : Nocturne, Scherzo, Passacaille, Cadence et Burlesque.

Cette pièce de musique a cadencé la vie de la famille Claessens.

Dans cette famille, il y a le père dont on retrace ici la vie. Tout commence le jour de son enterrement et sa fille Ariane s'apprête à entamer non pas "La marche funèbre" attendue au piano mais "Opus 77".

Ce chef illustre fut pianiste au départ, c'est comme ça qu'il rencontra à Tel Aviv, Yaël, sa femme , 17 ans plus jeune que lui, une soprano qu'il ramena en France et accompagnera longtemps avant de passer de l'autre côté du pupitre et de devenir un des plus grands chefs d'orchestre. De leur union naquirent deux enfants, David l'aîné de deux ans d'Ariane. David choisira le violon, Ariane le piano.
Une famille de musiciens mais pas toujours rose la vie à la maison !

Yaël perdra sa voix et deviendra dépressive alors que David et Ariane n'avaient toujours pas quitté l'enfance.

Pour ses 13 ans, Claessens emmènera son fils David à une vente aux enchères pour lui acquérir son violon, un Wuillaume de 1867 hors de prix, un très beau cadeau certes mais ce père froid, exigeant, distant et absent n'apportera pas l'essentiel à son fils, l'amour, l'écoute.

Un incident au Victoria Hall empêchera David de jouer "Opus 77" avec son père. David s'éloignera alors avec sa soeur Ariane comme accompagnatrice, c'est Krikorian qui le prendra sous son aile et l'inscrira au plus prestigieux concours au Monde, Le Reine Elisabeth de Bruxelles.

On sait depuis le début qu'un incident éclatera en finale mais lequel ?

C'est petit à petit, adagietto que l'on le découvrira.

On fait des allers-retours dans le temps, ce qui m'a un peu perturbée au début mais très vite l'écriture captive, elle est magnifique. La tension monte crescendo, molto crescendo, on ressent très fortement cette tension, un rythme de plus en plus intense, fortissimo qui nous fait ressentir la pression liée aux concours d'excellence.

La solitude, la pression pour un final époustouflant.

C'est le lien frère et soeur, cet amour pour la musique qui les projettera tous les deux sur le devant de la scène. La relation difficile au père est mise en avant ainsi que la difficulté et la beauté du plus beau concours musical au monde.

A lire, c'est splendide.

Ce roman fut finaliste dans le cadre du Prix Femina 2019

Ma note : 9/10

Les jolies phrases

La haine n'empêche pas la soumission bien au contraire.

Le violoniste et son violon sont censés ne faire qu'un, et le prestige de l'un déteint assurément sur l'autre. A tel point que l'on se demande parfois si ce n'est pas l'instrument qui fait le champion.

Le piano, c'est ma vie. Si je ne joue pas, je me désaccorde, je deviens cacophonie.

Rebâtir ? ... La confiance, bien sûr. En musique comme dans la vie, on ne peut s'en passer. C'est comme jouer en sourdine. Sans confiance, comprenez-vous, impossible de se faire entendre.

Dans la vie, il faut profiter du moindre atome d'oxygène, du moindre pouce de liberté, du moindre centimètre d'archet. C'est la leçon du jour.

La main est un drôle d'animal. Elle prend, touche, pince, caresse ou frappe. Elle appuie sur la partie du corps qui fait mal - ventre, poitrine, tête. Elle ausculte, elle apaise. C'est elle aussi qui serre la main de l'autre, perçoit sa chaleur ou sa nervosité. Une porte vers le monde extérieur, voilà ce qu'est la main. C'est elle encore qui vient se poser sur l'être aimé, l'homme, la femme, l'enfant. La solitude absolue est celle du toucher. Vous aurez beau jouir d'une vie sociale et professionnelle frénétique, si vous ne touchez jamais personne alors vous serez plus seul qu'une pierre. Et les pianistes, alors ? Pour eux, c'est encore pire. C'est une question de vie ou de mort. La main est leur unique moyen d'expression. La courroie de transmission qui permet d'exprimer sa sensibilité, ses sentiments, son trop-plein ou son vide abyssal, tout ce qui se passe à l'intérieur. Quand la main du pianiste est en souffrance, alors c'est le monde entier qu'il faut repeindre en noir.

Vous me suivez toujours, n'est-ce-pas ? - moi je n'y peux rien si le Reine Elisabeth est aux musiciens classiques ce que le décathlon est aux dieux du stade : une compétition de force et d'endurance où chaque note, chaque démanché, chaque coup d'archet peut vous faire trébucher.

La p 119 est magnifique lien entre le musicien et son instrument

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le côté obscur de la musique

5 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 52 ans) - 21 mars 2020

Ce roman parle d’une famille de musiciens. Ariane conte l’histoire de son père musicien devenu grand chef d’orchestre, qui, à cause de déficiences physiques au niveau de ses mains, a reporté ses rêves sur son fils. David, violoniste surdoué, a été jusqu'à participer au concours Reine Elisabeth, mais... Il est parti s’enfermer dans un blockhaus en Suisse. La mère, chanteuse, est dépressive. Enfin, Ariane est pianiste professionnelle, bouffée par la peur, la terreur avant chaque concert. Alors que le père vient de mourir et qu’elle joue à son enterrement, elle se remémore tout ce qui a conduit au silence du frère et le lecteur la suit tout au long du récit, en attendant l’explication, qui ne vient pas vraiment. De nouveau ce silence… frustrant !
En bref, la narratrice parle de la musique en termes de torture ; les personnages sont tous torturés. Pas très réjouissant !

Un livre qui s'écoute

10 étoiles

Critique de Faby de Caparica (, Inscrite le 30 décembre 2017, 58 ans) - 14 janvier 2020

"Opus 77 " d'Alexis Ragougneau (242P)
Ed; Vivina Hamy

Bonjour les fous de lectures....
Voici une lecture qui s'écoute !
Coup de cœur !!!!
Le grand chef d'orchestre Claessens est mort.
Le jour de ses funérailles, c'est sa fille Ariane, pianiste de renommée internationale, qui lui rend hommage dans une basilique genevoise.
Contre toute attente, ce n'est pas une marche funèbre traditionnelle qu'elle interprète mais l'Opus 77 de Chostakovitch.
Ce fameux Opus 77 responsable de la gloire et de la déchéance de cette famille.
Pendant qu'elle joue, Ariane se remémore: son enfance, son frère prodige du violon, la descente aux enfer de sa mère, le père , ce Maestro redouté, exigeant.
Elle nous parle de la peur et de la griserie face au succès.
Ariane réussira à gérer sa carrière comme une automate, froide, inaccessible.
Son frère David, trop parfait, trop sensible s'enlisera, se sabordera. La fuite sera sa survie.
Le livre se décompose en 5 parties comme la construction du fameux Opus de Chostakovitch, auteur tellement maltraité sous le régime de Staline.
Narration faite à bâtons rompus avec de nombreux bonds dans le temps qui peuvent être perturbants au démarrage.
Le rythme s'impose peu à peu en allant crescendo.
Aucune fausse note.
C'est juste, c'est beau, cela se lit comme une partition.
Nul besoin d'être mélomane pour se plonger dans cet excellent livre qui m'a donné envie de découvrir l'Opus 77 qui a partagé ma lecture.
En lien, l'interprétation merveilleuse d'Hilary Hahn (21 ans):
https://youtu.be/8HZVQyD9rsY:
00:40 I. Nocturne: Moderato
13:29 II. Scherzo: Allegro non troppo
19:36 III. Passacaglia: Andante
28:58 Cadenza
34:07 IV. Burlesca: Allegro con brio

Forums: Opus 77

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Opus 77".