L'Œil et l'Esprit
de Maurice Merleau-Ponty

critiqué par Veneziano, le 20 novembre 2019
(Paris - 42 ans)


La note:  étoiles
La perception des choses et de la peinture
Cet essai assez court, d'à peine cent page, évoque les modes de perception des choses et de la peinture, de la perspective, de l'illusion de profondeur, de la troisième dimension, voire du mouvement. Il traite de philosophie des arts et des sciences, l'analyse par la personne qui regarde tenant un rôle important, du fait de son emplacement spatial et de ses repères particuliers. Il s'interroge sur l'émotion crée par la représentation par rapport à celle de l'objet considéré dans le réel, par le rôle d'intermédiaire et d'interprétation que détient la peinture. Descartes, les artistes de la Renaissance qui ont renouvelé les travaux sur la profondeur sont ici analysés pour étayer la réflexion.
Synthétique mais dense, ce livre fait prendre du recul - dans tous les sens du terme - sur ce que nous regardons et la manière dont nous y prenons pour le percevoir. Exigeant, il s'avère intéressant. Il doit être médité pour en profiter pleinement.