Le supercontinent : Une histoire naturelle de l'Europe
de Tim Flannery, Alain Bénéteau (Dessin)

critiqué par Colen8, le 18 novembre 2019
( - 78 ans)


La note:  étoiles
Vive l’Europe, riche d’une biodiversité perdue à reconstituer
Avant les poussées tectoniques qui l’ont arrimée au continent, l’étroite péninsule devenue l’Europe n’était qu’un vaste archipel. Dans une position singulière entre trois continents : Amérique du Nord, Afrique et Asie, elle a été le carrefour d’échanges incessants, d’hybridations, de métissages. Elle représente de ce fait en termes de paléobiologie une richesse, une biodiversité, un conservatoire unique pour les paléontologues. C’est une évolution fascinante que raconte avec émerveillement Tim Flannery plus habitué aux espèces endémiques infiniment moins diverses de chez lui, l’Australie.
Depuis les dinosaures il y a 100 millions d’années il nous conte en accéléré avec force détails savants les évolutions des faunes, des flores, des climats de chaque ère considérée en y ajoutant quelques remarques facétieuses parsemées de-ci delà. Les lignées humaines jusques et y compris la nôtre n’y ont pas échappé à travers homo antecessor dont les traces ont été identifiées il y a 2 millions d’années, antérieur par conséquent aux migrations plus tardives venant d’Afrique d’homo erectus suivies par celles des néandertaliens et enfin d’homo sapiens ayant au passage hérité de gènes de ses prédécesseurs.
Des institutions publiques ou privées tentent de restaurer en Europe avec l’aide de la génétique et beaucoup d’argent une partie des écosystèmes d’antan, de faire revivre ou de réintroduire la mégafaune éteinte ou disparue, d’éradiquer en parallèle des espèces par trop invasives. Ces ambitieux programmes pourraient fort bien s’accommoder du changement climatique attendu.