Les larmes de Vesta de Michel Joiret

Les larmes de Vesta de Michel Joiret

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Débézed, le 17 octobre 2019 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 72 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 240 

Retour vers le passé

Michel Joiret doit être autant passionné par l’antiquité romaine que son héros, Luc, professeur de lettres classiques à l’Athénée des Coteaux à Bruxelles qui essaie d’intéresser ses élèves en les plongeant dans la vie des Romains à l’époque de Pline l’Ancien victime de l’éruption du Vésuve en 79. Luc aime réinventer le vie quotidienne des Romains de cette période faste, il se met lui-même en scène, et ses élèves apprécient ses cours en forme de spectacle au moins parce qu’il les laisse jouer avec leur joujou téléphonique pendant qu’il s’incarne en Lucius, un ami de Pline le Jeune. Il se laisse inexorablement glisser dans son délire antique au fur et à mesure que sa famille se décompose, cherchant de plus en plus le réconfort dans les potions magiques que lui fournit une amie.

L’auteur entraine son personnage sur les pas de Lucius dont l’histoire est très parallèle à celle du professeur de moins en moins enseignant et de plus en plus dépendant de ses potions. Luc a trouvé les carnets intimes de sa mère qu’il nomme, Maman Lune, où elle raconte la vie abominable qu’elle a menée sous la domination brutale de son second mari. La pauvre femme s’enfonce de plus en plus dans une piété mystique où elle perd jusqu’à son humanité. Lucius, lui, a perdu le goût de la vie quand son maître Pline l’Ancien a été victime de la furie du Vésuve, il s’abandonne dans les bras d’une prostituée où il trouve un maigre réconfort comme Luc en trouve un tout aussi maigre dans les bras de la mescaline.

C’est à un véritable jeu de double que se livre l’auteur, Luc glisse de plus en plus dans les pas de Lucius qui, comme lui, eut une mère, Luna, qui connut un mariage bien malheureux auprès d’un ex-légionnaire peu attentionné et très brutal. Sous l’effet de la drogue, Luc quitte progressivement son univers, devient de plus en plus Lucius et abandonne progressivement le souvenir de Maman Lune pour retrouver celui de Luna la mère de Lucius. Luc et Lucius semble peu à peu se fondre en un seul et même personnage réincarné à près de deux millénaires d’écart, fils d’une malheureuse femme, Luna, soumise à Vesta devenue Maman Lune tout aussi soumise à sa religion catholique.

Ce texte n’est pas seulement un subtil et adroit jeu de doubles, c’est aussi un excellent documentaire sur la vie à Rome et à Pompéi au premier siècle de notre ère. Et, peut-être que c’est aussi une façon pour l’auteur de nous montrer que quelques soient les époques et les lieux, la violence et la brutalité, les malheurs et les dangers et les faux traitements sont toujours bien présents causant les mêmes préjudices, entraînant les mêmes désastres.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les larmes de Vesta

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les larmes de Vesta".