Botaniste
de Charlotte Fauve, Marc Jeanson

critiqué par Colen8, le 16 octobre 2019
( - 78 ans)


La note:  étoiles
Vocation
L’Herbier du Museum d’Histoire naturelle de Paris dans le Jardin des Plantes est le premier au monde, riche de collections accumulées depuis celles destinées au Jardin du Roi sous Louis XIV qui remontent à 350 ans. Une partie de son histoire entremêlée d’anecdotes biographiques est ici évoquée avec douceur, sensibilité et infiniment de poésie même pour les néophytes.
Des aspirants missionnaires tels un Pierre Poivre, des centaines de savants avides de connaissances, oubliés pour la plupart car disparus prématurément, ont participé à la collecte, ont œuvré au classement, à la conservation des végétaux inconnus sous nos latitudes venus ainsi coloniser nos jardins et nos paysages.
Si les efforts conjugués jusqu’à présent ont permis d’identifier près de 400 000 espèces aux noms étranges doublement latinisés, alors que malheureusement nombre d’entre elles n’existent plus ailleurs que dans les herbiers, il n’en resterait pas moins de 90% encore à découvrir. Que de trésors en perspective!
On retrouve les pérégrinations désintéressées d’un Tournefort, d’un Adanson, d’un Lamarck, d’un Saint-Hilaire courant tous les risques en Amérique, en Afrique et en Asie, eux qui se sont attelés par passion à la description de la vie, aux propriétés, à la reproduction de ces êtres végétatifs, si étranges et tellement puissants.
Certes la génétique n’a pas manqué de chambouler les classements antérieurs remontant au suédois Linné. L’ADN qui retient davantage les chercheurs en botanique dans les laboratoires que sur le terrain, n’empêche pas des vocations pures attirées par les infinies beautés des plantes, des écosystèmes et de leurs évolutions. Alors qu’importe!